Espaces thématiques+
Bourse & Finance

Dédié aux experts et professionnels de la Bourse, de la Finance, en région Rhône-Alpes. Cet...

Lyon Digital & Numérique

Bienvenue dans l'espace Lyon Digital & Numérique "Business numérique", "marketing digital"...

Lyon English Business

Welcome to the English corner of Lyon-Entreprises.com This space includes all the English pages...

Voir tous les espaces
Infos des entreprises Voir toutes les infos

SAM OUTILLAGE

Réindustrialisation : la voie américaine ?

Une nouvelle économique importante est passée inaperçue dans la torpeur de l'été : la réindustrialisation des Etats-Unis a démarré. Un nombre grandissant d'entreprises rapatrie des fabrications des pays émergents. Le même phénomène pourrait-il se diffuser à l'Europe et plus particulièrement en France ?


Réindustrialisation : la voie américaine ?

Les conjoncturistes américains attendaient la création de près d'une centaine de milliers d'emplois en juillet aux USA. A leur grande surprise, il s'en est créé très précisément 163 000.

 Scrutant de plus près les chiffres, ils constatèrent-surprise !-que le secteur manufacturier avait donné naissance à plus de 25 000 emplois dont près de la moitié dans le secteur automobile.

 Il s'agit là du signal d'un mouvement profond qui, pour un certain nombre d'économistes ne fait que débuter : la réindustrialisation des Etats-Unis.

 Ce regain de l'industrie américaine peut avoir plusieurs lectures. Il traduit d'abord les efforts de l'administration Obama pour doper les exportations. Il faut y voir également la conséquence de l'exploitation des gaz de schistes, interdite en France, mais encouragée aux Etats-Unis qui ont fait plonger les prix du gaz et rend beaucoup plus compétitif le prix de l'énergie pour les industriels.

 Mais enfin et surtout, il faut y voir aussi un véritable mouvement de relocalisation vers les Etats-Unis d'emplois auparavant transférés vers les pays à bas coûts de main d'œuvre. La presse américaine fait actuellement tous les jours ses choux gras d'histoires d'entreprises de toutes tailles qui rapatrient des unités de production de pays émergents, frustrées par la lenteur et les coûts grandissant de l'acheminement, ou le taux de défauts, trop important, des produits livrés.

 Pourquoi ce qui semblait inéluctable il y a une décennie, ne l'est plus ? Cité par les Echos, Jeff Immell, le patron de General Electric explique ainsi qu' « avec toute la technologie que nous avons maintenant dans nos usines, le facteur coût du travail est devenu une composante relativement mineure, c'était différent il y a dix ans. »  Ce mouvement de réindustrialisation qui pourrait valoir sa réélection à Barack Obama devrait donc être appelé à se poursuivre.

 Mais pour autant, pourrait-il se diffuser à l'Europe ? Selon certains spécialistes, au Royaume-Uni, certainement. C'est d'ailleurs déjà en cours, l'industrie automobile britannique dont la quasi-totalité des usines est désormais contrôlée par des capitaux étrangers, jouit ainsi, contrairement à la France, d'un véritable état de grâce.


Et la France, justement ? C'est la grosse question. Le facteur coût du travail et compétitivité est là une nouvelle fois montré du doigt.

 Pourtant, quelques (petits) signes sont aussi apparus cet été. Ainsi par exemple, le fabricant stéphanois d'outillage SAM a annoncé en juillet son intention de rapatrier en France une partie de sa production, celle des meubles métalliques pour le rangement des outils. Là encore, les explications émanant de la direction sont les mêmes que celles avancées par les chefs d'entreprises aux USA : l'entreprise attend plus de flexibilité, un approvisionnement sécurisé et une baisse des coûts de transports afin de compenser un coût de revient supérieur.

 Se rendant à l'Université d'été du Medef, jeudi 30 août, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie a déclaré, évoquant la forte présence gouvernementale à la manifestation patronale : « Nous sommes là pour dire que le gouvernement est pleinement décidé à affronter le défi économique de la compétitivité car ne n'est qu'en renforçant nos capacités de croissance que nous gagnerons la bataille de l'emploi. »

 Seule une réelle amélioration de la compétitivité de nos entreprises, le problème central de l'économie de l'Hexagone, serait susceptible de générer le même mouvement de réindustrialisation en France qu'aux Etats-Unis. Reste désormais au gouvernement de passer de la parole aux actes et pour l'instant, on ne voit pas venir grand chose...


Le dessin de Chapatte
Publiée le 31 août 2012 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 03 sept. 2012
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine
Industrie, industrialisation, sous-traitance industrielle
SAM OUTILLAGE
USA


HAUT