Dernières infos

Bénéfice net en hausse de... 62,4 % : la belle dynamique de bioMérieux ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin...

2017, l'année du retour de la croissance externe pour bioMérieux ? C'est ce que n'exclut pas Alexandre Mérieux. Le groupe lyonnais spécialisé dans le diagnostic in vitro a engrangé l'année dernière les résultats de sa stratégie, affichant une progression de 9,6 % de ses ventes et un bond remarquable de son résultat net. De bonnes bases pour élargir son périmètre...

Bénéfice net en hausse de... 62,4 % : la belle dynamique de bioMérieux ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin...Alexandre Mérieux, directeur général, n'exclut pas de nouvelles opérations de croissance externe cette année(Photo bioMérieux)

On n'est pas loin, là, d'une croissance à deux chiffres.

Le chiffre d'affaires de bioMérieux a atteint 2,10 milliards d'euros en 2016. À taux de change et périmètre constants, la croissance organique des ventes dépasse l'objectif fixé et s'établit à 9,6 % d'une année sur l'autre. Le résultat opérationnel courant a, quant à lui, bondi de 14,50 %.

Que dire du résultat net qui, lui, a explosé les compteurs : + 62,4 % à 179 millions d'euros !

« En 2016, le groupe a réalisé une solide performance qui témoigne de la pertinence de nos choix stratégiques, tel que le rachat de BioFire en Amérique du Nord », s'est félicité, en commentant les résultats 2016, Jean-Luc Belingard, le président de bioMérieux.

On pourrait même ajouter : une vraie pépite puisque dans la corbeille du rachat figurait l'actuelle gamme de produits à fort potentiel, FilmArray qui tire pour une bonne part la croissance de la société de la galaxie Mérieux.

Des frais de R&D très importants

BioMérieux entend poursuivre à marche forcée dans cette direction : les frais de recherche&Développement pourraient dépasser cette année les 13,5 % du chiffre d'affaires, en lien, notamment avec le développement de cette gamme FilmArray. Ce qui devrait « asseoir sur le long terme son avance sur le marché naissant et en forte progression du diagnostic moléculaire syndromique des maladies infectieuses. »

Cette belle opération de croissance externe incline le groupe lyonnais à récidiver. Sans confirmer quelles cibles pourraient figurer dans le viseur de l'entreprise, Alexandre Mérieux, directeur général du Groupe confirme l'éventualité de futures acquisitions cette année.

Pour cette même année 2017, le groupe table sur une croissance organique des ventes comprise entre 8 et 9 %.

Il vise également un résultat opérationnel courant contributif compris entre 300 et 315 millions d'euros, anticipant notamment 30 millions d'effets de change négatifs.

Cette même année 2017 devrait connaître une pause dans les investissements industriels avec la fin des travaux d'agrandissement des sites de Salt Lake City aux Etats-Unis et de Marcy L'Etoile dans la Métropole lyonnaise qui ont nécessité un investissement de 160 millions d'euros d'investissement en trois ans.

Reste encore à mettre au niveau le site de Durham aux USA : il avait été épinglé par la Food and Drug Administration (FDA).

L'action en hausse de 152 % sur cinq ans...

Reste que les investisseurs qui ont fait le choix de bioMérieux n'ont pas réalisé une mauvaise affaire. Le titre qui gagne 3,80 % à 147 euros depuis le 1er janvier a bondi de 132 % en cinq ans et de 36 % pour la seule année 2016... Le dividende proposé pour 2016 sera d'un euro par action, comme l'année précédente : l'investissement d'abord...



Publiée le 06 mars 2017 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 06 mars 2017
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT