Dernières infos

Le processus est lancé : « Lumen, Cité de la Lumière » verra le jour en 2019 sur 5 500 m2 à Lyon-Confluence

Dominique Largeron

Le bâtiment sera plus grand que celui de la « Halle Girard », à 200 mètres de laquelle il sera construit : « Lumen, Cité de la Lumière » devrait permettre de sortir de l'ombre l'industrie de l'éclairage, ce secteur important de l'économie lyonnaise. Un projet entièrement privé dont le Cluster Lumière est à l'origine et dont le promoteur et le gestionnaire sera le groupe Cardinal.

Le processus est lancé : « Lumen, Cité de la Lumière » verra le jour en 2019 sur 5 500 m2 à Lyon-ConfluenceAu Carré de Soie, le premier projet porté en 2016 par le Groupe Cardinal avec Gaetan le Penhuel architecte, Alliade et un consortium d'entreprise, aujourd'hui abandonné pour la Confluence.

On parle beaucoup de la « Halle Girard », futur lieu Totem du numérique lyonnais. Mais à 200 mètres de là, entre la rue Montrochet et le futur boulevard déclassé (ex-A7), existera également un autre site dont on parle moins et qui sera deux fois plus grand : « Lumen, cité de la Lumière ».

 Cette Cité destinée à être la vitrine internationale de tous les métiers de la lumière qui se déploiera sur 5 500 m2, aura aussi une autre caractéristique : il sera entièrement privé.

 C'est le groupe immobilier Cardinal, à l'origine du MOB Hôtel de la Confluence et de quelques autres bâtiments emblématiques de ce nouveau quartier de Lyon, qui, non seulement le construira, mais en sera aussi le gestionnaire.

 En fait ce futur lieu dédié à la lumière sera géré de manière bi-partite : à la fois par Cardinal qui y investira beaucoup d'argent, mais aussi par le Cluster lumière qui en est à l'origine. Un Cluster né en région Rhône-Alpes où il a son siège qui d'ailleurs intégrera « Lumen », mais qui est désormais doté d'une envergure nationale.

 Soixante entreprises présentes au sein de « Lumen »

 Pour Patrick Clert-Girard, son délégué général, « il s'agit de regrouper autour de cette Cité de la Lumière, l'ensemble des entreprises qui vont représenter la lumière du futur. »

 Au total, près de soixante entreprises devraient être présentes sur ce site qui devrait accueillir entre deux et trois cents personnes.

 Il regroupera des laboratoires de caractérisation, des plateformes d’expérimentations, des bureaux d’étude, des fabricants, des architectes, des installateurs, des formateurs, qu’il s’agisse de grands groupes, PME, TPE ou start-up (*). Il disposera également d’un show-room et d'un amphithéâtre.

 Outre l'effet vitrine international, qui, comme pour la Halle Girard se révélera très important, deux grands axes, selon le délégué général du Cluster Lumière, feront sa singularité.

 « On y trouvera de la Recherche&Développement, ainsi que des caractérisation ; mais ce sera aussi un lieu de rencontre et de business ».

 Au programme également : un incubateur et une pépinière d'entreprises lumière , « mais elle sera mutualisée avec l'incubateur de la Halle Girard », précise Patrick Clert-Girard.

 Un million d'euros

 Ce sera un projet entièrement privé sauf au niveau de la recherche : dans le cadre du Contrat de Plan État-Région (CPER), des investissements en matériels scientifiques seront en effet mis à disposition des projets des industriels.

 Ces investissements seront pilotés par l’ENTPE (École nationale des travaux publics de l'État) dans le cadre d’un consortium regroupant six établissements et laboratoires de la Région.

 Cette seule partie d'argent public dans ce projet, représentera un financement de près d'un million d'euros.

Quelles seront les activités des futurs locataires ? « Ils produiront de nouvelles connaissances sur les interactions entre la lumière et les êtres vivants ; ils concevront et expérimenteront, avec les utilisateurs, des solutions d’éclairage innovantes ; il feront la promotion et déploieront les meilleures pratiques d’éclairage ; enfin, ils formeront les acteurs d’aujourd’hui et de demain... »

Son dernier rôle sera enfin de créer un dialogue autour de la lumière avec la société civile et le grand public.

Inauguration au 1er semestre 2019

Le promoteur a donc été choisi : c'est le promoteur immobilier lyonnais Cardinal qui l'a emporté face à quatre candidats.

 Il ne reste plus qu'à trouver l'architecte. Un concours a été lancé : réponse au printemps. Le permis de construire devrait être déposé d'ici l'été.

 Enfin, vu l'ampleur des lieux et sa complexité, il faudra attendre le 1er semestre 2019 pour que « Lumen » ouvre ses portes pour se montrer enfin en pleine...lumière.

 (*) Les activités présentes à la « Cité de la Lumière » : un laboratoire de caractérisation, c'est-à-dire des plateformes expérimentales permettant d’attirer les expérimentations de recherche des laboratoires et écoles de la filière ; des incubateurs de start-up (en partenariat avec la Halle Girard) ; des pépinières de jeunes entreprises ; un hôtel d’entreprises ; des bureaux d’études (éclairage, concepteurs lumière, architectes d’intérieur, bâtiments, urbains…) ; des cabinets de conseils (marketing lumière, design, étude, formateurs…) ; des distributeurs, installateurs, fabricants … ; et enfin, des institutions, associations et organismes publics.

Publiée le 13 janv. 2017 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT