Espaces thématiques+
Bourse & Finance

Dédié aux experts et professionnels de la Bourse, de la Finance, en région Rhône-Alpes. Cet...

Lyon Digital & Numérique

Bienvenue dans l'espace Lyon Digital & Numérique "Business numérique", "marketing digital"...

Lyon English Business

Welcome to the English corner of Lyon-Entreprises.com This space includes all the English pages...

Voir tous les espaces
Vidéos des entreprises Voir toutes les vidéos

PONCIN METAL

Relocalisation : un vrai mouvement en train de s'enclencher ?

Dominique Largeron

Paraboot, les pulls rouges des moniteurs de ski ESF, la lampe Gibbon d'Habitat : la liste des relocalisations s'allonge dans la région. Depuis cet été, Rhône-Alpes a son « relocaliseur » ou plutôt, en langage plus administratif, son RUI ou Référent Unique Investissement : Simon Ulmer. Il a été nommé par Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif pour appuyer les investissements et surtout promouvoir et accompagner les relocalisations. Il reconnaît avoir actuellement une trentaine de dossiers en main.

 Relocalisation : un vrai mouvement en train de s'enclencher ?

 Du fait de sa portée symbolique, c'est la relocalisation qui fait actuellement le plus de bruit médiatique. Fabriqués jusqu'à présent en Asie, les fameux pulls rouges des 5 750 moniteurs de l'Ecole de Ski Français (ESF) sont à nouveau produits en France. Pas en Rhône-Alpes où la cohorte des moniteurs rouges est la plus importante, mais à une encâblure : au Creusot en Saône-et-Loire oû une PME de 130 salariés, Avance Diffusion, a décroché le contrat qui représente 2 500 heures de travail et 15 % de son chiffre d'affaires.

Une relocalisation emblématique illustrant tout de même un vrai mouvement. Il suffit de constater les dernières relocalisations en date. Le fabricant isérois de chaussures, Paraboot, vient ainsi d'annoncer qu'il rapatriait à Tullins la fabrication de ses sneakers, une sorte de chaussures bateau jusqu'ici fabriquées au Portugal. Il a investi 300 000 euros dans des automates pour cette production qui devrait employer six à sept personnes.

La lampe Gibbon d'Habitat relocalisée à Tarare à la société Poncin

Une autre marque toute aussi connue, Habitat, vient de son côté de rapatrier dans le département du Rhône sa lampe fétiche, Ribbon, qui se vend à 8 000 exemplaires et qui était fabriquée jusqu'alors en Chine.

C'est un chef d'entreprise de Tarare, à la tête d'une tôlerie, rencontré par le patron d'Habitat, Hervé Giaoui, par hasard, au détour d'un stand du Salon « Maison & Objet »à Paris, qui a emporté le marché. Les premières Gibbon « made in Rhône » sortiront d'ici quelques semaines de l'usine de la société Poncin.

Le big boss d'Habitat ne s'en cache pas. A petite dose, certes, il envisage de relocaliser d'autres produits, dont ses cocottes en terre.

C'est le type de nouvelles qui met aux anges un fonctionnaire récemment nommé à la Préfecture de la région Rhône-Alpes, à Lyon : Simon Ulmer. Si son collègue, Alexandre Moulin, commissaire au Redressement productif est chargé de gérer les dossiers délicats de sociétés en difficulté, lui a pour mission d'accompagner celles qui investissent (au delà de 3 millions d'euros) et aussi précisément celles qui relocalisent. Il est RUI. Traduisez : Référent Unique Investissement.

Le vibrionnant ministre Arnaud Montebourg a pris deux mesures pour accélérer les relocalisations : il a mis 200 millions d'euros sur la table pour accompagner les chefs d'entreprises désireux de relocaliser.

 Colbert 2.0 : déjà 12 000 clics

Et pour convaincre ces chefs d'entreprise de rapatrier la fabrication de leurs produits, il a mis en ligne un site Web au nom évocateur : Colbert 2.0. Celui-ci prend la forme d'un questionnaire d'une cinquantaine de questions-une demi-heure est nécessaire pour y répondre- permettant aux chefs d'entreprise de vérifier si le rapatriement de leur production présente plus d'avantages que d'inconvénients. Au bilan : 12 000 clics depuis sa mise en ligne...

« Colbert.02 nous a déjà apporté cinq dossiers dont deux sont assez intéressants, dans la Loire et en Haute-Savoie », se félicite le RUI Simon Ulmer. Reste à les concrétiser. Pour l'heure, son rôle consiste aussi à faire la « promo » de Colbert 2.0 auprès des chefs d'entreprise.

Les raisons avancées par les chefs d'entreprises intéressés : « une stratégie d'image, le « made in France » se vendant bien, des problèmes de logistiques et de coûts cachés des fabrications à l'étranger », résume Simon Ulmer.
Plus globalement, il a en main une trentaine de dossiers, dont deux s'annoncent prometteurs : dans la chimie verte et l'équipement automobile. Et d'affirmer : « On note une nette accélération. »

 Certes, sans aucun doute, par rapport à l'encéphalogramme plat qui prévalait auparavant. Il faut bien amorcer le mouvement, mais il faut bien constater qu'il ne s'agit pour l'heure, que de petites séries.

 On imagine que si par bonheur une « grosse » relocalisation se profilait, Arnaud Montebourg le ferait abondamment savoir...

Publiée le 12 oct. 2013 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 14 oct. 2013
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine
Rhône Alpes
Délocalisation, relocalisation, décentralisation
PONCIN METAL

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT