Dernières infos

Le géant écossais du transport low cost par bus ouvre une base à Lyon, reliant d'un seul coup dix villes

Dominique Largeron

Trente-cinq emplois créés, dix destinations au départ de Lyon : Megabus, le leader du transport low cost européen n'a pas attendu la signature des décrets issus de la loi Macron sur la libéralisation du transport par bus pour commencer à mailler son réseau. Tarif de lancement : 1 euro...

Le géant écossais du transport low cost par bus ouvre une base à Lyon, reliant d'un seul coup dix villes (Photo Megabus)

Les professionnels évoquaient, lorsque la loi Macron concernant la libéralisation du transport par bus, était en discussion au Parlement, la possibilité de création de vingt-mille emplois en France.

 L'avenir dira si cette évaluation est excessive ou non.

 Reste que les premiers effets de cette loi dont les décrets ne sont pas encore parus -ce devrait être pour la fin de l'année-ne se sont pas faits attendre.

 Le géant écossais Megabus, filiale du groupe Stagecoach (15 millions de passagers en Europe et en Amérique du Nord), leader du transport low cost européen, annonce avec force coups de klaxons médiatiques, son arrivée à Lyon.

 Et ce, sans tarder : la ligne sera opérationnelle à partir du 3 juin.

 Mais quelle ligne en fait ? Megabus ouvre une ligne internationale qui relie Barcelone à Cologne, en passant par Lyon. Soit dix destinations possibles au départ de la capitale des Gaule : Barcelone, donc, mais aussi Perpignan, Montpellier, Avignon ; puis vers le Nord, Mulhouse, Fribourg, Karlsruhe, Francfort et Cologne.

 En fait, Lyon, Perpignan, Montpellier, Avignon et Mulhouse sont de nouvelles lignes créées, les autres existent déjà et vont donc se raccorder au réseau de Mégabus qui propose déjà cent-trente destinations en Europe.

 Cette présentation d'une ligne unique de Barcelone à Cologne en passant par Lyon s'explique : Megabus ne peut pour l'instant, selon la loi, se développer que dans un cadre international.

 Le transporteur va ainsi proposer chaque jour deux trajets quotidiens dans chacune de ces directions.

 La « base opérationnelle » installée à Belleville-sur-Saône

 Pour ce faire, le géant écossais a ouvert une « base opérationnelle » qui est située à Belleville-sur-Saône, au Nord de Lyon, créant trente-cinq emplois.

 Cette base accueillera sept véhicules pour le stationnement, le plein de carburant, le lavage et la maintenance ; et ce, grâce à un partenariat avec la société Autocar Maisonneuve.

 L'achat de ces véhicules susceptibles de transporter jusqu'à 87 passagers, achetés à la société belge Van Hool « a représenté un investissement de 3 millions d'euros », précise la direction de Megabus.

Comme toute entreprise low cost peu encline à dépenser dans la publicité, Megabus table sur le bouche à oreilles qui ne manquera pas d'être répercuté, par ses propositions tarifaires : le premier tarif proposé, le prix d'appel est de...1 euro.

 Prix moyen d'un trajet européen : 15 euros

 « Nous sommes le seul transporteur en Europe à proposer des trajets à partir de 1 euro », se félicite Edward Hodgson, le directeur général de Megabus. Gageons que les quelques billets qui seront proposés à ce prix s'arracheront.

 En réalité, reconnaît-on chez Megabus, « le prix moyen d'un trajet européen est de 15 euros », ce qui reste tout de même très low cost.

 Megabus entend bien mailler le territoire français : La société écossaise a déjà ouvert une ligne entre Paris et Toulouse et vient de rajouter Strasbourg à son réseau.

 Et ce, en attendant que la loi Macron sur la libéralisation par bus soit effectivement appliquée, ce qui augure de développements futurs. L'objectif pour Megabus est de s'installer sans attendre dans le paysage français, en plein bouleversement, du transport par bus.

Publiée le 29 mai 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT