Dernières infos

Condat : des lubrifiants pour les tunneliers... aux cosmétiques « Placentor Végétal »

Dominique Largeron

La société Condat basée à Chasse-sur-Rhône (Isère), numéro 1 mondial des lubrifiants pour les tunneliers vient d'opérer une diversification qui peut apparaître surprenante, mais finalement pas tant que cela. Elle vient d'acquérir 100 % du capital de « Placentor Végétal », une pépite lyonnaise de la cosmétique.

Condat : des lubrifiants pour les tunneliers... aux cosmétiques « Placentor Végétal » Nicolas Fouchère a cédé 100 % du capital de son entreprise à Condat, mais il reste aux manettes de la société Sicobel.

La société Sicobel fait partie de ces pépites lyonnaises qui tracent discrètement leur chemin. Cette société basée à Dardilly dans l'ouest lyonnais, spécialisée dans les cosmétiques bio ou issus de produits naturels, connaît depuis un certain nombre d'années une croissance à deux chiffres.

Un parcours sans faute pour cette entreprise de cinquante salariés qui n'a pas échappé à la vigilance de famille Condat, propriétaire de la société éponyme qui s'est faite un nom dans les lubrifiants industriels.

Lors du dernier salon Pollutec à Lyon-Eurexpo, cette entreprise toujours dirigée par des membres de la famille et qui fête cette année son 160ème anniversaire a présenté des dépolluants écologiques, fonctionnant soit par bio-stimulation par ajouts de nutriments ; ou, encore par lessivage des sols à de très faibles concentrations et de surcroît biodégradables.

 Mais elle est surtout connue pour être le numéro 1 mondial des lubrifiants pour les tunneliers, ces monstres d'acier qui avec leurs énormes mâchoires perforent la terre pour faire passer in fine, routes et voies ferrées.

Condat a acquis 100 % du capital de Sicobel

Condat vient de racheter 100 % du capital de la société Sicobel à son propriétaire, Nicolas Fouchère, 62 ans, un pharmacien qui reste à la tête de la société comme directeur général ; et ce, pour une somme qui n'a pas été divulguée.

Même si le multiple de l'ebitda (excédent brut d'exploitation) de cette acquisition est sans doute élevé, la famille Condat est sûre de réaliser une bonne affaire.

Elle a déjà, depuis plusieurs années, engagé une diversification dans les cosmétiques, notamment à travers sa marque, Thalac, destinée aux professionnels. Ainsi, sur les 140 millions d'euros de chiffre d'affaires de Condat, 20 millions d'euros proviennent désormais des produits cosmétiques.

 Si l'utilisation n'est bien sûr pas la même, la technologie des lubrifiants pour les tunneliers qui doivent s'adapter à tous types de roches, s'avèrent in fine, proches et aussi complexes à élaborer que les cosmétiques.

Tant Condat que Sicobel s'appuient sur de solides équipes de Recherche&Développement.

Du placenta humain au placenta végétal

Existant depuis cinquante-cinq ans, la société Sicobel a développé la marque « Placentor Végétal » qui constitue le marqueur de ses origines.

Ayant passé un accord avec la famille Mérieux, elle utilisait à ses débuts les placentas humains que le Groupe Mérieux utilisait pour extraire des gammas globulines..

Mais ayant alors à sa tête un spécialiste des végétaux, l'entreprise s'est tourné , en 1991, vers les molécules proches du placenta humain que l'on peut trouver dans le monde végétal.

Des produits naturels que l'on trouve dans les bourgeons de hêtres notamment alpins-à travers un accord avec l'Office National des Forêts- ou du soja non transgénique. «On y trouve les mêmes acides aminés, oligo-éléments, peptides et sels minéraux que dans le placenta humain. De surcroît, les différentes expérimentations que nous avons menées ont montré que leurs effets étaient même plus efficaces avec les végétaux !», assure Nicolas Fouchère.

A partir de ces produits naturels, l'entreprise a développé une gamme de pas moins d'une trentaine de produits différents, vendus en pharmacie et para-pharmacies : des masques anti-âge, aux crèmes ultra-hydratantes, en passant par les anti-cernes, etc.

Des produits qui ne sont pour l'heure exporté-en Europe au Proche et au Moyen-Orient- qu'à hauteur de 15 % du chiffre d'affaires.

Des synergies entre Condat et Sicobel dans la R&D et à l'international

Pour Nicolas Fouchère, l'entrée de Sicobel dans le giron de Condat va offrir la possibilité à l'entreprise de mettre en place deux types de synergies.

« Au niveau de la Recherche&Développement, Condat possède des machines qui étaient très onéreuses à acquérir et que nous pourrons désormais utiliser », explique-t-il.

Enfin, la présence forte internationale de Condat sur le plan commercial en Asie, en Chine, ou en Amérique Latine, notamment, va permettre à la marque « Placentor Végétal » de conquérir « de nouveaux et prometteurs marchés ».

Une certitude : cette marque, qui en matière de communication faisait preuve d'une discrétion toute lyonnaise, va devoir désormais accepter de se retrouver plus souvent dans les faisceaux des projecteurs...


 

Publiée le 10 déc. 2014 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Cosmétique

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT