Dernières infos

Lyon, St-Etienne, CAPI et Vienne : de la Métropole au Pôle métropolitain ?

Dominique Largeron

Introduite par la réforme des collectivités territoriales adoptée le 17 novembre dernier par l'assemblée nationale, la notion de « Pôle métropolitain » fait son chemin en Rhône-Alpes. L'Euro métropole déjà composée de Lyon, St-Etienne de la CAPI et de Vienne pourrait ainsi évoluer en ce sens. Nouvel élément du millefeuille administratif ou espace pertinent ? Il s'agit à coup sûr d'un espace de dimension européenne qui doté d'une vrai ambition politique peut se se tailler sa place et permettre une vraie collaboration entre intercommunalités.

Lyon, St-Etienne, CAPI et Vienne : de la Métropole au Pôle métropolitain ?

Comme dans le domaine fiscal en France, on préfère empiler plutôt que simplifier. Ainsi, la réforme des collectivités territoriales adoptée par l'Assemblée nationale le 17 novembre dernier a entériné la notion de « Pôle métropolitain ». Comme pour les Métropoles, il s'agissait pour la représentation nationale de permettre aux plus grandes villes et agglomérations de se doter d'institutions politiques locales mieux adaptés pour leur permettre de prendre part plus efficacement au concert européen et international.

D'oû la notion de « Pôle métropolitain » auquel la revue « Rhône-Alpes Méditerranée » vient de consacrer un numéro spécial (*). Pour Daniel Navrot, directeur de la rédaction, « Cette formule beaucoup plus souple, mais beaucoup plus limitée dans ses compétences possibles, n'est jamais qu'une sorte de pis-aller. » Et d'ajouter : « Il s'agit, l'occurrence d'un syndicat mixte doté il est vrai d'un petit plus dans la mesure oû il permet un meilleur affichage d'une ambition politique. C'est à l'évidence la clef de tout sérieux projet de construction politique métropolitaine »

Or, c'est sans doute cette direction que prendra l'actuelle Euro-Métropole lyonnaise constituée par étape depuis l'hiver 2008, du Grand Lyon, de Saint-Etienne Métropole, de la CAPI (Communauté d'agglomération Porte des Alpes composée notamment de Bourgoin-Jallieu et de l'ex-Ville nouvelle de l'Isle d'Abeau) et du Pays Viennois, surnommé pour faire simple « le G4 ».

C'est en tout cas l'ambition de Gérard Collomb, le président du Grand Lyon qui comme sénateur a œuvré pour que cette loi soit adoptée. Dans ce même numéro de « Rhône-Alpes Méditerranée », le premier magistrat lyonnais précise cette notion de pôle métropolitain : « Elle ouvre la possibilité pour des agglomérations formant un ensemble de plus de 300 000 habitants de coopérer pour mettre en œuvre des actions d'intérêt métropolitain en matière de développement économique, d'innovation, de recherche, d'enseignement supérieur, de culture, d'aménagement et d'infrastructure et de services de transport. » Une différence avec la Métropole, le Pôle métropolitain constitue un territoire « d'un seul tenant et sans enclave », précise la loi.

Pour Gérard Collomb, aucun doute, il s'agit d'un bon outil « pour mutualiser nos moyens et fédérer nos forces pour garantir le dynamisme économique du territoire et renforcer notre attractivité internationale. »

Selon le maire de Lyon, les actions déjà engagées par le G4 autour de quatre thématiques (économie, déplacements, aménagements et culture) permettent de lancer d'ores et déjà « une réflexion commune sur l'opportunité et la faisabilité d'un Pôle métropolitain dans ses différentes dimensions. »

Ce G4 pourrait d'ailleurs se muer en G6 car si Villefranche-sur-Saône ne paraît pas enthousiaste à franchir le pas, ce n'est ni le cas de Bourg-en-Bresse et de Roanne qui sont prêtes à s'agréger à l'ensemble déjà constitué.

Reste à savoir également si d'autres Pôle métropolitains ne verraient pas aussi le jour en Rhône-Alpes, autour de Grenoble, d'abord, mais aussi de manière transfrontalière avec la création d'un Pôle métropolitain franco-genevois. Une démarche qui si elle se concrétise et s'approfondit pourrait à terme bouleverser notre épais mille-feuilles administratif.

(*) « Rhône-Alpes Méditerranée »n °4 (20 euros), éditée par l'IRES, 2 Place de la Bourse, 69002 Lyon (i.r.e.s.@wanadoo.fr)

Publiée le 04 janv. 2011 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 04 janv. 2011
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Collectivité locale, territoriale, pôle métropolitain
News


HAUT