Espaces thématiques+
Bourse & Finance

Dédié aux experts et professionnels de la Bourse, de la Finance, en région Rhône-Alpes. Cet...

Lyon Digital & Numérique

Bienvenue dans l'espace Lyon Digital & Numérique "Business numérique", "marketing digital"...

Lyon English Business

Welcome to the English corner of Lyon-Entreprises.com This space includes all the English pages...

Voir tous les espaces

ATARI EUROPE

Elle est à nouveau cotée en Bourse : Frédéric Chesnay, l'ancien directeur financier d'Infogrames va-t-il sauver Atari ?

La société que Bruno Bonnell a dirigée et qui est devenue Atari après son départ, refait surface en Bourse. Sa première cotation s'est traduite par un recul de ...55 %. Désireux de repartir à zéro, Frédéric Chesnay, un vétéran d'Infogrames, qui a repris les rênes de la société avec l'aide du fonds Ker va lancer une augmentation de capital de plus de 25 millions d'euros, via l'émission d'obligations convertibles. De la réussite de celle-ci dépend l'avenir de l'ancienne société lyonnaise qui perd encore de l'argent.

Elle est à nouveau cotée en Bourse : Frédéric Chesnay, l'ancien directeur financier d'Infogrames va-t-il sauver Atari ?

 Non Atari n'est pas mort, serait-on tenté de -dire malgré son passage sous le chapter 11 » américain, l'équivalent du dépôt de bilan français.

 Ainsi, le 16 janvier, à la surprise générale, l'action Atari a retrouvé la cote après un an de suspension. Il fallait s'y attendre, l'accueil a été frisquet : le titre perdant près de 55 %, à 0,38 euros, après une semaine de cotation.

 Mais quelque part, il s'agit tout de même d'une renaissance, après la mise en faillite des filiales américaines et au regard de l'importance du passif de la société.

Frédéric Chesnay, un ancien directeur financier d'Infogrames

Il aura fallu la détermination de Frédéric Chesnais, un spécialiste des jeux vidéo qui fut dirigeant et directeur financier d'Infogrames entre 2001 et 2005, pour éviter la disparition pure et simple de la société.

Atari, la convalescente n'est pas pour autant définitivement sortie d'affaires. Il lui faut désormais de l'argent frais pour se relancer.

Après avoir arraché de ses créanciers le droit de poursuivre l'activité moyennant des remboursements partiels, la nouvelle équipe dirigeante veut repartir de zéro en misant sur les marques encore en portefeuille.

Quelle est la stratégie industrielle ? En 2014, Atari va se concentrer sur les jeux en téléchargement, les jeux mobiles, les jeux massivement multijoueurs et les licences.

Frédéric Chesnay espère en 2014 générer au moins 3 millions de dollars de flux de trésorerie entrants, avec l'activité, et afficher un résultat opérationnel courant retraité déficitaire de moins de 5 millions de dollars.

Le retour à l'équilibre ou « proche de l'équilibre » est prévu pour le 31 mars 2015 , date de la clôture des comptes d'Atari.

Pour mener à bien ce plan de bataille, le management a décidé d'opter pour des OCEANEs, des obligations convertibles qui réveillent de douloureux souvenirs chez les anciens actionnaires-sans doute une des raisons de la chute du titre- car c'était un instrument prisé d'Infogrames, que Frédéric Chesnay connaît bien qui n'est jamais parvenu à les rendre exerçables dans de bonnes conditions.

« J'ai envie de poursuivre cette aventure »

 Pourtant, Frédéric Chesnay est confiant : "Au plan financier, j’ai consenti des prêts à Atari j’ai trouvé un fonds d ‘investissement qui a accepté de remplacer BlueBay, et enfin j’ai donné une garantie personnelle de 3,4 millions de dollars qui était indispensable pour obtenir la confirmation du plan américain. Ces sommes seront utilisées pour souscrire à des obligations convertibles en actions Atari par compensation de créances. »

«  Je le fais car j’ai envie de poursuivre cette aventure industrielle dans un secteur qui me passionne, et il me faudra plusieurs années. C’est pour cette raison que nous avons décidé de lancer une seule opération de marché, ouverte à tous", ajoute-t-il.

Le projet porte sur 25,9 millions d'euros d`obligations convertibles rémunérées au taux de 10 % l`an, convertible sur la base de 0,25 euro par action, avec une faculté d'extension à 28,75 millions d`euros.

 Frédéric Chesnais et le fonds Ker Ventures souscriront pour un total de 3,539 millions d'euros, dont 2,59 millions d'euros au titre des sommes versées dans le cadre de la garantie de financement.

Dans l`hypothèse où toutes les OCEANEs ne seraient pas souscrites à l`expiration de la période de souscription, Ker Ventures s`est engagée à souscrire à un montant additionnel minimum de 6,74 millions d'euros.

 Date limite : 15 mars

 La date-limite pour émettre ces OCEANEs a été fixée au 15 mars 2014. Leur non-émission à cette date constituerait un cas de défaut, entrainant l`exigibilité anticipé du contrat de crédit.

Atari précise que dans cette hypothèse, la société n'aurait pas les ressources nécessaires pour sa survie...

Le succès de cette augmentation de capital est donc crucial pour l'avenir de cette société d'origine lyonnaise qui, après bien des vicissitudes, pourrait sortir enfin la tête de l'eau. A suivre...



Publiée le 30 janv. 2014 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Jeu vidéo, serious game, jeu éducatif, casino
Actus, Bourse, Fonds d'investissements, Levée de fonds
ATARI EUROPE
Banque, financement, assurance

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT