Dernières infos

Le promoteur lyonnais Promoval s'apprête à construire un hôtel de 97 chambres à la Croix-Rousse

Dominique Largeron

Sur le terrain qui appartenait auparavant aux HCL, il compte également édifier des logements sociaux pour une partie, des maisons de ville, une résidence seniors et des commerces qui verront le jour en 2017. Un investissement de 37 millions d'euros à la lisère de Caluire et de la Croix-Rousse.

Le promoteur lyonnais Promoval s'apprête à construire un hôtel de 97 chambres à la Croix-RousseLes futures "Terrasses des Soyeux". L'hôtel couleur orange sur ce dessin est à droite. En médaillon : Régis et Grégory Fouque, les deux dirigeants de Promoval, le promoteur.

Trop de chambre d'hôtels à Lyon ? Tel est le leitmotiv que l'on entend de plus en plus chez les professionnels de l'hôtellerie.

Les hôtels continuent pourtant à pousser allégrement dans l'agglomération lyonnaise. En témoigne l'annonce par le promoteur lyonnais Promoval du lancement prochain de la construction d'un trois étoiles de 97 chambres, à la lisière de la Croix-Rousse et de Caluire, à deux pas de l'hôpital de la Croix-Rousse et du théâtre du plateau.

Explication de Régis et Grégory Fouque, les deux dirigeants de cette société familiale : ce futur établissement se trouve en phase avec le Schéma de développement hôtelier, mis en place par le Grand Lyon, dans la mesure où le site choisi fait partie de ceux qui se révèlent pour l'heure encore peu denses en matière de chambres d'hôtel et sont donc susceptibles d'accueillir un nouvel établissement.

Nom de baptême : « Les Terrasses des Soyeux »

Il faut préciser que cet hôtel de cinq étages ne verra pas le jour avant 2017. Il sera situé sur l'emplacement de l'ancien site Clément-Livet, appartenant auparavant aux HCL, le long de la Montée de la Grande Boucle. Un centre hospitalier qui, auparavant était dédié à l'accueil des patients en convalescence, puis à la chirurgie orthopédique.

D'ores et déjà, selon Grégory Fouque, trois groupes hôteliers indépendants se sont positionnés pour acheter ce futur hôtel. Du choix ultime de l'acquéreur dépendra l'enseigne qui sera accolée sur sa façade. Il pourra, soit être géré en direct, soit faire appel pour la gestion à une enseigne nationale plus ou moins prestigieuse. Ce futur établissement hôtelier n'accueillera cependant pas de restauration.

La construction de ce futur hôtel est la conclusion, positive pour le promoteur lyonnais, d'un concours dont il a été lauréat.

Composé par la ville de Caluire et le Grand Lyon, le comité de sélection chargé de départager les différents candidats a semble-t-il été sensible à l'importance des espaces verts qui resteront libérés : près de 5 000 m2 sur une superficie globale de 16 000 m2. Un parc paysager signé de l'architecte-paysagiste Anne Gardoni verra en effet le jour sur le site.

L'autre originalité de ce site baptisé par le promoteur « Les Terrasses des Soyeux », réside dans la mixité  des bâtiments.

Des logements en accession et des maisons de ville

On y trouvera ainsi vingt logements, du T2 au T5 et cinq « maisons de ville » en accession à la propriété (autour de 5 000 euros le m2), mais aussi quarante-sept logements sociaux, du T1 au T4 soit 35 % des surfaces dédiés à l'habitat : une façon pour Caluire de se mettre en conformité avec la loi. Elle ne possède actuellement que 18 % de logements sociaux.

Le futur immeuble en accession à la propriété

Mais ce n'est pas tout : ce site verra également la construction d'une résidence senior de soixante-et-un logements, du T1 au T3. Paradoxe : on y trouvera également en son sein, au rez-de-chaussée, une crèche de dix berceaux qui sera créée et gérée par une société caluisarde.

Pour terminer, on trouvera également quelques commerces en rez-de-chaussée pour près de 300 m2.

Côté parking, enfin : 110 emplacements en sous-sol sous les logements, ainsi que cinquante-cinq emplacements de stationnement extérieurs.

Un investissement de 37 millions d'euros

Au total, l'ensemble représente un investissement de 37 millions d'euros. A l'issue de l'opération, seule la résidence senior appartiendra au promoteur Promoval.

 La future résidence senior.

Ce groupe qui a réalisé en 2013, 23,4 millions d'euros de chiffre d'affaires possède en effet, à côté d'une filiale de gestion de résidence étudiantes (Studilodge : un millier de logements en gestion), un pôle de maisons de retraite, présent également en Belgique (Valmont Santé Belgium).

L'opération menée par l'Atelier de l'architecte Régis Gachon fera travailler pendant vingt-six mois une centaine de salariés du bâtiment. Il n'y aura pas de phasage : tous les bâtiments seront construits en même temps. Plutôt bienvenu en cette période de disette immobilière !

Les travaux ne débuteront cependant pas tout de suite : il faudra attendre le premier semestre 2015.

Publiée le 28 nov. 2014 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Lyon
Hôtels, hébergement, logement, tourisme d'affaire

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT