Dernières infos

Déclassement : l'A6/A7 perdent l'appellation autoroute sur seize kilomètres au sein de la Métropole lyonnaise

Déclassement : l'A6/A7 perdent l'appellation autoroute sur seize kilomètres au sein de la Métropole lyonnaiseVersion idyllique vue par la Métropole, du futur boulevard urbain remplaçant les autoroutes A6 et A7.

Automobilistes, lorsque venant du Sud et circulant sur l'A7 en direction de Lyon, vous arrivez au pont de Pierre-Bénite, vous n'êtes plus désormais sur une autoroute... Idem dans l'autre sens, lorsque venant du Nord, vous arrivez à hauteur de Limonest.

 Ce sont en effet les étrennes de fin d'année du gouvernement : le ministre de l'Intérieur vient de déclasser seize kilomètres d'autoroutes à Lyon et ses environs.

Une portion, qui inclut le tunnel sous Fourvière, sur laquelle les poids lourds seront interdits

Ainsi, comme le souhaitait Gérard Collomb, président du Grand Lyon, une partie de l'arrivée à Lyon va être transformée : avec pour objectif de réduire la pollution et d'améliorer le cadre de vie.

La portion de l'A6 et de l'A7 traversant Lyon doit désormais être aménagée en boulevard interdit aux poids lourds, équipé de feux tricolores et limité à... 50 km/h !

Ce boulevard devrait être bordée d'arbres, de pistes cyclables et de voies piétonnes (cf photo)...

Outre le centre de Lyon et le tunnel sous Fourvière, cette portion des autoroutes A6 et A7 traverse les communes de Limonest, Dardilly, Champagne-au-Mont-d'Or, Ecully, Tassin-la-Demi-Lune, la Mulatière, Oullins et Pierre-Bénite.

Sur les 115 000 véhicules qui, quotidiennement, empruntent cette portion d’autoroutes, 16 000 ne font que transiter. "Du coup, le déclassement permettra que 16 000 véhicules ne passent plus par le cœur de ville", se félicite la mairie de Lyon.

Mais est-ce qu'on ne va pas plus vite que la musique ? De gros bouchons en perspective ? En effet, l'indispensable grand contournement de l'agglomération par l'ouest (« L'anneau des sciences ») ne doit pas être réalisé avant... 2025. Dans le meilleur des cas.

Lyon est une des rares ville de cette importance à ne pas bénéficier d'un périphérique permettant de contourner la métropole à l'ouest comme à l'est. D'où l'important flux de circulation sur l'A6 et l'A7.

Le plus heureux dans l'histoire : Gérard Collomb qui se félicite de ce déclassement, qu'il demandait depuis plusieurs années. En cette fin d'année 2016, il salue "une étape historique" pour la ville.

Et d'ajouter : « Ce projet va transformer le visage de notre territoire pour l'embellir encore... »

Dès que le conseil de la métropole de Lyon aura délibéré sur l'intégration de cette section, le préfet du Rhône, Michel Delpuech, prendra un arrêté, "avec effet au plus tard au 1er novembre 2017" - pour "permettre une transition harmonieuse entre les équipes d'exploitation de l'État et celles de la métropole"...

L'une des conséquences de ce déclassement est en effet de transférer ces seize kilomètres qui deviennent à la charge de la Métropole lyonnaise. Le déclassement aura un coût pour les finances de la Métropole...

Publiée le 08 janv. 2017 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT