Produits & Services
Retraite Madelin AXA - solution retraite des TNS et IndépendantsEt vous, qu'avez-vous mis en œuvre pour votre retraite ?Assurance prévoyance du TNS, aide et conseil aux dirigeants Entrepreneurs : intéressez-vous dès à présent à votre prévoyance !Broderie sur vêtements de travail, tenue de cuisinier, métiers des CHR  Broderie sur vêtements de travail pour cafés, hôtels, restaurants : une spécialité Créativ’BroderieCoffret gourmand confitures de luxe Bruneton > cadeau d'affaire gourmandCadeaux d'affaires gourmand : jouez la carte de l'originalité avec des confitures 100% artisanalesConfiture de luxe BRUNETON, confitures artisanales de luxe pour tous les chefsMaison Bruneton : des confitures de luxe à la table des meilleurs chefs de Lyon et du mondeDirecteur marketing à temps partagé, service de communication externaliséGérez votre image de marque et votre marketing digital à temps partagé avec GBSNavette transport VIP hôtels, personnalités, clients, entreprisesNavette VIP pour les hôtels de Lyon - le service des Transports LausseurCoffret recettes mets et vins pour entreprises, coffret gourmand recettesCoffrets recettes CiboVino : un cadeau gourmand original où le chef cuisinier, c’est vous !Développpement commercial pour TPE, externalisation de la prospectionGBS : le nouveau nom du développement commercial des TPE et des indépendantsMeubles en bois professionnels sur mesure, comptoirs, bars, ateliers de cuisineVotre meuble sur mesure dans le bois de votre choix !Coffret apéritif pour entreprises, le coffret apéro des salariésCoffret cadeau gourmand : CiboVino vous le sert à l’apéroTransport de collaborateurs, fiable, ponctuel - taxi pour entreprisesTransports Lausseur, la navette privilégiée des entreprises pour les déplacements des clients et des partenairesTaxi groupe 9 personnes, minibus pour entreprises, hôtels, agences LyonEntreprises, hôtels, agences : reposez-vous sur la rigueur et la fiabilité des Transports Lausseur, taxi groupe 9 personnesSaisie et qualification de fichiers prospects - faire saisir ses donnéesConstitution et qualification de fichiers prospects - faites saisir vos contactsTranscription données médicales, données personnelles, saisie de données de santéService de saisie de données adapté aux mutuelles, CHU, laboratoires et tous organismes de santéSaisie de données, catalogues, études - transcription d'informationPour gagner en productivité, confiez la saisie de données à Easy Info ServicesBroderie sur tablier de charcutier, boucher ou boulanger - faire broder ses tabliersCharcutiers, bouchers, cuisiniers, cavistes : faites broder vos tabliers !Rénover sa toiture - conseils et rénovations de toits et charpentesBati&Bois rénove vos toitures et vos charpentesRevues de presse et constitutions de dossier de presse, prestation ExpertInfoRevues de presse et constitution de dossiers de presseFinancer le développement des PME, aide, accompagnement, conseilFinancez le développement de votre entreprise avec ADEC Conseil

Pourquoi il faut construire la LGV Lyon-Turin

Ce que beaucoup retireront du sommet franco-italien de Lyon est que l'objet principal de cette rencontre, la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Lyon-Turin est l'objet de critiques grandissantes et qu'il est trop cher. Vrai, si l'on se place dans une optique à court terme. Faux, si l'on envisage la seule perspective qui vaille dans ce type de projet, le long terme.

Pourquoi il faut construire la LGV Lyon-Turin

La préfecture du Rhône en état de siège, des manifestants anti-TAV (TGV en italien), en nombre dans les rues : le premier Sommet franco-italien qui se soit déroulé à Lyon avait la couleur des casques de CRS, présents en grand nombre.

Mais aussi, au-delà des images largements diffusées, il a aussi permis de débloquer le projet, la Fance et l'Italie, s'engageant par une déclaration solennelle à financer les 57,5 km sous les Alpes à raison de 2,2 milliards d'euros pour la France et de 2,9 milliards pour l'Italie. Les deux pays décrétent le projet "prioritaire" et s'engagent également à "convaincre" l'Union Européenne à financer les 40 % restants, ce qui sera un peu plus difficile, même si le dossier figure déjà parmi les cinq grandes infrastructures de transport prioritaires pour Bruxelles. Le tour de vis budgétaire dû à la crise est passé par là, mais, c'est jouable.

Ces sommes ne représentent qu'une partie du budget total, évalués tous travaux confondus par la Cour des Comptes à près de 26 milliards d'euros.

Trop lourd en cette période de crise profonde ? Il faut mettre ces sommes en perspective : les travaux sont prévus pour durer une quinzaine d'années, donc, de facto, le financement aussi.

La Suisse vient de terminer son "Lyon-Turin" à elle

Alors que la Suisse vient de terminer après quinze ans de travaux, son tunnel, le Gothard, sous les Alpes, long également de 57 km et destiné à l'axe ferroviaire nord-sud (il sera mis en service en 2017) il convient de mettre cette infrastructure la plus coûteuse de ce début de siècle en Europe, en perspective.

Il ne s'agit pas de créer une ligne Lyon-Turin comme on a tendance à la surnommer, mais de lancer un axe Ouest-Est de plusieurs milliers de kilomètres, passant sous les Alpes pour permettre aux passagers et au fret de l'Europe méditerranéenne de se rendre vers l'Europe du Nord, et ce , jusqu'en Ukraine : de relier Lisbonne, Séville, Madrid et Barcelone à Kiev, via Budapest et l'Europe danubienne.

La ligne actuelle sous le Mont-Cenis qui culmine à 1 300 mètres est dotée de telles déclivités qu'elle nécessite trois locomotives et représente un coût non négligeable ; et de toute façon, elle ne pourra assurer le trafic qui ne manquera pas de se développer à l'avenir.

L'opposition très spectaculaire à ce projet est l'œuvre en grande majorité des habitants du Val de Suse situés en Italie à la sortie du tunnel. Ils ont vu les infrastructures se multiplier dans leur vallée étroite et ont du mal à supporter à en voir une nouvelle. On peut les comprendre, mais on peut tabler aussi sur le gouvernement italien pour limiter le plus possible les nuisances. Il s'agit en tout cas d'une minorité, rejointe par les Verts.

Un trafic à 89 % routier entre la France et l'Italie

Mais ces derniers ne sont guère cohérents : il ne veulent plus voir passer de camions dans les vallées alpines, mais récusent un projet qui vise à supprimer le passage d'un million de camions par an. Actuellement, entre la France et l'Italie, 89 % du trafic se fait par la route. Comprenne qui pourra !

Derrière ce socle argumentaire, s'ajoutent des considérations purement rhônalpines. Outre le fait que les travaux devraient donner du travail à près de 6 000 salariés pendant dix ans, voire plus, la ligne ferroviaire Lyon-Turin constituera un levier puissant, à la fois pour accélérer le contournement ferroviaire de Lyon, indispensable, mais aussi permettre la modernisation des lignes alpines, vers Grenoble, mais surtout vers Chambéry, dotée d'une seule voie.

Les flux de l'axe historique Nord-Sud seront rejoints par les flux d'un axe Est-Ouest : le Lyon-Turin fera enfin de Lyon et de Rhône-Alpes un véritable carrefour.

Outre la désignation d'un promoteur unique dès 2013 pour mener à bien cette liaison, le Sommet franco-italien a aussi accouché d'une autre décision, passée inaperçue, en attendant : la prolongation de l'actuelle autoroute ferroviaire alpine Turin-Aiton (Savoie) jusqu'à Lyon. Un test pour le fret : cette expérience sera financée par une augmentation des tarifs dans les tunnels du Fréjus et du Mont-Blanc pendant trois ans.

Seule certitude aujourd'hui : il faudra beaucoup de constance et de volonté politique pour que la LGV Lyon-Turin voie le jour, sachant que 800 millions d'euros ont déjà été dépensés en études et en "descenderies". Il ne faudrait pas que cela soit en pure perte.

Il ne faudrait pas aussi qu'elle connaisse le sort qu'à subi un autre axe destiné, lui aussi à économiser le passage de centaines milliers camions et donc de tonnes de CO2 : le canal Rhin-Rhône qui devait faire converger la Méditerranée vers les canaux du Nord de l'Europe et qui a été rayé en un jour d'un trait de plume, sous la pression des Verts. Une décision purement politique que beaucoup de décideurs regrettent aujourd'hui.





Le dessin d'Olivero
Publiée le 10 déc. 2012 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 10 déc. 2012
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine
News environnement, énergies renouvelables
Italie
International
Train, TGV, transport et infra structures ferroviaires
Commentaires
la cour des comptes de la république sait elle compter ?[ 12/12/12 - Philippe BASSY ]

Vous etes stipendiés par les pouvoirs publcs ou quoi ? comment peut on accepter 26 GEUR pour un projet qui n'a pas démontré son utilité ? c'est l'équivalent du grand emprunt de sarkozy ou du choc de compétitivité de hollande, tous les deux pour la france entière!! vous donneriez 26 000 eur à un beau-parleur, fut-il ex-ministre du logement, qui vous dit qu'il va améliorer les liaisons entre malte et chypre??  (à mon avis, on devrait construire un EPR dans ce fichu tunnel, comme ça on monterait à 50 GEUR et ces fichus contribuables seraient bien dépassés!)



HAUT