Dernières infos

La fin d'année s'annonce mauvaise pour l'hôtellerie lyonnaise 

L 'annulation de la Fête des lumières n'arrangera pas la situation. Avant même les attentats du 13 novembre à Paris, l'hôtellerie lyonnaise connaissait un net ralentissement. En témoigne les taux de fréquentation et le revenu par chambre qui ont nettement chuté en octobre.

La fin d'année s'annonce mauvaise pour l'hôtellerie lyonnaise 

Jusqu'à présent, tout allait bien pour l'hôtellerie lyonnaise qui, mois après mois, en fonction des nouvelles ouvertures d'hôtels s'approche des 15 000 chambres. Mais un point d'inflexion semble avoir été atteint à la baisse en octobre. Il devrait s'accentuer à la fin de l'année avec l'annulation de la Fête des Lumières.

En octobre 2015, la densité moins importante en salons et congrès a fait fléchir les performances de l’hôtellerie lyonnaise par rapport à la même période l’année dernière.

En effet, avec une baisse combinée des prix moyens (-3,5 %) et de la fréquentation (-1,7 %), le Revenu par chambre (RevPAR) toutes catégories confondues termine le mois à -5,2 %.

 L’activité évènementielle soutenue depuis le début de l’année 2015 a en effet ralenti en octobre malgré la présence sur le mois de plusieurs événements importants : les Rencontres nationales du transport public (du 30 septembre au 2 octobre), le Festival Lumière (du 12 au 18 octobre), le salon Préventica (du 13 au 15 octobre) et le salon Equita en fin de mois.

 Seuls les week-ends en hausse

Ces salons n’ont pas permis de retrouver les très bonnes performances enregistrées en octobre 2014.

 D'où la chute qui n'a pas été compensée par le tourisme d’agrément qui pourtant, continue quant à lui d’enregistrer des performances en hausse dans l’agglomération comme en témoignent les taux d’occupation pendant les week-ends (+2,2 %).

 En octobre, la clientèle française représente plus de 8 clients sur 10, suivie par les touristes américains et britanniques grâce notamment à la ligne Eurostar Londres-Lyon.

 Après un 1er semestre et un été en forte hausse, les performances hôtelières reculent donc en octobre avec un taux d’occupation global à 71,8 % (-1,7% par rapport à 2014) et un RevPAR à 60,10 € HT (en recul de -5,2 % vs 2014).

Les 1, 4 et 5 étoiles souffrent le plus

 Tous les segments de l'hôtellerie sont à la baisse.

 Les hôtels classés 1* sont les plus impactés avec une baisse de RevPAR de 6,1 %, suivis par les hôtels 4/5* qui voient leur RevPAR diminuer de 5,9 %.

 Le RevPAR des hôtels 3* diminue de 4,8 %, alors que celui des hôtels 2* perd 3,1%, malgré des prix moyens en hausse de 0,4 % .

Publiée le 13 déc. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT