Dernières infos

La saison estivale en Rhône-Alpes : nettement mieux qu'en 2014

Dominique Largeron

Sans être délirants d'enthousiasme, les professionnels du tourisme se félicitent déjà d'avoir effectué une saison d'été 2015 de belle facture. C'est ce que 75 % d'entre eux assurent dans un sondage. Point fort : le retour de la clientèle étrangère, mais aussi celui de la montagne. Point faible : des dépenses sur place qui ne dépassent pas en moyenne les 43 euros par jour.

La saison estivale en Rhône-Alpes : nettement mieux qu'en 2014La montagne a été l'une des grandes gagnantes de l'été, tant auprès des Rhônalpins eux-mêmes que des jeunes ou des touristes étrangers (Phovo VVF)

L'été pourri 2014 n'est plus qu'un lointain souvenir. 2015 l'a déjà effacé en Rhône-Alpes. Si l'on en croit un sondage réalisé pour Rhône-Alpes Tourisme par Novamétrie, les professionnels ont retrouvé cette année le sourire.

A l'issue de ce sondage dont la dernière vague (*) s'est terminée le 21 août sur l'ensemble des huit départements de Rhône-Alpes, ces mêmes professionnels sont 75 % à être heureux en regardant leur tiroir-caisse plutôt bien garni en cette fin de saison. Ils sont 75 % à exprimer un taux de satisfaction bon ou très bon à l'égard de cette saison qui va sur sa fin. Un chiffre nettement supérieur à celui de l'année dernière.

Il est vrai qu'un certain nombre de paramètres se sont conjugués pour redonner du tonus à cette branche de l'économie qui représente tout de même près de 8 % du PIB rhônalpin et qui est un des rares secteurs à voir croître le nombre de ses emplois.

Le premier paramètre est européen. Les attentats en Tunisie en particulier, ainsi que les tensions en Turquie ont amené un certain nombre d'Européens à choisir cette année la destination Europe et notamment la France. Ce qui a permis à Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, mais aussi du tourisme, de se targuer d'avoir atteint le chiffre record de 85 millions de tourisme dans l'Hexagone cette année. Une croissance dont la France n'a cependant pas seule l'apanage.

Le bon côté de la canicule

L'autre phénomène qui a contribué à ces bons chiffres est le beau temps qui, même en juin et juillet sur Rhône-Alpes, a viré à la canicule.

Une canicule qui n'a pas que des inconvénients puisqu'elle a permis à un certain nombre de touristes de privilégier la destination montagne, choisie pour sa fraicheur et en général plutôt délaissée l'été. En témoigne le taux de satisfaction record des professionnels du tourisme en montagne cet été : 74 %.

En témoigne aussi un record, celui des séjours les plus longs. Ils se sont affichés à 5,6 jours en moyenne à la montagne cet été, contre 3,2 jours en moyenne pour les touristes urbains et 3,3 jours pour ceux ayant privilégié la campagne.

Par ailleurs, août ayant été moins chaud, les touristes ont aussi privilégié ce mois-ci Lyon qui a fait un carton, notamment en attirant les clientèles étrangères, européennes, mais aussi plus lointaines, américaines et chinoises, notamment.

Un quart de touristes étrangers

Les professionnels du tourisme confirment ce regain de visiteurs étrangers qui ont représenté un quart du nombre de touristes : une hausse de 5 % par rapport à l'hiver dernier. Le tiercé de tête : les Néerlandais, les Britanniques qui effectuent leur grand retour et les Belges. Les Allemands arrivent à la quatrième place.

Il ne faut cependant pas oublier les Rhônalpins qui habitent tout de même sur un territoire grand comme la Suisse-et bientôt nettement plus avec la fusion avec l'Auvergne. Ils ont constitué 18 % des visiteurs recensés cet été par les professionnels. Et ont privilégié là aussi la montagne : + 21 %

Enfin, il ne faut prendre en compte un dernier paramètre qui a aussi son importance cette année marquée par trois événements.

Le poids des événements et des nouveaux équipements

Il y a d'abord eu le passage du Tour de France avec une étape à Valence : l'événement qui pour 12 % des professionnels a incontestablement joué sur le taux de fréquentation de leurs établissements.

Les deux nouveautés de l'année ont aussi drainé le public en nombre : à commencer par la réplique de la caverne de Vallon Pont d'Arc qui a dès son ouverture effectué une percée : 5 %.

A l'instar des Nuits de Fourvière et de Jazz à Vienne, le nouveau musée lyonnais des Confluences a contribué à hauteur de 3 % chacun à remplir les chambres d'hôtels.

Une nuitée moyenne à 69 euros

Un bémol néanmoins à tous ces satisfecits : les touristes sont toujours très prudents en matière de dépenses. Le panier moyen est de l'ordre de, 43 euros par personne et par jour, tandis que la nuitée moyenne, tous types d'hébergements confondus est de 69 euros. Pas de folie, donc, cette année encore.

La raison tient au fait qu'hormis Lyon, la région accueille encore trop peu de touristes au long cours : Américains, Chinois ou Japonais qui dépensent eux, deux fois plus que le Français ou l'Européen moyen.

Mais ce bémol n'est pas à même de jeter de l'ombre sur une saison qui devrait apporter sa contribution à la reprise économique et aux moral des acteurs sur le terrain...



(*) Enquête réalisée du 20 au 21 août par téléphone, selon la méthode des quotas (départements, type d'activité et espace).



Publiée le 25 août 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT