Dernières infos

Conjoncture en Rhône-Alpes : si l'Insee confirme « l'éclaircie », celle-ci ne fait pas encore la reprise

Dominique Largeron

« L'éclaircie se confirme » titre l'Insee Rhône-Alpes dans sa dernière note de conjoncture. Les signaux encourageants se multiplient dont une hausse surprise de l'interim spécifique à Rhône-Alpes et un redémarrage des exportations. Les emplois aidés devraient permettre de contrebalancer l'augmentation du nombre de chômeurs qui tend à ralentir. Mais pour qu'il y ait véritablement reprise, il faudrait que l'investissement des entreprises reparte : or, de ce côté là, c'est toujours le calme plat.

 Conjoncture en Rhône-Alpes : si l'Insee confirme « l'éclaircie », celle-ci ne fait pas encore la repriseL'intérim a connu une grosse progression.

Une bonne nouvelle illustrant la sortie de crise : la France retrouvera son niveau de PIB (Produit Intérieur Brut) d'avant crise d'ici la fin de l'année. Ce qui illustre la sortie de crise qui commence à se dessiner. Mais avec beaucoup de retard par rapport à l'Allemagne qui a retrouvé, elle, son niveau d'avant la crise des subprimes de 2009...il y a déjà déjà trois ans !

 L'Insee Rhône-Alpes l'annonce dans sa dernière lettre de conjoncture titrée : « L'éclaircie se confirme ». Après la hausse surprise de 0,5 % du PIB français au 2ème trimestre 2013 que personne n'avait vu venir et un troisième trimestre redevenu atone (0 %), le quatrième devrait s'afficher en hausse de 0,4 %. Et ensuite ? L'Insee reste pour l'instant prudente.

De nombreux feux sont passés du rouge ou de l'orange au vert. A commencer par l'un des indicateurs avancés les plus significatifs : l'intérim.

Un total de 2 250 emplois créés par l'intérim

 S'il continue à piquer du nez dans l'Hexagone, il est à nouveau « en forte hausse » selon l'Insee, en Rhône-Alpes, amenant la création de 2 250 emplois, soit un bond de 3,6 %.

L'Insee liste aussi d'autres bonnes nouvelles : les exportations qui ont marqué une pause en début d'année, repartent à la hausse, avec une croissance de 0,5 % au troisième trimestre.

Un autre indicateur avancé affiche une tendance positive : celui des immatriculations de poids-lourds : + 2,5 % en Rhône-Alpes contre + 0,2 % au plan national.

 Enfin la clientèle étrangère soutient la fréquentation hôtelière de la région avec une hausse des nuitées dont elle est à l'origine : + 5,3 %. Au total, la fréquentation hôtelière toutes clientèles confondues progresse au deuxième trimestre de 1,5 %.

 Côté BTP, même « les mises en chantier s'orientent favorablement à la mi-2013 », constatent les statisticiens de l'Insee. En fait, la chute qui était au 1,1 % au premier trimestre ne s'affiche plus qu'en recul de – 0,2 % au deuxième. Une courbe qui pourrait continuer à se redresser.

 Toutes ces données illustrent la fin de la crise, mais pas pour autant-du moins pas encore- une véritable reprise. Celle-ci ne pourra être effective qu'avec un redémarrage de l'investissement des entreprises qui certes s'améliore, mais ressemble désormais à un encéphalogramme plat : 0 %.

 Du dégel ou non de ce moteur essentiel, dépendra ou non, la suite, c'est-à-dire un vrai reprise que l'Insee n'exclut pas, mais n'annonce pas pour autant : de nombreuses incertitudes subsistent.

Le taux de chômage rhônalpin inférieur de 1,2 point au taux national

Même si le commerce et l'industrie restent affectés par les baisses d'emploi, le chômage ralentit sa progression. L'emploi salarié privé résiste mieux en Rhône-Alpes qu'au plan national. A fin juin, le taux de chômage était ainsi 1,2 point inférieur à celui constaté dans l'Hexagone : 9,3 % contre 10,5 %.

 Au bilan, sur un an, la région a perdu 6 900 emplois. Mais la chute se ralentit au fil des mois : – 1 000 emplois « seulement » au cours du premier semestre.

 Une des explications de ce ralentissement : les emplois aidés (*) qui ne cessent de monter en puissance. Si on ajoute aux emplois d'avenir (5 000 déjà signés) et aux contrats de génération (1 400), les Contrats uniques d'insertion (CUI), soit 26 400 et les contrats d'apprentissage (17 910) et de professionnalisation (12 000), on arrive au chiffre conséquent de 62 710 emplois subventionnés et signés pour la seule région Rhône-Alpes. En attendant que les emplois marchands prennent le relais. Mais quand ?

 (*) (source DARES-DGEFP)

 -Lettre de conjoncture de l'Insee Rhône-Alpes, Pierre-Jean Chambard et Michel Poinsard, Octobre 2013, n° 03.

Publiée le 10 oct. 2013 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 14 oct. 2013
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Emploi, travail
Conjoncture, études, prospectives, sondages
Rhône Alpes

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT