Dernières infos

« Café Terroir » ouvre le 21 juillet : Jean-François, l'autre Têtedoie

Dominique Largeron

Ils sont tous les trois passés par l'Institut Paul Bocuse avant de se frotter à quelques grandes maisons. A vingt ans et des poussières, ils se lancent dans l'aventure entrepreneuriale en ouvrant leur premier restaurant : « Café terroir », près du théâtre des Célestins. Dans le trio, un certain Jean-François Têdedoie qui, sans l'aile protectrice de son père veut, en compagnie de Lemmy Brou et de Barbora Stredova, essayer de se faire un prénom.

« Café Terroir » ouvre le 21 juillet : Jean-François, l'autre Têtedoie Jean-François Têtedoie et Lemmy Brou

« Café Terroir », la toute nouvelle table qui va ouvrir ses portes le 21 juillet rue d'Amboise, à deux pas du théâtre des Célestins à Lyon devrait à n'en pas douter recevoir la visite des candidats aux élections régionales du mois de décembre prochain...

 On ne peut être plus régionaliste ! Le trio de créateurs est parti d'un concept de proximité : « Tout les produits travaillés doivent provenir de la région Rhône-Alpes, pas d'ailleurs !»

 Vins y compris, à une exception près, les vins du Mâconnais. « Parce qu'ils sont excellents et que parce que Mâcon est plus tourné vers Lyon que vers Dijon », explique Jean-François Têtedoie.

 Un nom qui sonne plutôt fort à Lyon : Christian, le père, à la tête de plusieurs établissements dont son vaisseau amiral de l'Antiquaille (un macaron au Michelin), figure parmi les grands chefs comptant actuellement le plus à Lyon.

 Mais c'est seul, sans l'aide protectrice de Papa que Jean-François se lance dans son premier restaurant. Seul, en fait pas tout-à-fait puisqu'il est accompagné dans cette aventure entrepreneuriale par Lemmy Brou.

 A eux deux , ils ont investi 150 000 euros pour acheter le fonds de commerce occupé jusqu'à présent par un restaurant japonais doté d'une solide réputation et aménagé la salle et la cuisine « où de manière étonnante, il n'y avait pratiquement pas de fours... », précise Jean-François Têtedoie.

 Promo 2012 de l'Institut Paul Bocuse

 Les deux amis, co-gérants, qui se connaissent depuis le lycée ont suivi le même parcours : l'Institut Paul Bocuse pendant trois ans, en faisant le choix du cursus Management : promo 2012.

 Jean-François a ensuite travaillé au restaurant école du Pavillon Rhône-Alpes de Shanghai, tandis que Lemmy créait pour McCain une filiale de « Food Trucks », spécialisée dans les frites : « la Potato Mobile » qui se développe partout en France

 Pour la petite histoire, soliste à la maîtrise des Petits Chanteurs de St-Jean, Jean-François a déjà connu son quart d'heure de gloire « warholien », en étant, beaucoup plus jeune, la vedette de la comédie musicale, « Le petit Prince ». Il n'aura pas poursuivi dans la voie musicale, mais a donc bifurqué, sans doute par atavisme familial, dans la restauration.

 Pour la cuisine, les deux co-créateurs du « Café Terroir » ont jeté leur dévolu sur une autre ancienne élève de l'Institut Paul Bocuse, qui elle, a suivi le cursus « Cuisine » et que Jean-François Têtedoie a connu au restaurant d'application de l'Institut à Shanghai situé au sein du Pavillon Rhône-Alpes : Barbora Stredova, d'origine tchèque, vingt ans.

 Une « cuisine de marché »

 « Elle pratique une forme de cuisine qui a beaucoup de fraîcheur, à la fois simple et raffinée, précise», explique Jean-François Têtedoie

 Le jeune trio ne prévoit cependant pas de faire au sein de cette nouvelle table, une forme de cuisine « bistronomique », actuellement très en vogue à Lyon.

 « Ce que nous voulons faire, explique  Jean-François, c'est une cuisine de marché à la fois simple, savoureuse et efficace. On ne veut pas de chichis, pas de technicité, le tout devant baigner dans une atmosphère festive . »

 Mais surtout : « Notre attention porte d'abord sur le produit : avec cette impérieuse nécessité qu'il soit de la meilleure qualité et de proximité. »

 On trouvera notamment sur le carte un tartare de bœuf, des coquillettes jambon des Monts du Lyonnais, ou encore un Parmentier de volailles de l'Ain, etc.

 Une carte des vins rhônalpo-mâconnaise

 Sur la carte des vins rhônalpo-mâconnaise, donc, on trouve d'excellents producteurs comme le Domaine Gallety (Côte-du-Vivarais, « Haute Vigne »), Stéphane Montez (Condrieu, « les grandes chaillées »), Stéphane Ogier (Côte-Rôtie, « le village »), les Coteaux du Lyonnais de Patrice Thollet (rosé, « Le clos »), voire encore Jean-Louis Dutraive (Fleurie). Les vins naturels seront aussi présents en nombre. Vingt-neuf références au total.

 Les tarifs seront plutôt doux : à côté de la carte, un menu à 15 euros pour deux plats et à 21 euros pour trois.

 Si Jean-François entend bien voler de ses propres ailes, ce sera tout-de-même sous l'œil de papa d'une certain manière, puisque Christian Têtedoie est aussi le propriétaire d'une table de mère lyonnaise historique, « La Voûte », initiée par la Mère Léa, et située à une centaine de mètres de là...

 - « Café Terroir », 14 rue d’Amboise, 69 002 Lyon. Menu 15 euros (deux plats), 21 euros (trois plats). Carte. Du mardi au samedi : de 12h à 14h30 & de 18h à 22h. Le dimanche : de 18h à 22h. Le 09 53 36 08 11. http://www.cafeterroir.fr

Publiée le 09 juil. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT