Espaces thématiques+
Bourse & Finance

Dédié aux experts et professionnels de la Bourse, de la Finance, en région Rhône-Alpes. Cet...

Lyon Digital & Numérique

Bienvenue dans l'espace Lyon Digital & Numérique "Business numérique", "marketing digital"...

Lyon English Business

Welcome to the English corner of Lyon-Entreprises.com This space includes all the English pages...

Voir tous les espaces
Vidéos des entreprises Voir toutes les vidéos

OLYMPIQUE LYONNAIS

Stade des Lumières : Jean-Michel Aulas en passe de gagner son pari

Dominique Largeron

Souvenez-vous, au début du mois de juin dernier, uni derrière le projet de Stade des Lumières de Décines, avec une belle unanimité, le monde économique lyonnais poussait ses troupes à s'impliquer dans les huit enquêtes d'utilité publique pour aboutir à un avis favorable. Une unité (presque) sans faille : de la CGPME au Medef, en passant par la CCI ou la Chambre de Métiers, tous défendaient, avec des trémolos dans la voix, le projet de Grand Stade.

friandart

Ce n'était pas pour les beaux yeux de Jean-Michel Aulas que tous ces décideurs avaient mis en place cette union sacrée autour de l'équipement sportif, mais « pour le rayonnement de l'agglomération » et « les retombées économiques avec 800 emplois permanents créés à terme ». Sans oublier ceux suscités par le chantier lui-même.

Il est probable que sans la mobilisation de tous ceux qui pèsent lourd dans l'économie lyonnaise, associée à l'appui sans faille de Gérard Collomb, maire de Lyon, la balance n'aurait pas penché en faveur du Grand Stade.

Assorti de quelques réserves plutôt mineures sur les aspects acoustiques et les questions de circulation, les quarante-cinq commissaires enquêteurs des huit enquêtes d'utilité publiques ont en effet délivré lundi 17 octobre un avis favorable à la réalisation de la future enceinte de l'Olympique Lyonnais.

Le pari de Jean-Michel Aulas semble donc bien gagné, s'il n'est pas exclu-et même probable- que des recours soient engagés. « Nous gérerons ces recours », assure avec son optimisme à tout crin Gérard Collomb.

On comprend dès lors la déception des opposants au Grand Stade qui pensaient obtenir un non franc et massif comme lors de deux précédentes consultations. « La consultation a été découpée en neuf enquêtes distinctes empêchant de consulter dans un même lieu le dossier complet de sorte qu'il était impossible de se faire une idée globale de l'opération. Le Grand Lyon a fortement incité les derniers jours élus et fonctionnaires à déposer des avis favorables », se plaint, sur le site de Lyon-Capitale, l’association des contribuables lyonnais.

Fort de ce succès, les événements vont s'accélérer. La révision partielle du Plan Local d'Urbanisme (PLU), objet des huit enquêtes, sera proposée au vote des élus du Grand Lyon en décembre prochain.

Les premiers coups de pioche vont pouvoir débuter, ce qui permettrait d'inaugurer le stade comme prévu au deuxième trimestre 2014, dans les temps impartis pour son utilisation dans le cadre de l'Euro 2016 de Football.

Mais ce n'est pas tout : outre la construction de cette enceinte de 59 000 places, d'autres travaux vont devoir être engagés : les accès au futur stade, l'extension de la ligne de tramway T3, la réalisation d'un échangeur, le parking...

De ce côté, là aussi, tout est bordé juridiquement, puisque, on s'en souvient, le 30 mai dernier, à l'issue d'un long suspens et d'une forte pression de Jean-Michel Aulas et de Gérard Collomb, l'Etat a publié au  Journal Officiel, la déclaration d'utilité publique (DUP), dans le but de sécuriser juridiquement les 180 millions d'euros de contribution publique liés à cette opération privée.

Du côté financier aussi, tout semble paré, depuis le choix, en juillet dernier, du méga-groupe du BTP comme opérateur du chantier, mais pas seulement, puisqu'il deviendra aussi actionnaire minoritaire de la Financière Montout, la structure juridique qui sera le maître d'ouvrage. Vinci qui sera constructeur, mais aussi exploitant du stade, apporte 100 millions d'euros.

Comme pour le LOU qui vient d'engranger plusieurs millions d'euros en donnant le nom de son nouveau stade de Vénissieux à la Matmut, l'opération de « naming » du Stade des Lumières pourrait rapporter de son côté plus de 100 millions d'euros. Il est fort probable qu'à cet égard, les négociations sont déjà engagées.

Il le faudra, car il s'agira d'un stade pour le moins onéreux puisque son prix est annoncé à 381 millions d'euros HT, auxquels il faut ajouter 69 millions d'euros pris en charge par des opérateurs privés extérieurs pour des hôtels, bureaux, etc.

Mais on peut compter sur Jean-Michel Aulas qui s'appuie pour ce faire sur la prestigieuse banque Lazard, pour boucler le montage financier de l'opération, au mieux des intérêts de l'OL ! A l'arrivée, l'union sacrée privé/public autour du Stade des Lumières aura été payante.

Dessin  Friandart Voir le site

Voir tous les dessins de Friandart pour l'édito lyon entreprises

Publiée le 18 oct. 2011 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 24 oct. 2011
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine
OLYMPIQUE LYONNAIS
Sport, équipement sportif


HAUT