Dernières infos

Le podium gourmand de Patrick Marché (Toques Blanches du Monde) : « la Mère Brazier », « Chez Steff » et « Cité 33 »

Dominique Largeron

Le Pdg lyonnais qui a introduit en Bourse les « Toques  Blanches du Monde » aime les chefs qui savent s'appuyer sur la tradition et le terroir pour revisiter une cuisine d'autant plus inventive qu'elle s'enfonce sur de solides racines. Revue de ses adresses préférées.

Le podium gourmand de Patrick Marché (Toques Blanches du Monde) : « la Mère Brazier »,  « Chez Steff » et « Cité 33 »Patrick Marché

 Patrick Marché, l'homme qui a coté en Bourse « Les Toques Blanches du Monde », un vaste réseau mondial de chefs cuisiniers ne pouvait qu'être un épicurien convaincu.

 Il est vrai qu'il est tombé tout petit dans la marmite. Parfois le patronyme peut être parfaitement en phase avec sa destinée : Patrick Marché est issu de plusieurs générations de commerçants lyonnais de l'agro-alimentaire. « Marché Frères est l'entreprise familiale : mes parents, comme mes grands-parents faisaient les marchés quai Saint-Antoine à Lyon », se remémore le Pdg des Toques Blanches du Monde.

 Sa rencontre avec Christophe Marguin, ancien président des « Toques Blanches », lyonnaises cette fois, servira de déclic.

 Pourquoi ne pas faire au niveau mondial ce qu'ont réussi à instaurer les « Toques Blanches Lyonnaises », une des plus importantes et influentes associations de chefs en France ?

 D'où la naissance du réseau des « Toques Blanches du Monde » qui rassemble des milliers de chefs de par le monde. « Les Français ne représentent que 4 %  des membres! », se félicite Patrick Marché.

 Ces chefs font appel à des produits des différents terroirs du monde entier. Patrick Marché met en vente les produits de ces terroirs, dûment sélectionnés par ces mêmes chefs, sur son site Internet ou via des « corners » dans les aéroports.

 Génétiquement « très terroir »

 Génétiquement très « terroir », Patrick Marché dont l'entreprise est installée dans le très chic 6ème arrondissement de Lyon a donc tendance à privilégier lorsqu'il invite amis ou clients au restaurant à Lyon, les établissements gérés par des chefs qui possèdent cette même démarche.

 Tout en haut du podium de ses restaurants préférés figure « la Mère Brazier ». « Mathieu Viannay est un grand chef qui a su revisiter sa cuisine à partir de bases traditionnelles. C'est un homme qui utilise de bons produits et mieux, car c'est plus rare, il indique ses producteurs sur sa carte », explique Patrick Marché. « Le cadre, l'homme et l'excellent sommelier de la maison » constituent les trois autres raisons de ce premier choix.

 En deuxième lieu , un restaurant moins médiatisé situé dans le 6ème arrondissement de Lyon : « Chez Steff » où officie Stéphane Lopez : « de l'excellente bistronomie, une table extrêmement sympathique, fruit d'une belle synthèse », décrit le Pdg lyonnais.

 Sur la troisième marche du podium de ses établissements gourmands préférés, Patrick Marché place enfin la brasserie « Cité 33 » de la Cité internationale à Lyon où officie Frédéric Berthod. « Frédéric est associé à Matthieu Vianney et à Christophe Marguin : là encore, il s'agit d'une très belle synthèse de ces trois tempéraments. On retrouve la gouaille de l'un, le talent étoilé de l'autre et l'expérience du troisième », lance Patrick Marché.

 En coup de cœur, l'un des meilleurs rapports qualité/prix de Lyon

 En coup de cœur, le patron des « Toques Blanches du Monde » tient à citer une quatrième table qu'il tient « pour un des meilleurs rapports qualité/prix de Lyon » : le « M Restaurant», situé là encore dans le 6ème arrondissement de Lyon et dont le chef n'est autre qu'un ancien collaborateur de Mathieu Vianney, Julien Gautier.

 Il a adopté la philosophie culinaire de ce dernier, en revisitant la tradition dans un subtil équilibre entre une modernité affichée et de solides bases issues de l'histoire culinaire lyonnaise.

 Tout ce qu'apprécie Patrick Marché...

Publiée le 21 mai 2014 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Restonews
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.

Les toques blanches du monde[ 18/08/16 ]
L’Assemblée Générale décide, sur proposition du Conseil d’Administration, d’affecter la perte de l’exercice clos le 31 décembre 2015 qui s’élève à SIX CENT VINGT CINQ MILLE DEUX CENT CINQUANTE SIX euros QUATORZE centimes, ci : - 625 256,14 €

au compte « Report à nouveau » dont le solde débiteur au 31 décembre 2015 de CINQ CENT CINQUANTE NEUF MILLE ONZE euros DOUZE centimes, ci : - 559 011,12 €

se trouve ainsi porté à UN MILLION CENT QUATRE-VINGT QUATRE MILLE DEUX CENT SOIXANTE SEPT euros VINGT-SIX centimes, ci


http://www.journal-officiel.gouv.fr//html/2016/0812/201608121604388.htm

Les toques blanches[ 19/02/15 ]
Tout cela est complètement bidon, cette boite ne vend rien du tout, 13.500 € de CA en 2013, plus de 80.000 € de perte, pour une boite de ecommerce gastronomique, ce sont vraiment des incompétents.
Le gars est un peu mytho, il parle de 3500 chefs, de lever de l'argent, mais apparemment il a pas compris qu'il faut vendre avant tout, avoir des clients.
Pour preuve : http://www.societe.com/bilan/les-toques-blanches-du-monde-537705592201312311.html


HAUT