Dernières infos

Immobilier d'entreprise : le quartier de Gerland fait mieux que la Part-Dieu en 2014

Dominique Largeron

Qu'il s'agisse de bureaux, de locaux d'activités ou logistiques, à l'heure du bilan, les professionnels lyonnais se frottent les mains. A rebours de la situation rencontrée dans beaucoup d'autres villes ou régions, l'activité est restée à un niveau élevé. Et 2015 devrait poursuivre sur cette lancée...

Immobilier d'entreprise : le quartier de Gerland fait mieux que la Part-Dieu en 2014

« Le marché a reculé de 4 % en 2014, mais vu la morosité du contexte, c'est une très belle année pour le marché des bureaux à Lyon ». Telle est le bilan tiré par Valérie Melon chargé à la Fnaim du Rhône (Fédération nationale de l'immobilier) du marché de bureaux dans l'agglomération.

 Il s'est ainsi vendu ou loué l'année dernière 242 625 m2 de bureaux contre 252 000 en 2013. A comparer avec une moyenne annuelle au cours des dix dernières années de 215 000 m2.

Autre constatation : le retour des PME. « Nous avions perdu l'habitude de voir les PME acquérir des bureaux, dans le cadre d'une stratégie patrimoniale. Or, elles sont nettement revenues l'année dernière. » Illustration d'une meilleure forme ?

Si les transactions ont été un peu moins nombreuses, le haut niveau de la demande placée tient aussi à deux méga-deals intervenus l'année dernière : l'achat pour elle même et comme investisseur de la Tour Incity à la Part-Dieu à Lyon, par la Caisse d'Epargne Rhône-Alpes (17 600 m2 !) et celui réalisé par Sanofi Pasteur qui a acquis 15 500 m2 à Gerland dans le cadre de sa réorganisation à l'échelon mondial et la localisation à Lyon de deux sièges mondiaux.

A propos de Gerland d'ailleurs, surprise l'année dernière : la Part-Dieu qui faisait largement la course en tête a été pour la première fois détrônée par le quartier de Gerland qui est devenu le premier secteur pour le tertiaire à Lyon : 24 % des transactions dans l'immobilier de bureaux, en termes de m2 placés, ont eu Gerland pour cadre, contre 19 % à la Part-Dieu.

 « Attention cependant-précisent les professionnels de l'immobilier-cela ne veut pas dire que la Part-Dieu perd de son attractivité, mais cette année, l'offre de bureaux supplémentaires était faible, presque la disette : nous allons avoir un trou d'air dans les deux à trois années à venir ».

 Un rattrapage est assurément en cours, la Part-Dieu affichant à ce jour 1,1 million de m2 de bureaux, tandis que Gerland où les opérations sont nombreuses, a déjà atteint cette année les 500 000 m2.

A noter le bon score de la zone d'activités Techlid dans l'ouest lyonnais qui a bénéficié de 12 % des transactions. La construction de 10 600 m2 de bureaux par Seb, le spécialiste du petit électro-ménager, y a fortement contribué.

Les loyers ont enfin reflété cette bonne tenue du marché de l'immobilier de bureaux dans l'agglomération lyonnaise : avec un loyer moyen de 173 euros, « ils ont connu une légère augmentation dans le neuf ou la seconde main après travaux de restructuration. »

 Quid de 2015 ? De l'avis des professionnels, le début de l'année devrait être à l'aune de 2014, d'autant que l'offre de bureaux va grossir avec le superbe immeuble Citroën (« New Deal ») du 7ème arrondissement mis sur le marché après restructuration, ainsi que le programme « O Saône » du 5ème arrondissement ou du « Tangram », dans le 7ème arrondissement, mais près de la Part-Dieu.

« D'autant-précise Valérie Melon-que pour les grands investisseurs européens, Lyon reste très attractif avec un loyer HT/m2/an Prime à 280 euros contre par exemple 740 euros à Paris, 420 euros à Francfort, 470 euros à Milan ou 345 euros à Amsterdam. »

 Locaux d'activités : bonne tenue du marché

 Même son de cloche positif dans la bouche d'Olivier Malsch pour les locaux d'activité : « Avec plus de 325 0002 placés, l'année 2014 a été marquée pour la 5ème année consécutive par une bonne tenue du marché, malgré la conjoncture. »

 Autre bonne nouvelle : cette bonne tenue a été pour une part due au retour de l'industrie. « Nous avons eu à nouveau des demandes l'année dernière pour des bâtiments avec des ponts roulants, des salles blanches, des locaux sociaux : cela faisait quatre ans que ce type de demandes de locaux avait disparu : le tissu industriel de Rhône-Alpes est en train de se réveiller ! », lance Olivier Malsch.

 Parmi les plus grosses transactions concernant des locaux industriels : Manitowoc à Saint-Pierre-de-Chandieu (14 000 m2), Mondial Tissu à Rillieux-la-Pape (8 120 m2) ou Dasir à Décines-Charpieu ( 7 510 m2).

 Une demande en hausse de 7 % pour les locaux logistiques

 La situation sur le marché des locaux logistiques est encore plus favorable puisque, selon Stéphane Bouiller, spécialisé à la Fnaim sur ce marché, « la hausse avec 300 000 m2 s' établit l'année dernière à 7 % : nous avons retrouvé notre niveau de 2011 ».

 Il est vrai aussi que ce chiffre élevé a été facilité par la construction d'un campus logistique de 106 000 m2 à Villette-d'Anthon à destination de quatre utilisateurs dont la Socara (Centres Leclerc).

 Le souhait de Stéphane Bouiller : « Que les investisseurs se lancent à nouveau dans les locaux en blanc : le marché le demande ! »

 Et d'ores et déjà 2015 se présente bien, car les professionnels des locaux logistiques ont d'ores et déjà plus de 150 000 m2 dans leurs tuyaux.

Bref, où que l'on se tourne dans le domaine de l'immobilier d'entreprise, les professionnels n'ont aucune raison de broyer du noir...

Publiée le 18 janv. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT