Dernières infos

Bernard Gaud, président régional du Medef : «Pour une baisse massive du coût du travail »

Propos recueillis par Dominique Largeron

Conjoncture, transition énergétique, Lyon-Turin, etc. L'actualité a été riche ces dernières semaines tant au sein même du Medef qu'en matière économique régionale. Président du Medef Rhône-Alpes, Bernard Gaud développe sur tous ces points les positions de l'organisation patronale qui vient de se donner un nouveau président, Pierre Gattaz, aux racines rhônalpines.

Bernard Gaud, président régional du Medef : «Pour une baisse massive du coût du travail »Bernard Gaud

La conjoncture économique : « Stabilité dans la morosité»

 Même si Bernard Gaud veut d'abord voir « le verre à moitié plein, plutôt qu'à moitié vide » en matière de conjoncture, il se révèle moins optimiste que l'Insee Rhône-Alpes (lire ci-contre). Feu orange pour l'industrie, le commerce et les services ; feu rouge pour la construction, l'emploi, les défaillances d'entreprise et enfin le commerce extérieur, « la grande déception ».

 Un seul feu vert est allumé, selon le président régional du Medef : « celui de la création d'entreprise : 14 342 créations au cours du 1er trimestre 2013, soit une hausse de 1,6 % ». Au final, pour Bernard Gaud, « il y a stabilité dans la morosité ».

Transition énergétique : « Inacceptable »

 Pour Bernard Gaud, « La synthèse du débat présenté le 4 juillet dernier lors de la dernière et troisième conférence régionale est à nos yeux inacceptable au regard des enjeux que représente la transition énergétique pour la région Rhône-Alpes, en termes de croissance, d'emplois et d'environnement. »

 Et de tonner : « On présente comme consensuelles des mesures qui ne le sont pas : cette synthèse remet en cause les règles élémentaires de représentativité. La voix des entreprises a été insuffisamment prise en compte. D'autant que l'énergie est un des rares domaines où nos entreprises bénéficient encore d'un avantage compétitif. »

 Il enfonce le clou : « Nous sommes très déçus. Les choses ont été mal préparées et mal exécutées : c'est la raison pour laquelle, nous nous sommes retirés du débat physique. »

 Liaison Lyon-Turin : « une préoccupation »

 Déception là encore du représentant du Medef Rhône-Alpes : « Nous considérons que le débat autour du Lyon-Turin est le reflet d'une politique qui consiste à ne pas privilégier le long terme, à travers les infrastructures. Ce projet qui n'avance pas reste un préoccupation, alors qu'il ne nécessite que 2 milliards d'euros et qu'il devrait être créateur de six à dix mille emplois par an au cours des dix à quinze prochaines années ».

 Le Lyon-Turin devrait enfin faire partie des principaux sujets de discussion lors du prochain sommet franco-italien qui doit se dérouler fin 2013 en Italie.

 « Retrouver des marges par une baisse massive du coût du travail »

 Reprenant le programme de Pierre Gattaz, le nouveau président du Medef dont il a soutenu dès le début la candidature, Bernard Gaud réclame à son tour « une baisse massive du coût du travail qui ne peut passer que par une baisse des dépenses publiques. »

 Il explique : "On s'est félicité au gouvernement du recul de 12 milliards d'euros des dépenses de l'Etat sur le budget 2014 qui représente 370 milliards d'euros. C'est une bonne chose, mais cela ne représente que 1, 5 % de ce budget. Ce dont nous avons besoin, c'est une baisse de l'ordre de 5 % des dépenses publiques. Actuellement l'Allemagne économise tous les ans 10 milliards d'euros sur ses frais de structures par des méthodes de simplification administrative. Pourquoi ne le ferions nous pas aussi ?"

 Un des sujets qui sera sans doute débattu le 25 juillet dans la Loire où se rendra le nouveau président du Medef, Pierre Gattaz qui a choisi Rhône-Alpes pour son premier déplacement en région.



Publiée le 15 juil. 2013 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour


HAUT