Olivier Salaun, Pdg de la société haut-savoyarde PSB Industrie, s'offre le groupe Pastibel

Une opération de croissance externe d'envergure : la société rachetée pèse près de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie près de six cents salariés. Elle travaille surtout dans le secteur de la santé.

Olivier Salaun, Pdg de la société haut-savoyarde PSB Industrie, s'offre le groupe PastibelOlivier Salaun, Pdg de PSB Industrie

Dirigée par Olivier Salaun, Pdg, qui a pris en 2012 la succession du patron historique, Jean-Baptiste Bosson, la société haut-savoyarde PSB Industries est en passe de s’offrir le groupe Plastibell pour un montant non divulgué.

 Cette société est détenue par Michel Maradan, le Fonds de consolidation et de développement des entreprises et CM-CIC Investissement.

 Elle est spécialisée dans l’injection plastique notamment pour le marché de la santé. Elle compte quatre sites industriels en France, un au Mexique et un autre en Pologne.

 En 2014, Plastibell a enregistré un chiffre d’affaires proche de 50 millions d’euros et emploie près de 600 personnes.

 Il s’agit d’une acquisition significative à l’échelle de PSB Industries qui a réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires de 257 millions d'euros, pour un résultat net de 12,60 millions d'euros

 Elle renforcerait ses ventes de l’ordre de 19 %, sur des marchés jugés «porteurs», selon la société de Bourse Gilbert Dupont.

 L’opération entre également dans le cadre du plan stratégique déployé par le Pdg, Olivier Salaun.

 Ce dernier vise une croissance moyenne annuelle du chiffre d’affaires de PSB, 10 %, dont 5 % en organique, sur la période 2013-2017.

 Les investisseurs ont manifestement apprécié ce projet d’acquisition : à cette annonce, le titre a progressé vendredi 20 février, de près de 6 % à 45,80 euros.

Le groupe révèlera ses résultats annuels le 4 mars prochain.

Publiée le 20 févr. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
Carnet dirigeants

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT