Denis Morin, l'ancien « dircab » de Martine Aubry à la tête de la future Agence Régionale de Santé

C'est un énarque atypique, comme le surnomme le « Quotidien du Médecin » qui est destiné à prendre la tête de la future Agence Régionale de la Santé (ARS-Rhône-Alpes) qui va supplanter l'actuelle ARH (Agence Régionale de l'Hospitalisation), mais avec des fonctions plus vastes. Il occupe son nouveau poste depuis quelques jours.

Denis Morin, l'ancien « dircab » de Martine Aubry à la tête de la future Agence Régionale de Santé

Le futur patron de l'ARS, Denis Morin, 53 ans, est énarque, conseiller maître à la Cour des comptes depuis avril 2008, chevalier de la Légion d'honneur.  Ancien directeur de cabinet du ministre du Travail et des Affaires sociales, lorsque Martine Aubry était à sa tête de 1997 à 2000, il a souvent occupé des postes de responsabilité auprès des ministres de gauche. Il a aussi été directeur du cabinet de Christian Sautter, Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie du gouvernement Jospin.

Sa nouvelle fonction depuis quelques jours : responsable préfigurateur de l'Agence Régionale de Santé de Rhône-Alpes. L'ARS n'existe pas encore. Elle doit supplanter au cours du 1er semestre 2010 l'actuelle ARH, mais avec un rôle plus large car derrière ce changement de sigle, se profile une profonde réorganisation de l'offre de santé de Rhône-Alpes que Denis Morin est chargé de mettre en œuvre. L'ARS va en effet regrouper en une seule entité, les sept organismes actuellement chargés des politiques de santé dans les territoires. Avec une mission claire : définir et mettre en œuvre la politique régionale de santé, « dans le respect des objectifs nationaux, afin de répondre aux besoins de santé des populations », précise le texte.

L'ARS aura un statut d'établissement public, dirigé par un directeur général, donc en l'occurrence Denis Morin, et sera doté d'un conseil de surveillance.
Elle s'appuiera sur la conférence régionale de santé qui participera à la définition de la politique régionale de santé. Surtout, les ARS fonctionneront avec des moyens humains qui leur seront propres, et non "dispatchés" entre les directions régionales et départementales des affaires sanitaires et sociales (Drass et Ddass), ce qui n'était pas sans poser des problèmes d'efficacité. "Tout le monde sait que lorsque l’on a deux patrons, on travaille pour l’autre", témoigne, selon le Quotidien du Médecin, un directeur d'ARH.

La création de cet ARS est l'un des projets phares de la loi portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, promulguée le 22 juillet dernier. L'objectif sous-tendu est de simplifier l'organisation administrative du système sanitaire et médico-social de chaque région pour couvrir « tous les champs de la santé, la prévention, la sécurité sanitaire, l'ambulatoire, l'hôpital, le médico-social ».
Théoriquement, les ARS devraient être opérationnelles au plus tard au 30 juin 2010.
D'ici là, Denis Morin ne devrait pas manquer de travail !                   

Photo : Denis Morin, 53 ans, sera, à travers l'ARS, le patron des hôpitaux et de la santé en Rhône-Alpes.

Publiée le 26 oct. 2009 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 26 oct. 2009
Figure dans les rubriques
Carnet dirigeants


 
HAUT