Emploi : on ne prête plus aux riches

Dominique Largeron Emploi : on ne prête plus aux riches

« On ne prête qu'aux riches », assure l'expression populaire. Pas toujours vrai si l'on en croit la mésaventure survenue l'année dernière à l'Agence de développement économique de la région lyonnaise (Aderly).

Celle-ci aurait pu se targuer d'un joli tableau de chasse à l'heure du bilan 2009 : l'usine qu'avaient décidé de construire en commun en France l'Américain First Solar et EDF-Energies nouvelles, la filiale verte de l'énergéticien français, représentant 400 emplois et 100 millions d'euros d'investissement. En bonne logique, Fisrt Solar et EDF Energies Nouvelles avaient dans un premier temps sérieusement envisagé d'installer cette usine de panneaux solaires en Rhône-Alpes, non loin d'Ines, l'Institut de recherche de l'énergie solaire installé près de Chambéry.

Malheureusement ce dossier d'implantation avait une forte connotation politique grâce aux aides qui l'accompagnaient, permettant au gouvernement de piloter ce dossier. Ce que s'empressa de faire Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie qui réorienta le dossier vers des sites à réindustrialiser, en plus grande difficulté que Rhône-Alpes, région réputée riche : d'abord dans les Alpes-de-Haute-Provence, sur un site abandonné par le chimiste Arkema ; puis in fine, vers celui de Blanquefort près de Bordeaux que Ford venait de fermer.

Ironie de l'histoire : c'est Michel Mercier, lui-même, président du conseil général du Rhône, qui, en tant que ministre de l'aménagement du territoire, a signé à Bordeaux l'accord cadre entérinant la création de cette nouvelle usine, faisant fi des espoirs rhônalpins.

Evidemment à l'heure du bilan des implantations 2009, l'Aderly ne peut que nourrir des regrets. Crise aidant, la moisson est l'une des plus faibles de ces dernières années. L'Agence de développement lyonnaise n'a attiré l'année dernière dans ses filets que 56 entreprises nouvelles, contre 69 en 2008.

Il y a certes eu une petite consolation avec le groupe allemand Roto Frank, fabricant de systèmes solaires installés en toitures, qui a choisi Lyon pour son centre de formation, le « Roto Campus » qui accueille des installateurs solaristes venus de toute la France. Ou encore l'inventeur du chariot élévateur, le groupe américain Clark qui a inauguré à Lyon encore, son centre d'assistance aux revendeurs. Voire le géant japonais du jeu vidéo, Namco Bandaï qui après avoir dénoués ses liens avec Atari (l'ex-Infogrames) dans la distribution de jeux en Europe et en Asie, s'est installé sur 1 800 m2 au sein de l'immeuble Docksite à Lyon-Vaise avec une centaine de salariés.

Le projet le plus lourd récolté par l'Aderly : celui de l'Irlandais Novostrate dans le secteur de la chimie-plasturgie qui s'est installé avec dix salariés à Pusignan (Rhône). Il devrait compter cinquante personnes en 2012, mais pas plus.

Qui plus est l'année dernière, la taille des entreprises pêchées dans les filets de l'Aderly a nettement diminué : le nombre moyen de créations d'emplois prévus d'ici trois ans au sein de chacune de ces 56 entreprises nouvelles a été plus que divisé par deux : 12 contre 25 en 2008.

Faisons les comptes : cela représente un potentiel de 672 emplois récoltés en 2009, contre 1 725 en 2008. Assurément, les quatre cents emplois de First Solar, n'auraient pas déparé dans ce paysage quelque peu décharné par la crise.



Publiée le 23 févr. 2010 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 23 févr. 2010
Voir aussi ...
ADERLY
Sites utiles - Organismes économiques

L'Aderly offre aux entreprises françaises et étrangères qui souhaitent s'installer dans la région lyonnaise un service privégié, adapté et confidentiel. Le projet de développement de la...

lire la suite...
Figure dans les rubriques
Economie
L'édito de la semaine


HAUT