Espaces thématiques+
Bourse & Finance

Dédié aux experts et professionnels de la Bourse, de la Finance, en région Rhône-Alpes. Cet...

Lyon Digital & Numérique

Bienvenue dans l'espace Lyon Digital & Numérique "Business numérique", "marketing digital"...

Lyon English Business

Welcome to the English corner of Lyon-Entreprises.com This space includes all the English pages...

Voir tous les espaces
Infos des entreprises Voir toutes les infos
Vidéos des entreprises Voir toutes les vidéos

GolFlower

Golf de Mionnay : un centre d'entraînement à 6 millions d'euros destiné à être exporté

Dominique Largeron

Propriétaire du Golf de Mionnay dans l'Ain, depuis deux ans, André Zamora, ex-chef d'entreprise utilise ce parcours de 18 trous comme socle pour développer des produits dérivés : une gamme de vêtements golfiques, du vin siglé golf et un méga-centre d'entraînement de 12 ha à la conception originale qu'il compte exporter dans le monde entier.

Golf de Mionnay : un centre d'entraînement à 6 millions d'euros destiné à être exporté

Dans une autre vie, il y a deux ans, avant d'être propriétaire d'un golf de dix-huit trous (avec 60 % du capital), André Zamora était chef d'entreprise. Il dirigeait la société Seignol, spécialisée dans les implants chirurgicaux et dentaires, basée à Neyron, non loin de Mionnay. Un golf qu'il fréquentait régulièrement.

Il a revendu sa société il y a deux ans pour racheter le Golf de Mionnay dans l'Ain à ses...soixante-quinze actionnaires, appelant à ses côtés Armand Méchali qui possède 40 % du capital du Golf et était lui, propriétaire d'un restaurant aux Echets.

L'occasion pour tous les deux d'une retraite tranquille, sportive et anticipée ? C'était mal les connaître.

« L'objectif en rachetant le Golf de Mionnay est de le gérer comme une entreprise, avec des développements, un projet, des étapes », explicite André Zamora.

Ce Golf qui accueille 440 membres et qui est idéalement situé non loin de Lyon à portée d'une bretelle du contournement de Lyon (A 46), sert ainsi de socle à une politique particulièrement originale et offensive de produits dérivés.

Le plus surprenant de ces produits dérivés est œnologique puisque le golf possède une propriété de 75 ha non loin de Saint-Tropez. Il vend du rouge, du blanc et du rosé de pays, à l'enseigne «Par-Tee », dans d'autres golfs. Il est aussi distribué par une cinquantaine de cavistes.

La diversification s'est aussi opérée dans le textile, avec le lancement d'une ligne de vêtement de golf « Golf & More » qui veut s'afficher 100 % bio.

Tout ceci n'est pourtant que broutille face au dernier développement en date qui a nécessité un investissement de...6 millions d'euros. A titre de comparaison, la construction d'un parcours de 18 trous oscille autour de 3 à 4 millions d'euros.

En compagnie d'autres investisseurs et avec un accompagnement bancaire, André Zamora et Armand Méchali ont tout simplement édifié le plus important centre d'entraînement golfique existant actuellement en France.

Dénommé « Golflower », ce centre qui se déploie sur 12 ha et peut accueillir simultanément 250 joueurs, a nécessité le déplacement de 120 000 m3 de terre.

Il rassemble 105 postes de practice, chacun d'entre eux étant dédié à un thème d'enseignement ; mais aussi des ateliers à thème, mais encore un pitch and put de neuf trous, en l'occurrence, un parcours pédagogique qui n'est composé que de « par 3 » (le module le plus petit sur un parcours de golf). A noter qu'une bonne partie du centre d'entraînement est éclairé la nuit : on pourra y jouer 24 h sur 24 ! S'y ajoute deux simulateurs de jeu à 50 000 euros pièce.

« Nous souhaitions, sans prétention aucune, mais dans un esprit réellement novateur, aller encore plus loin dans ce qui se fait de mieux en France, voire en Europe en matière de training center », précise André Zamora

Cet ambitieux programme mené par un jeune architecte de golf de 32 ans, Jocelyn Crouzet de 2JRS Architecture, a demandé deux ans de travaux !

Ambition démesurée ? En fait, André Zamora a estimé que dans la galaxie golfique, ce type d'équipement manquait cruellement. Il a été appuyé pour ce faire par la Fédération française de golf qui veut doubler en cinq ans, le nombre de pratiquants et donc les structures destinées à leur formation.

André Zamora entend donc bien vendre le projet en franchise dans le monde entier. Et pour ce faire, le concept, mais aussi, le nom, le logo, ont été brevetés au niveau mondial.

« Nous voulons vendre un Golflower par pays, mais aussi à un coût nettement moins élevé : une version plus petite de trois hectares », précise André Zamora qui assure avoir déjà des contacts, en Asie et dans les pays de l'Est, notamment.

Si son intuition est bonne, ce qui reste à vérifier, il pourrait se retrouver à la tête d'une affaire florissante. Si ce n'est pas le cas, la région lyonnaise bénéficiera assurément du plus beau centre d'entraînement golfique de toute la France.

Mais le duo André Zamora/Armand Méchali ne compte pas s'arrêter là. Il prévoit la construction d'un hôtel sur le Golf. Pour notamment accueillir les joueurs en stage, mais aussi les champions de haut niveau qui pourraient s'entraîner sur ce site qui dans tous les cas de figure pourrait servir de vitrine à la cinquantaine de parcours de golf que compte la région Rhône-Alpes.

Publiée le 03 oct. 2011 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 11 oct. 2011
Figure dans les rubriques
L'article du jour
News
GolFlower
Sport, équipement sportif


HAUT