Maison de la Danse : la nomination surprise de Dominique Hervieu

Dominique Largeron

Une femme, chorégraphe de surcroît, à la tête de la Maison de la Danse à Lyon. Logique...sauf qu'elle n'avait pas posé sa candidature ! La nomination de Dominique Hervieu tient beaucoup au volontarisme de Gérard Collomb. Il reste que l'actuelle patronne de Chaillot à Paris devrait, vu son parcours, se révéler une directrice parfaitement apte à prolonger et élargir le travail mené depuis trente ans par Guy Darmet.

Maison de la Danse : la nomination surprise de Dominique Hervieu

Evoquant la nomination de Dominique Hervieu à la tête de la Maison de la Danse devant près de 250 femmes chefs d'entreprise réunies à l'hôtel de ville le 8 mars, lors de la Journée de la femme, Gérard Collomb s'est félicité de son choix : « Nous avons choisi une femme que nous avons arraché à Chaillot pour la faire venir à Lyon. C'est une jeune femme créative, de talent, pleine d'avenir. Sa nomination constitue un signal indiquant que Lyon est une ville d'invention et de créativité... »

Ce que le maire de Lyon a alors oublié de dire c'est le mode de nomination assez particulier de la prochaine directrice de la Maison de la danse, destinée à succéder à la fin de l'année à Guy Darmet, le créateur de cette institution.

Dominique Hervieu ne s'était pas en effet porté candidate au classique l'appel d'offres international lancé par la Maison de la Danse pour trouver un successeur à Guy Darmet qui prend sa retraite.

Le nom de la chorégraphe a été proposé par la Ville de Lyon et le Grand Lyon, avec une large concertation, il est vrai, rassemblant à la fois Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et les collectivités concernées.

Cette nomination due à la volonté de Gérard Collomb a fait deux malheureux qui figuraient dans la short list à l'issue de la compétition : Didier Deschamps, directeur du Ballet national de Lorraine et Cornelia Albrecht, directrice générale du Tanztheater de Wuppertal en Allemagne, créé par celle qui fut l'une des plus grande chorégraphe du monde, Pina Bausch.

Gérard Collomb voulait à tout prix Dominique Hervieu, patronne du théâtre de Chaillot depuis juillet 2008 et chorégraphe pour diriger la Maison de la Danse. Il l'a eue.

Vu le pedigree de Dominique Hervieu, on comprend mieux le volontarisme de Gérard Collomb.

La jeune femme a une excellente réputation d'animatrice et de pédagogue. Elle a aussi celle de posséder une réelle ouverture d'esprit et un vrai sens du devoir auprès du public.

Créatrice avec José Montalvo de la compagnie de danse Montalvo-Hervieu, elle a, à son actif, des spectacles à grand succès mêlant différents styles de danse, ethnies et couches sociales, prenant en compte la diversité française.

Dominique Hervieu et José Montalvo ont conçu à l'Opéra de Lyon une mise en scène de « Porgy and Bess », l'opéra de Gershwin dans une mise en scène pleine d'humanité qui avait rencontré un grand succès. Une soirée qui est restée gravée dans les mémoires.

C'est au regard de ces qualités d'ouverture que Gérard Collomb a imposé la chorégraphe. Il veut faire de la Biennale de la Danse une manifestation de plus grande envergure encore qu'elle ne l'est. Il a également l'ambition de faire tout simplement de Lyon une capitale chorégraphique incontestée. Comme il y a peu de concurrence, il existe effectivement une place à prendre en Europe.

Chaillot est réputé être une des scènes de France les plus difficiles à diriger. Depuis sa nomination en juillet 2008, Dominique Hervieu s'en est plutôt bien sortie. La Maison de la Danse de Lyon est un paquebot qui sera plus facile à diriger et qui, vu la volonté municipale, ne devrait pas manquer de moyens pour rassembler si possible un plus large public. En tant que chorégraphe, Dominique Hervieu pourra aussi donner une plus large place à la création chorégraphique, dimension qui manquait quelque peu à la Maison de la Danse, plutôt axée sur la diffusion.

De son côté, Guy Darmet qui va passer la main, trente ans après la création de la Maison de la Danse, s'est félicité du choix de cette chorégraphe qui saura garder a-t-il expliqué « un esprit d'ouverture et rassembler un large public ». Une manière d'intronisation.

Dominique Hervieu prendra officiellement ses fonction le 1er janvier 2011. Le temps pour Guy Darmet de mettre en œuvre son ultime Biennale de la Danse, en septembre prochain, ainsi que son dernier défilé sur le thème « la vie en rose ».

Photo (DR) : Dominique Hervieu prendra ses nouvelles fonctions le 1er janvier 2011.

Publiée le 15 mars 2010 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 15 mars 2010
Figure dans les rubriques
Carnet dirigeants
Art, culture, ciné, lecture


HAUT