Dernières infos

Café Arsène, le fast-food des gastronomes

Pascal Auclair

Nouveau lieu en vogue pour « casser la croûte » à Lyon, Café Arsène redonne ses lettres de noblesse au vénérable jambon-beurre et autres en-cas à avaler sur le pouce.

Café Arsène, le fast-food des gastronomes(Photo Pascal Auclair)

« Manger vite, bien, à toute heure ».

Telle est la devise de Fabrice Barry et Michaël Ballay.

Révélés dans leur ancien bistrot l’Escarcelle, quai Saint-Antoine, les deux compères viennent de se lancer dans une nouvelle aventure gastronomique.

Situé rue du Garet, juste derrière l’Opéra, dans le premier arrondissement, Café Arsène - ouvert début juin - entend se faire une petite place entre Chez Georges, le Café 203 et Le Garet avec une offre décalée.

« Ce n’est pas un bistrot, pas un café, pas une sandwicherie, pas un salon de thé… C’est un peu tout ça à la fois ! Nous l’avons imaginé dans l’esprit des anciens bistrots-comptoirs où l’animation ne s’arrêtait jamais. Un lieu vivant et populaire pour avaler un café accoudé au comptoir, manger un morceau vite fait, grignoter un gâteau en lisant le journal, bavasser avec le taulier un verre de rouge à la main. C’est notre vision de l’hospitalité », explique Fabrice Barry, qui s’est inspiré du prénom de son fils pour baptiser les lieux.

Fabrice Barry et Michaël Ballay (Photo Pascal Auclair).

 Sandwiches gourmands

 Pierre apparentes, sol en béton, tables gris anthracite, larges banquettes, mange-debout et comptoir en bois, le tout éclairé par un monumental lustre en papier, l’atmosphère du Café Arsène fleure bon l’esprit bistrot des années 20/30 avec quelques références au célèbre cambrioleur.

C’est le plus grand des voleurs, oui mais c’est un gentleman… En l’occurrence, les deux bistrotiers ne donnent pas le sentiment de voler le client lorsqu’ils servent leurs généreux sandwiches à une clientèle souvent pressée, moyennant quelques pièces de monnaie.

« On fait le meilleur jambon-beurre de la ville », affirme Michaël Ballay. « Notre ambition est d’apporter de la gastronomie dans la restauration rapide avec de vrais sandwiches gourmands 100% maison à base de produits frais ».

Outre le traditionnel jambon-beurre vendu 5,50 euros, Café Arsène renouvelle le genre avec quelques sandwiches plus originaux, à l’instar du saumon gravlax, betterave, raifort, pickles de chou rouge. A tester également, un dodu volaille fermière, estragon, romaine et vieux comté arrosé d’un verre de Saint-Pourçain ou de Côtes du Rhône.

 P’tit déj’ et goûters sympas

 Le chef, Jonathan Alvarez, propose également une ou deux suggestions quotidiennes, ainsi qu’une carte courte d’entrées (maquereau en nage printanière, terrine de foie de volaille, velouté de petits pois à la française…) et quelques douceurs sucrées (clafoutis à la cerise, cake au citron…) avant le café.

« Notre clientèle ? Beaucoup de businessmen pressés à midi mais aussi ceux qui apprécient le petit déjeuner du matin ou la pause goûter de l’après-midi », résume Fabrice Barry.

Pour l’instant, l’établissement ferme ses portes à 18 heures mais les deux bistrotiers envisagent de lancer prochainement des soirées à thème autour du vin en fin de semaine. Sacré Arsène…

 Pascal Auclair

 Café Arsène

5 rue du Garet 69001 Lyon

04 72 100 799

www.cafe-arsene.fr

Ouvert du lundi au vendredi, de 8 à 18 heures et le samedi de 10 à 18 heures.

Formule sandwich + salade ou dessert + boisson sans alcool à partir de 12 euros, suggestions quotidiennes à partir de 15 euros.

Publiée le 05 juil. 2016 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT