Produits & Services
Mobilier de bureau d occasion, PME, Start-up, toutes entreprises jeunesMobilier de bureau d'occasion - profitez des bonnes affaires de CBI Diffusion !Externaliser la gestion des appels, prestation pour PME Appels : réduire ses coûts et améliorer la relation client avec Easy Info Services Siège bien-être au travail, santé, confort, démarche HSE des PMELes sièges Khol contribuent au bien-être des salariés au travailOffre de vidéo pour PME, SIMPLISSIME, production audiovisuelle L’offre SIMPLISSIME Imagine by TBSCG, une offre vidéo pensée pour la PMEOnlyKart présente ses nouveaux kartings électriques en première mondialeOnlykart, le spécialiste du karting Indoor, propose en première mondiale le nec plus ultra du kart électrique Location de salle de séminaire inédite, les hippodromes, Lyon  Anticipez vos locations de salles de séminaires aux hippodromes de Lyon avec Le Carré OvaleSoirée d'entreprise, dîner spectacle TPE, PME, Voulez-Vous LyonCréez une soirée d’entreprise inoubliable Location salle de prestige originale, les hippodromes de LyonVivez votre soirée de fin d’année en grand format aux Hippodromes de Lyon [location de salle de prestige]Cours d'anglais pour enfants de 5 à 12 ans, ateliers ludiquesApprenez l'anglais à vos enfants dès le plus jeune âge en s'amusantSéchoirs industriels sur-mesures, conception et réalisationZéphytec conçoit et installe des déshydrateurs alimentaires professionnels sur mesureSéchoirs aromatiques industriels pour fruits et légumes Gamme ZTR de Zéphytec, des solutions industrielles pour le séchage de fruits et légumes par re-circulation d’air déshydratéFormation prélèvement à la source, préparer dirigeants et salariésAnticipez le prélèvement à la source avec les formations SSIGNDéshydrateur alimentaire industriel, séchoir à fruits et légumesSolutions industrielles de séchage de fruits et légumes : la gamme de séchoirs CSA ZéphytecParking aéroport de Lyon - abonnements pros pour parking privés#BonneRésolution : je m’abonne à une solution pro de parking pour Lyon Saint ExuperyLa nouvelle réglementation des locations saisonnières à Lyon en 5 pointsLa nouvelle réglementation sur les locations saisonnières à Lyon - Enjeux et solutions en 5 pointsJeux de réalité virtuelle pour particuliers et entreprises, aux portes de LyonDestination VR met la réalité virtuelle à la portée du particulier comme des entreprisesAssurance de prêt pour investissement locatif, audit, conseil, aideTout savoir sur l'assurance de prêt immobilier pour du locatifFournitures de bureaux à petits prix - la Gamme Q-Connect CBI DiffusionNe dépensez plus des fortunes en fournitures de bureaux avec Q-Connect chez CBI DiffusionService d'aide aux repas pour personnes âgées, séniors, maintenir à domicileMaintien ADOM propose le service d'aide à la prise des repas pour personnes âgéesService de fruits en entreprise - livraison de corbeilles 4 saisonsAvec les Vergers de Gally, adoptez la pause fruit au travail

Oui, il va bien falloir faire un effort pour sortir de la crise par le haut...

Dominique Largeron

Dans une récente sortie dont il a le secret, Emmanuel Macron a expliqué qu'un certain nombre de Français avaient perdu le sens de l'effort. Derrière la polémique, il a eu raison de réhabiliter ce mot « effort ». Pour sortir de la crise par le haut, il va falloir faire passer le taux d'emploi de notre pays de 65 % à 75 %, comme en Allemagne, ce qui résoudrait tous nos problèmes. La direction est prise, mais ça va prendre du temps...

Oui, il va bien falloir faire un effort pour sortir de la crise par le haut...

Peu d'économistes, sauf un, Patrick Arthus, le chef économiste de Natixis mettent l'accent sur la notion de taux d'emploi, la fraction de la population en âge de travailler qui a un emploi. Elle est pourtant cruciale pour expliquer la crise dans laquelle nous sommes englués, car précise-t-il : le taux d'emploi est corrélé au pouvoir d'achat. Et elle désigne aussi la manière d'en sortir par le haut : par le développement des compétences.

 On le sait, Lyon-entreprises l'a évoqué à de nombreuses reprises : les entreprises françaises ont du mal à trouver les compétences dont elles ont besoin.

 Nous avons un lourd chômage, mais en face, faute des compétences adéquates, pas un nombre suffisant de candidats à mettre en face de ces emplois vacants.

 Et ce, pas seulement dans l'informatique où le phénomène est le plus criant, mais dans l'industrie, le commerce, les services à la personne, les services tout court, etc. Près d'une PME sur deux a du mal à trouver les compétences dont elle a besoin.

 Actuellement la France compte 65 % d'actifs au travail. L'Allemagne et les pays d'Europe les plus dynamiques, 75 % !

 Si nous avions ce taux de 75 % dans l'Hexagone, 10 % de plus, donc, nous n'aurions plus de chômage de masse, la balance commerciale et les comptes publics seraient dans le vert, de même que les retraites, la Sécu. Nous n'accumulerions plus, année après année, une dette publique grandissante qui, rappelons-le est en train de dépasser les 100 % de la richesse nationale. Cela risque d'être très douloureux lorsque les taux vont remonter. La nasse se refermera, alors. Ouille !

 La faiblesse hexagonale de ce taux d'emploi, 65 %, donc, tient à la grande faillite de notre système éducatif, de notre système de formation, il faut bien appeler un chat, un chat.

 Le système est lourd, met un temps fou à se réformer, à évoluer et pendant ce temps là, l'économie ne cesse d'évoluer, de bouger, de créer de nouvelles compétences.

17 % des jeunes sans aucune compétence

 Songez que 17 % des jeunes Français n'ont pas d'emploi, pas de formation et donc aucune compétence. A l'heure où les robots remplacent de plus en plus les tâches basiques, ils vont devenir les laissés-pour compte de notre société. Intolérable !

 C'est la raison pour laquelle le gouvernement a, l'année dernière, a dans la douleur profondément réformé la formation professionnelle. Une réforme cruciale qui va dans le bon sens et que l'on a un peu oublié parmi toutes les réformes lancées, mais vu la lenteur des procédures, celle-ci ne commencera à être mise en œuvre que cette année. Et il faudra du temps pour que ses effets se fassent sentir...

 Déjà cependant, quelques signaux apparaissent : pour la première fois depuis longtemps, le nombre d'apprentis qui avait tendance à baisser, a augmenté-un peu-à nouveau l'année dernière. Un frémissement.

 Seuls 7 % des jeunes de 16 à 25 ans sont en apprentissage en France. C’est deux fois moins qu’en Allemagne (15 %).

32 milliards d'euros

 On consacre pourtant 32 milliards d'euros à la formation professionnelle et à l'apprentissage en France : cherchez l'erreur !

 C'est à un gigantesque effort en la matière auquel il faut se livrer, vu le retard pris.

 Il faudrait que les actions s'accentuent à tous les niveaux pour augmenter ce taux d'emploi, un paramètre crucial qui nous aidera à sortir de l'ornière.

 Nous aurons alors un gâteau plus important à distribuer. Car, même si politiquement ils étaient nécessaire les 10 milliards mis sur la table par Emmanuel Macron, suite à la crise des Gilets Jaunes, ceux-ci seront de facto, une nouvelle fois payés par l'impôt.

 Suite à l'impéritie des gouvernements successifs dans ce domaine, c'est sûr, nous sommes arrivés au bout d'un système qui ne peut plus continuer ! Et la ligne jaune, ce sont justement les Gilets Jaunes...

 Une pierre à rajouter au grand débat national...

Publiée le 14 janv. 2019 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT