Dernières infos

Gaby Didonna (Imouto) s'apprête à ouvrir un nouveau restaurant, consacré au poisson : Ani

Dominique Largeron

Le Gabion, Jols, la Frégate, Assiette et marée … les restaurants de poissons ne sont pas légion à Lyon. C'est la raison pour laquelle l'ouverture prochaine de propriétaire du Bib gourmand Imouto, une table actuellement très courue constitue un petit événement. Situé rue de Créqui, il reprendra le concept version poisson qui fait le succès d'Imouto : ce subtil métissage de cuisine française et asiatique...

Gaby Didonna (Imouto) s'apprête à ouvrir un nouveau restaurant, consacré au poisson : AniGaby Didonna (Photo D. Largeron)

Déjà propriétaire de deux restaurants dans le quartier asiatique du 7ème arrondissement de Lyon, « Oto Oto » et « Imouto », ouvert en 2012, Gaby Didonna va prochainement prendre la direction du 3ème arrondissement pour ouvrir une troisième table.

Il a acquis un restaurant situé au 199 de la rue de Créqui, tout près du Palais de Justice. Un emplacement de rêve au sein duquel était auparavant installé un restaurant thaïlandais, Mai Thai, qui a connu quelques déboires et a dû mettre la clef sous la porte.

Accompagné de son décorateur, Xavier Vigne, Gaby Didonna a investi 300 000 euros pour donner un lustre vintage et pierres apparentes à ce restaurant susceptible d'accueillir 49 couverts.

La dressage de la table sera soigné : il a fait appel pour ce faire à Christofle et Bernardaud.

Toujours à la recherche de sensations nouvelles, il n'entend pas dupliquer Imouto qui s'est vite imposé comme l'une des tables sachant mixer à la fois qualité, originalité et prix. Résultat : cet établissement qui dès sa première année s'est vu octroyer le Bib Gourmand Michelin signalant un excellent rapport qualité/prix, fait le plein à midi et le soir.

Cette fois, il entend exprimer son goût pour les produits de la mer. Ce sera un restaurant de poissons.

Pot-au-feu japonais

Sous toutes ses formes : poissons de ligne entiers grillés, crustacés pochés ou rôtis.

Il travaille déjà sur sa carte sur laquelle on trouvera par exemple un plat « bar et shitaké » (ciboulette fleur du Vietnam, ail basilic thai, nuoc man) ; « cabillaud et chinoiserie » (oyster sauce, gingembre, ail, pakchoi, riz, dashi) ; voire encore un pot-au-feu japonais (poulpe, coquillage, pomme ratte, carotte fane) ; ou pour la bonne bouche, un mariage de coquillage et de calamar (marinière, haddock fumé crevette, écume fumée au kombu)...

Le niveau de prix, pas encore tout-à-fait établi, pourrait être du même ordre qu'Imouto. A suivre...

Etant lui-même aux fourneaux, Gaby Didonna va démarrer avec une petite équipe de deux personnes en cuisine et une autre au service.

Il est désireux de mettre l'accent sur le service en salle : ce sont les cuisiniers qui viendront découper le poisson devant les clients

Un subtil métissage

Une certitude : dans l'assiette, on retrouvera la patte de Gaby, maître du subtil métissage entre une cuisine française dotée d'accents asiatiques.

Une démarche inégalée, originale qui pour lui est naturelle car elle s'explique par son parcours.

Gaby Didonna, 41 ans, est tombé tout petit dans la marmite. C'est sa mère qui tient en effet le restaurant vietnamien de référence du quartier asiatique de Lyon : La Jonque d'or.

Il a bien évidemment travaillé en famille, et ce, très jeune. Mais a tenu à ajouter une formation classique sur le tas, à cette expérience asiatique.

Formé chez Léon de Lyon, Georges Blanc...

Il a ainsi travaillé chez Léon de Lyon, sous la férule de Joseph Viola, puis chez Georges Blanc à Vonnas. Là, il a pris un véritable goût pour la cuisine élaborée qu'il adore. « J'y ai appris la rigueur », reconnaît-il. Chaque lundi, le jour de relâche, il s'offre ainsi un bon repas french touch.

C'est cette double culture assumée qui l'amène donc à marier la cuisine classique française à l'asiatique, transcendant les plats par une opération presque alchimique. « C'est ce qui me correspond vraiment », avoue-t-il. Tel est là son talent dont il offrira une nouvelle facette à la fin de ce mois.

« Ani » : tel est le nom choisi pour ce nouveau restaurant ouvrira en effet ses portes entre le 27 et le 31 mars, mais pas le 1er avril... Amateurs de poissons à la cuisson exacte et précise, mais aussi de saveurs inaccoutumées, préparez vos papilles !

- « Ani», 199 rue de Créqui, 3ème arrondissement. Ouverture des portes entre le 27 et le 31 mars. Pour connaître les prix des menus, et réserver, il faudra attendre un peu...





Publiée le 08 mars 2017 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 15 mars 2017
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Infos des VIP

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT