Produits & Services
Retraite Madelin AXA - solution retraite des TNS et IndépendantsEt vous, qu'avez-vous mis en œuvre pour votre retraite ?Assurance prévoyance du TNS, aide et conseil aux dirigeants Entrepreneurs : intéressez-vous dès à présent à votre prévoyance !Broderie sur vêtements de travail, tenue de cuisinier, métiers des CHR  Broderie sur vêtements de travail pour cafés, hôtels, restaurants : une spécialité Créativ’BroderieCoffret gourmand confitures de luxe Bruneton > cadeau d'affaire gourmandCadeaux d'affaires gourmand : jouez la carte de l'originalité avec des confitures 100% artisanalesConfiture de luxe BRUNETON, confitures artisanales de luxe pour tous les chefsMaison Bruneton : des confitures de luxe à la table des meilleurs chefs de Lyon et du mondeDirecteur marketing à temps partagé, service de communication externaliséGérez votre image de marque et votre marketing digital à temps partagé avec GBSNavette transport VIP hôtels, personnalités, clients, entreprisesNavette VIP pour les hôtels de Lyon - le service des Transports LausseurCoffret recettes mets et vins pour entreprises, coffret gourmand recettesCoffrets recettes CiboVino : un cadeau gourmand original où le chef cuisinier, c’est vous !Développpement commercial pour TPE, externalisation de la prospectionGBS : le nouveau nom du développement commercial des TPE et des indépendantsMeubles en bois professionnels sur mesure, comptoirs, bars, ateliers de cuisineVotre meuble sur mesure dans le bois de votre choix !Coffret apéritif pour entreprises, le coffret apéro des salariésCoffret cadeau gourmand : CiboVino vous le sert à l’apéroTransport de collaborateurs, fiable, ponctuel - taxi pour entreprisesTransports Lausseur, la navette privilégiée des entreprises pour les déplacements des clients et des partenairesTaxi groupe 9 personnes, minibus pour entreprises, hôtels, agences LyonEntreprises, hôtels, agences : reposez-vous sur la rigueur et la fiabilité des Transports Lausseur, taxi groupe 9 personnesSaisie et qualification de fichiers prospects - faire saisir ses donnéesConstitution et qualification de fichiers prospects - faites saisir vos contactsTranscription données médicales, données personnelles, saisie de données de santéService de saisie de données adapté aux mutuelles, CHU, laboratoires et tous organismes de santéSaisie de données, catalogues, études - transcription d'informationPour gagner en productivité, confiez la saisie de données à Easy Info ServicesBroderie sur tablier de charcutier, boucher ou boulanger - faire broder ses tabliersCharcutiers, bouchers, cuisiniers, cavistes : faites broder vos tabliers !Rénover sa toiture - conseils et rénovations de toits et charpentesBati&Bois rénove vos toitures et vos charpentesRevues de presse et constitutions de dossier de presse, prestation ExpertInfoRevues de presse et constitution de dossiers de presseFinancer le développement des PME, aide, accompagnement, conseilFinancez le développement de votre entreprise avec ADEC Conseil

Renault Trucks pourrait retrouver un avenir si l'Etat y met du sien

Dominique Largeron

Certes la crise est passée par là. Mais l'explication ne suffit plus. Les syndicats de Renault Trucks qui organisent mardi 16 juin une nouvelle journée d'action craignent que la direction suédoise de Renault Trucks ait fait le choix de dévitaliser en partie le groupe à Lyon et en Rhône-Alpes au profit de la Suède et d'autres sites européens. Depuis six ans, les effectifs ont fondu de 16,5 % . Et la chute pourrait bien se poursuivre. Une sortie de crise préconisée par les cadres CGC de l'entreprise existe pourtant.

Renault Trucks pourrait retrouver un avenir si l'Etat y met du sien

A l'initiative de l'intersyndicale de Renault Trucks près de six cents salariés devraient manifester mardi 16 juin à Lyon, devant la préfecture du Rhône et de Rhône-Alpes avant qu'une délégation soit reçue par Michel Delpuech, préfet.

 Une journée d'action qui fait suite à la précédente, le 9 juin dernier, particulièrement suivie.

 La situation sociale chez Renault Trucks n'est pas au point mort. Elle a tendance à s'emballer.

 La défiance est au maximum entre la direction du fabricant de poids-lourds et les syndicats.

 La crainte de 200 licenciements secs

 L'élément déclenchant est le nouveau plan social mis en œuvre, avec à la clé 591 suppressions de postes. L'intersyndicale craint qu'il ne se traduise par près de 200 licenciements secs.

 Mais telle n'est pas la seule source d'inquiétude, car ce n'est pas le premier plan social qui touche le fabricant de poids-lourds. L'intersyndicale en craint d'autres.

 Les syndicats ont fait les comptes. « Les effectifs sont tombés de 10 000 en 2008, à 8 350, à la fin du mois de mars 2015. Ce qui représente une chute des effectifs de 16,5 % », calcule Eric Freyburger, secrétaire du Comité Central d'Entreprise de Renault Trucks.

 L'un des principaux actionnaires de Renault Trucks, le fonds Sevian a obtenu la tête du directeur général de Renault Trucks, Olof Persson. Il sera remplacé au cours du mois d'octobre par l'actuel dirigeant du constructeur Scania, Martin Lundstedt.

 L'illustration de la volonté de la direction de faire revenir rapidement Renault Trucks dans la zone des profits, il est vrai écornés à la fois par la crise qui a durement frappé ce secteur très cyclique, mais aussi par le lancement d'une nouvelle gamme en 2013.

 Seul point positif, en effet : l'ensemble de la gamme de gros porteurs a été entièrement renouvelée, ce qui devrait donner en cette période de reprise économique un avantage concurrentiel à Renault Trucks.

 L'entreprise dont le siège social, même c'est de plus en plus fictif, est encore basé à Lyon, fait valoir cet argument, mettant en avant l'investissement de 2 milliards d'euros qu'a représenté le renouvellement complet de la gamme pour souligner son ancrage lyonnais.

 L'informatique concernée en septembre

 Reste, comme le souligne Eric Freyburger, après les services commerciaux, c'est l'informatique qui pourrait être concernée en septembre.

 La direction de Renault Trucks a en effet, pour réaliser des économies, décidé d'externaliser l'informatique. « Cela concernera près de 200 personnes sur Lyon. L'objectif affiché par la direction est d'obtenir 10 % de productivité par an. Nous craignons qu'au passage, il y ait là encore des suppressions d'emplois », détaille Eric Freyburger.

 Le plan social suivant devrait concerner le moteur de l'entreprise, sa Recherche & Développement qui concerne 1 374 salariés. Depuis 2012, ce service basé à Saint-Priest n'est déjà plus chargé que de la moyenne gamme : les tonnages situés entre 4,5 et 18 tonnes.

 « Il faudrait investir 250 millions d'euros »

 « Notre plateforme concernant cette gamme est ancienne et notre production est plutôt chère par rapport à la concurrence », explique le secrétaire du Comité Central d'Entreprise.

 Et d'ajouter : « Si aucun investissement n'est fait, il est à craindre que la fabrication, tout autant que la R&D en pâtissent à terme. Il faudrait que le groupe investisse près de 250 millions d'euros pour relancer cette gamme », estime le responsable de CGC

 D'où l'appel du pied à l'Etat : « Nous à la CGC, nous proposons que la Banque Publique d'Investissement, la BPi, propose à Renault Trucks un prêt de 150 millions d'euros par exemple, pour accompagner une telle modernisation absolument nécessaire. Cela pourrait être l'élément déclenchant et inverser la spirale négative que nous vivons depuis plusieurs années. Les effectifs vont tomber à 7 500 à la fin de cette année. Et au rythme de 500 suppressions d'emplois chaque année... »

 C'est entre autres propositions, ce prêt « qui pourrait être une bonne affaire pour la BPi alors que le marché du poids-lourd redémarre » qui sera évoqué le 16 juin lors de l'entrevue avec Michel Delpuech, préfet.

 On se trouverait là très précisément dans un cas de figure typique d'intervention de la Banque Publique qui a investi des sommes aussi significatives dans d'autres entreprises. La perche sera-t-elle saisie à la fois par la direction de Renault Trucks et par la BPi ? A suivre...

Publiée le 12 juin 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT