Produits & Services
Retraite Madelin AXA - solution retraite des TNS et IndépendantsEt vous, qu'avez-vous mis en œuvre pour votre retraite ?Assurance prévoyance du TNS, aide et conseil aux dirigeants Entrepreneurs : intéressez-vous dès à présent à votre prévoyance !Broderie sur vêtements de travail, tenue de cuisinier, métiers des CHR  Broderie sur vêtements de travail pour cafés, hôtels, restaurants : une spécialité Créativ’BroderieCoffret gourmand confitures de luxe Bruneton > cadeau d'affaire gourmandCadeaux d'affaires gourmand : jouez la carte de l'originalité avec des confitures 100% artisanalesConfiture de luxe BRUNETON, confitures artisanales de luxe pour tous les chefsMaison Bruneton : des confitures de luxe à la table des meilleurs chefs de Lyon et du mondeDirecteur marketing à temps partagé, service de communication externaliséGérez votre image de marque et votre marketing digital à temps partagé avec GBSNavette transport VIP hôtels, personnalités, clients, entreprisesNavette VIP pour les hôtels de Lyon - le service des Transports LausseurCoffret recettes mets et vins pour entreprises, coffret gourmand recettesCoffrets recettes CiboVino : un cadeau gourmand original où le chef cuisinier, c’est vous !Développpement commercial pour TPE, externalisation de la prospectionGBS : le nouveau nom du développement commercial des TPE et des indépendantsMeubles en bois professionnels sur mesure, comptoirs, bars, ateliers de cuisineVotre meuble sur mesure dans le bois de votre choix !Coffret apéritif pour entreprises, le coffret apéro des salariésCoffret cadeau gourmand : CiboVino vous le sert à l’apéroTransport de collaborateurs, fiable, ponctuel - taxi pour entreprisesTransports Lausseur, la navette privilégiée des entreprises pour les déplacements des clients et des partenairesTaxi groupe 9 personnes, minibus pour entreprises, hôtels, agences LyonEntreprises, hôtels, agences : reposez-vous sur la rigueur et la fiabilité des Transports Lausseur, taxi groupe 9 personnesSaisie et qualification de fichiers prospects - faire saisir ses donnéesConstitution et qualification de fichiers prospects - faites saisir vos contactsTranscription données médicales, données personnelles, saisie de données de santéService de saisie de données adapté aux mutuelles, CHU, laboratoires et tous organismes de santéSaisie de données, catalogues, études - transcription d'informationPour gagner en productivité, confiez la saisie de données à Easy Info ServicesBroderie sur tablier de charcutier, boucher ou boulanger - faire broder ses tabliersCharcutiers, bouchers, cuisiniers, cavistes : faites broder vos tabliers !Rénover sa toiture - conseils et rénovations de toits et charpentesBati&Bois rénove vos toitures et vos charpentesRevues de presse et constitutions de dossier de presse, prestation ExpertInfoRevues de presse et constitution de dossiers de presseFinancer le développement des PME, aide, accompagnement, conseilFinancez le développement de votre entreprise avec ADEC Conseil

La chimie rhônalpine en danger

Dominique Largeron

Le feuilleton Kem One, pas encore terminé ; l'aveu par le directeur de la raffinerie Total de Feyzin de l'incertitude du maintien de la raffinerie de Feyzin après 2016 : ne s'agit-il pas de signes avant-coureurs d'une crise qui couve ? Et si la chimie rhônalpine qui est la première de France, employant près de 30 000 personnes, était à l'aube d'une grave crise ?

La chimie rhônalpine en danger

 L'anniversaire ne sera pas fêté dans la joie et la bonne humeur. La raffinerie de Feyzin, qui célèbre cette année ses cinquante années d’existence, est en perte de vitesse : elle a perdu 100 millions d’euros en 2013. Ce mauvais résultat inquiète ses dirigeants qui se posent tout bonnement la question de l'avenir du site.

 "Je ne peux pas être totalement confiant"

Ainsi, dans une interview au Progrès, Daniel Aussenac,le directeur de cette raffinerie appartenant à Total, n'y va pas par quatre chemins. « La pérennité du site passe par sa capacité à gagner de l’argent et à assurer sa rentabi­lité économique. Quand je vois la crise du raffinage, je ne peux pas être totalement confiant. Aucun site industriel ne peut résister très longtemps à des marges économiques insuffi­santes. » 

Il ne peut assurer que la raffinerie existera encore après 2016 et que ses 600 salariés qui raffinent près de 5 millions de tonnes de pétrole brut par an, auront encore un emploi après cette date.

Ceci pour la pétrochimie. La filière vinylique française est, elle, aussi traversée par une crise, comme en a témoigné l'épisode non encore terminé de la société Kem One dont le siège est basé dans la vallée de la chimie à Lyon.

La cession des activités aval n'est pas encore bouclée. Or, sans elles, la viabilité du groupe repris, après dépôt de bilan, à la barre du tribunal de commerce, par l'industriel Alain de Krassny, n'est pas assurée. En balance, a minima les 1 300 emplois de l'activité amont du groupe...

Sagit-il là de signes avant-coureurs d'une crise plus grave qui couve et qui pourrait s'élargir ?

Dans un courrier qui a fait l'effet d'une bombe et envoyé à José Manuel Barroso, le président de la Communauté Européenne, Jim Ratcliffe, patron de la société chimique européenne Ineos lance un cri d'alarme : « Avec tristesse, je vous prédis que la plupart des usines chimiques européennes vont fermer d'ici dix ans »... Et ce libéral pur jus n'est pourtant pas du genre à quémander des subventions auprès des pouvoirs publics...

Une des principales raisons qu'il met en avant : pour la chimie de base, très dépendante des matières premières, l'Europe, concurrencée par les pays émergents, est devenue la zone la moins compétitive du monde, alors même que ses propres marchés sont stagnants.

Tandis que l'Europe voit le prix de son énergie grimper régulièrement, l'Asie bénéficie de sa croissance, le Moyen-Orient de son pétrole et les Etats-Unis de son gaz de schiste.

Il y a treize ans, l'Europe comptait dix-sept grands groupes chimiques. Ils ne sont plus que huit : depuis, neuf d'entre eux ont disparu !

Rhône-Alpes en première ligne ?

Or si cette crise annoncée a lieu, Rhône-Alpes, première région chimique de France, serait en première ligne.

La chimie rhônalpine emploie près de 30 000 salariés : elle pèse 12 des 90 milliards d'euros de chiffre d'affaires que représente la chimie française.

 Au sein de l'Union des Industries Chimiques (UIC) de Rhône-Alpes, on partage cette inquiétude. « Mais attention-précise Jean-Louis Martin qui en est le président-la crainte porte d'abord et avant tout, sur la chimie de base, celle située en amont. »

 Il poursuit : "Comme l'explique bien Jim Ratcliffe, elle cumule trois handicaps  : le coût de l'énergie qui ne cesse d'augmenter, une difficulté d'accès aux grandes matières premières et une réglementation de plus en plus contraignante et que l'on ne retrouve pas dans les pays émergents. »

 Il ajoute : « Il faut bien le constater, l'équilibre sur lequel s'appuyait la chimie de base est en train de se rompre et c'est effectivement inquiétant. Nous avons déjà alerté les pouvoirs publics qui en ont au moins conscience au niveau régional... »

 On pourrait penser que la chimie de spécialités, à forte valeur ajoutée, très présente en Rhône-Alpes et la nouvelle chimie durable et d'innovation qui est en train de voir le jour dans la vallée de la chimie lyonnaise, notamment, permettrait de transférer à terme les emplois de l'amont, vers l'aval.

 « Tout est imbriqué »

 « Pas si simple, tranche Jean-Louis Martin, également Pdg du chimiste Novacap. Tout est imbriqué. L'aval a besoin des matières premières de l'amont. Les produire sur place est source de compétitivité. Elles reviennent cher à transporter. Il faut, pour pouvoir pérenniser la chimie rhônalpine, l'appréhender en terme de filière sur toute la chaîne : de l'amont jusqu'à l'aval. »

 Pour sauver la chimie de base, Jim Ratcliffe enjoint José-Manuel Barroso « à prendre des mesures d'urgence ».

 Alors, la chimie rhônalpine va-t-elle suivre le même sort qui fut dans le passé, celui du textile ?

 Le risque existe bien sûr et il n'est pas mince. Le virage de la chimie verte a été pris en Rhône-Alpes, à travers notamment le pôle de compétitivité Axelera Chimie-Environnement, mais il faudra sans doute plusieurs décennies pour que celle-ci pèse bon poids et serve de moteur.

 Jim Ratcliffe a raison : il faut qu'une prise de conscience s'opère de l 'Europe, aux niveaux nationaux et régionaux pour que l'équilibre qui permet à la chimie de base de survivre soit rétabli. Il y a urgence. Sinon...

Publiée le 24 mars 2014 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine
Chimie
Rhône Alpes
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.

Chimie Feyzin[ 25/03/14 - Christian GUYARD ]
J'aime bien le dernier paragraphe "Tout est imbriqué". C'est exactement ce qui sous-tend la biodiversité. Les industriels se rendraient-ils compte tout d'un coup que le productivisme conduit à la disparition des espèces?


HAUT