Dernières infos

Les quatre syndicats de Renault Trucks appellent à la grève le 9 juin

La grosse crainte : la dévitalisation de Renault Trucks à Lyon et Saint-Priest au profit du siège à Göteborg. Alors que le marché du poids-lourd croît à nouveau (+ 30 %), le groupe annonce la suppression de 512 postes de travail. Une mauvaise pente qui pourrait s'accentuer à l'avenir.

Les quatre syndicats de Renault Trucks appellent à la grève le 9 juinLancée en juin 2013, la nouvelle gamme Renault Trucks a été un des éléments permettant la relance des ventes.

La grève n'est pas dans les gènes du syndicat des cadres CGC (25 % de taux de représentativité, tous collèges confondus). Celui-ci appelle cependant pour la première fois depuis longtemps, ses membres et les salariés à la grève au sein de l’entreprise Renault Trucks.

 Un mouvement qui fait l'unanimité puisque l'ensemble des quatre organisations syndicales représentatives de l'entreprise, auxquelles s'ajoutent deux autres organisations non représentatives, appellent à cette journée de grève, CGT et CFDT comprises, bien sûr, mais aussi SUD.

 L'élément déclenchant : la suppression de 512 postes de travail et l’externalisation de 181 postes supplémentaires dans la partie informatique qui vont conduire à de nombreux licenciements.

 « Les négociations, suite à l’annonce le 28 avril du plan de sauvegarde de l’emploi, ne permettent pas de baisser significativement les 200 licenciements contraints estimés », estime la CGC.

 Après le service commercial, la R&D ?

Ces suppressions d'emplois enragent d'autant plus les organisations syndicales que les ventes de poids-lourds ont repris une phase ascendante (+ 30 %), tandis que parallèlement, la rentabilité du groupe s’améliore .

 Pour la CGC, « il n’est pas tolérable que Volvo s’exonère de sa responsabilité sociale. La CFE-CGC exige du groupe une révision de son projet et des mesures permettant de minimiser réellement les impacts sociaux. »

 La crainte de toutes les organisations syndicales est qu'après le service commercial, puis l'informatique, ce soit la Recherche1Développement qui concerne près de 1 500 personnes qui soit concernée à terme par des suppressions d'emplois.

 « Nulle part dans les négociations ne sont évoquées le développement la gamme Medium Duty, des véhicules hybrides ou des énergies alternatives, gages de pérennité du Bureau d'études à Lyon », s'inquiète de son côté la CGT.

 Ce que demandent d'abord les syndicats : « Un vrai plan de sauvegarde de l'emploi avec des ambitions industrielles et commerciales digne de ce nom, garantissant l'avenir du Groupe en France ; ainsi que des mesures d'accompagnement ambitieuses permettant aux volontaire de partir dans de bonnes conditions... »

 Pourquoi avoir choisi cette date du mardi 9 juin ? C'est ce jour là que les salariés de Renault Trucks connaitront là leur sort de manière détaillée.

Publiée le 08 juin 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT