Dernières infos

Chiffre d'affaires multiplié par deux : l'Olympique Lyonnais revient dans le vert

Ce n'est sans doute qu'un début ! Grâce à sa (courte) présence en Champion's Ligue et des cessions de joueurs d'un bon niveau, le chiffre d'affaires de l'OL a nettement progressé au 1er semestre de son exercice qui s'est terminé le 31 décembre 2015. Les résultats sont revenus dans le vert. L'avenir s'annonce encore plus profitable, Jean-Michel Aulas estimant d'ici trois/quatre ans que le Parc Olympique devrait générer à lui seul 70 millions d'euros supplémentaires chaque année.

Chiffre d'affaires multiplié par deux : l'Olympique Lyonnais revient dans le vertJean-Michel Aulas, le regard tourné vers l'avenir...

Avant même de s'installer, le 9 janvier, dans son nouveau stade, l'Olympique Lyonnais, à la peine ces dernières années, a retrouvé des finances plus riantes, comme le prouvent les résultats du 1ème semestre de l'exercice 2015/2016, clos le 31 décembre 2015.

Celui-ci s'est traduit par une forte amélioration grâce au retour de l’équipe professionnelle masculine en Champions League et la forte progression des cessions de contrats joueurs, tous issus de l’Academy (le centre de formation).

 Un résultat net qui frôle les 20 millions

 Ainsi, sur la période, les produits des activités qui constituent le chiffre d'affaires du Club progressent de 55,3 millions d'euros pour atteindre 107,8 millions au 31 décembre 2015, soit un quasi doublement (52,5 millions d'euros, lors du précédent exercice).

 Le résultat net part du groupe quant à lui effectue un véritable bond pour s’établir à 19,7 millions d'euros (contre - 9,4 millions d'euros lors du précédent exercice).

La majorité des postes sont à la hausse, à l'instar des recettes de billetterie qui progressent de 2,6 millions d'euros pour s'élever à 7,6 millions d'euros contre 5 millions d'euros, au 31 décembre 2014.

Les droits TV et marketing s’élèvent au total à 54,6 millions d'euros, contre 22,9 millions d'euros au 31 décembre 2014.

Forte croissance des cessions de joueurs

Enfin les revenus de cession des joueurs sont également en forte croissance à 26,2 millions d'euros contre 3,9 millions il y a un an, soit une augmentation de 22,3 millions d'euros. Ils intègrent les cessions des joueurs Benzia, Njie, Yattara, et Zeffane pour 17 millions d'euros, et des incentives pour 9,2 millions d'euros.

Et ce, alors que l'OL n'avait pas encore intégré son nouveau stade qui s'annonce comme une véritable machine à cash.

De nombreux évènements sont d’ores et déjà planifiés avec des recettes qui cette fois iront tout droit dans les caisses du Club : finales de Coupe d’Europe de rugby en mai 2016, 6 matchs de l’Euro 2016 de football en juin et juillet 2016, concert de Rihanna le 19 juillet 2016, etc..

 Sans oublier de nombreux séminaires B to B organisés quotidiennement au sein du Parc OL : d'ores et déjà 24 séminaires et conventions déjà organisés au 11 février 2016 !

 De son côté, le mur des supporters inauguré le 14 février 2016 connaît un vif succès avec plus de 4 350 plaques déjà vendues à date !

 70 millions d'euros de recettes additionnelles chaque année

Jusqu'à présent, Jean-Michel Aulas évoquait 50 millions d'euros de recette additionnelles grâce au Grand Stade.

 Il revoit ces perspectives à la hausse : « D’ici 3 à 5 ans, le Parc Olympique Lyonnais devrait permettre à OL Groupe de générer environ 70 millions d'euros de recettes additionnelles chaque année, devant permettre de replacer le Groupe dans le Top 20 des clubs européens en termes de revenus. »

 Il est vrai que dans les perspective de recettes figure le « naming » du stade : « les discussions avec des grands groupes français et internationaux se poursuivent ; ainsi que celles pour la cession des droits à bâtir sur le site du Parc OL : hôtellerie, immeubles de bureaux, centre de loisirs... ».

 En fonction de ces perspectives plutôt réjouissantes pour le Club lyonnais, le cours de Bourse a bondi de près de 10 % à 2,15 euros, à l'annonce de ces bons résultats et des perspectives qu'il esquisse.

 Reste qu'il a encore beaucoup de chemin à faire pour retrouver son cours d'introduction en Bourse de 2007 qui était, rappelons-le, de...24 euros...

Publiée le 22 févr. 2016 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT