Produits & Services
Jeux de réalité virtuelle pour particuliers et entreprises, aux portes de LyonDestination VR met la réalité virtuelle à la portée du particulier comme des entreprisesAssurance de prêt pour investissement locatif, audit, conseil, aideAssurance de prêt pour investissement locatif : quand, pourquoi, comment ?Fournitures de bureaux à petits prix - la Gamme Q-Connect CBI DiffusionNe dépensez plus des fortunes en fournitures de bureaux avec Q-Connect chez CBI DiffusionService d'aide aux repas pour personnes âgées, séniors, maintenir à domicileMaintien ADOM propose le service d'aide à la prise des repas pour personnes âgéesService de fruits en entreprise - livraison de corbeilles 4 saisonsAvec les Vergers de Gally, adoptez la pause fruit au travailSalles de réunion thématique Garage Vintage, séminaires, réunions Pour vos séminaires d'entreprises : les salles de réunion thématisées Diabolo !Réponse appels d'offres, conseil, accompagnement des PMEDM Partner répond aux appels d’offres pour les entreprises et les remportent !Echantillons gratuits de croquettes pour chien - faites lui goûter Kalina ! Bien choisir ses croquettes pour chien, et si vous lui faisiez goûter avant d'acheter ?Essai de croquettes pour chats, échantillon gratuit, livraison à domicile Lyon - IsèreLe meilleur de la croquette pour chats est signé Ninette Croquette [Essai gratuit]Dépannage fournitures bureau pour entreprises, services et livraison expressSOS dépannage fournitures de bureaux : CBI Diffusion livre les entreprises en expressAccompagnement, transports individualisés des personnes âgéesTransports individualisés, navettes, accompagnement au bras des personnes âgéesPour un séminaire nature, team building de plein air - à 10' de LyonPour un séminaire en pleine nature : L’atol' du Grand Parc Miribel JonageAssurances prêts immobilier pour chef d’entreprise emprunteurProposer au chef d'entreprise emprunteur les meilleures assurances de prêt immobilierFournitures et équipements de bureau pour entreprises de LyonUne large gamme de fournitures et d’équipements de bureau pour professionnels sur Lyon et ses alentoursChocolats personnalisables pour entreprises, goodies personnalisés Surprenez vos collaborateurs avec des chocolats personnalisés [Branding d'entreprise]Sous-traitance de la paie des comptables, prestations d’externalisation des paiesExperts comptables : développez votre service Paie & Social en externalisant cette prestation chez SSIGNAide ménagère à domicile pour personnes âgées L’aide ménagère permet aux personnes âgées de rester autonomesAnimations ludiques pour 250 personnes : le rallye 2CVFédérez jusqu’à 250 collaborateurs avec les animations 2 CV DiaboloSauvegarde externalisé pour PME, incrémentale ou différentielle suivant besoinLa sauvegarde externalisée : l’assurance-vie de la PMEAménagement ergonomique sur mesure de bureaux Choisir l’aménagement ergonomique de ses bureaux pour favoriser le bien-être et la productivité

Les ailes entravées de l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry

Dominique Largeron

Le trafic aérien a progressé de 2 % dans l'Hexagone l'année dernière, mais a reculé de -1,1 % à l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry. Le trafic low cost semble marquer le pas, mais aussi celui des longs courriers. Qui va tirer le trafic, alors que la plateforme aéroportuaire s'apprête à investir 180 millions d'euros dans un nouveau terminal ?

Les ailes entravées de l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry

« La bataille pour l'avenir de Saint-Exupéry est lancée », a martelé dans un communiqué, sitôt le vote, Emmanuel Imberton, président de la CCI de Lyon.

A l'heure où depuis l'adoption de la loi Macron, sa privatisation se rapproche, l'évolution de l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry laisse perplexe.

Parmi les grands aéroports de l'Hexagone, il a été l'un des rares dont le trafic a régressé l'année dernière : de – 1,1 % à 8,5 millions de passagers. Soit 100 000 passagers de moins.

La barre des 10 millions de passagers s'éloigne de plus en plus

Et ce, l'année même où il se lance dans des travaux très lourds : 180 millions d'euros pour construire un nouveau Terminal 1 et 3 et porter sa jauge potentiel de trafic à plus 11 millions de passagers. Un objectif qui s'éloigne de plus en plus...

Une des raisons mise en avant par la direction de l'aéroport pour expliquer cette baisse de trafic en 2014 est la volonté d'Air France de supprimer tous ses vols non rentables, ce qui a amené une baisse du nombre de passagers du transporteur tricolore de près de 10 %.

Certes, mais comme on peut le constater à l'aune des dernières suppressions en date chez Air France (- 26 à Lyon), tous les autres aéroports sont à la même enseigne.

Le phénomène inquiétant et pour l'heure difficile à expliquer, est que le carburant qui a jusqu'ici tiré le trafic de la plateforme rhônalpine, le low cost, baisse sérieusement de régime.

Un trafic low cost en baisse de régime

Il ne progresse que de 8 % à Lyon (+ 2,9 % seulement pour le leader, Easy Jet), mais de 22 % à Orly et de 25 % à Bordeaux. De plus petits aéroports comme Dole (+ 44 %) ou Saint-Etienne (+ 12,3 %) font aussi mieux. Le ralentissement du low cost : défaut de l'offre ? Une concurrence venue d'ailleurs ? Mais d'où ?

Si ce trafic qui représente le quart des flux de passagers continue à baisser, cela peut s'avérer inquiétant car c'est là que se situe le vrai potentiel de l'aéroport.

Depuis l'arrivée, fin 2013, de la compagnie Emirates, l'aéroport lyonnais pouvait tabler sur un développement d'un trafic qui lui manquait et lui manque encore cruellement, celui des longs courriers.

Bingo : avec son Lyon/Dubaï, Emirates a fait un tabac et affiche de tels taux d'occupation de ses sièges que la compagnie du Golfe a dû mettre un avion plus grand (un Boeing 777) en service sur la ligne.

Problème : la demande de la compagnie de passer de cinq fréquence/semaine à sept, soit un vol aller et retour par jour, se heurte pour l'heure au veto de la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile). Il s'agit de ne pas faire de l'ombre à Air France et à Roissy. Rhône-Alpes attendra...

Blocage total

Les responsables économiques et politiques régionaux ont beau multiplier les pétitions : rien n'y fait. Le blocage est pour l'heure total, stoppant net le dernier en date des succès de l'aéroport.

Ne parlons pas des relais de croissance que pourraient constituer un Lyon/New York et un Lyon Pékin ou Shanghaï pour la création desquels la direction de l'aéroport se bat se et ongles. Sans succès.

Bref, de quelque côté que l'on se tourne, les ailes de Saint Exupéry semblent sérieusement encalminées.

Et ce, au plus mauvais moment qui soit puisqu'elle va apporter une incertitude supplémentaire : celui de la privatisation de la plateforme aéroportuaire régionale, devenue possible depuis le vote de l'article 49 de la loi Macron.

La 8ème région dotée du 47ème aéroport européen

Résultat : pour l'heure aucune perspective ne vient combler le surprenant paradoxe qui fait de Rhône-Alpes la 8ème région européenne, en termes de PIB, mais de Saint Ex, le 47ème aéroport seulement, de l'Union Européenne ! Cherchez l'erreur !

La nouvelle Métropole lyonnaise et la future nouvelle région Rhône-Alpes-Auvergne ont toutes deux le même talon d'Achille : il s'appelle Saint Exupéry.

Et l'on peut s'interroger de savoir s'il desserrera un jour le triple étau qui le mine : la présence à deux heures de train de Roissy (60 millions de passagers), celle, à une heure et demi de route, de Genève (15 millions de passagers) ; et un Etat qui fait tout pour entraver un trafic long courrier indépendant de Paris...



Publiée le 17 févr. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.

Aéroport...[ 26/03/15 - Jean-luc CHEVRIER ]
Le low cost à Saint Exupéry c'est 50 euros pour partir à des milliers de kilomètre et 15,80 euros pour un aller à lyon en tramway, l'une des liaisons les plus chères d'Europe. Même problématique avec le ouigo (tgv lowcost) qu'il faut prendre à ST Ex...
Le Tgv et son arrêt à l'aéroport permet pour un exportateur-voyageur de bénéficier de toutes les destinations souvent moins chères et plus nombreuses en évitant des transferts aériens souvent aléatoires et trop courts inévitables le plus souvent en partant de Lyon . Genève est même souvent une alternative intéressante en particulier de la Savoie, de l'Isère et de l'Ain. Paradoxalement moins d'aéroport et plus de TGV (Turin-Geneve...) sont peut-être l'avenir de la région?
Attention à l'Ego local (pas plein de bon sens) qui comme avec le naufrage de l'Erai est ruineux et contre-productif.


HAUT