Dernières infos

Lyon sert de laboratoire à Serge Trigano qui ouvre son 1er espace de co-working : « Mama Works »

Dominique Largeron

Près de 3 000 m2, 260 emplacements annoncés : le groupe Mama Shelter créé par Serge Trigano engage à son tour une diversification, visible en tout premier à Lyon, en direction des espaces de co-working, en y ajoutant sa patte, ludique et créative, avec bar central, théâtre intégré et même « une salle de défouloir » !

Lyon sert de laboratoire à Serge Trigano qui ouvre son 1er espace de co-working : « Mama Works » Bien dans les codes du groupe Mama Shelter, détournement d'une affiche soixante-huitarde affichant le nouveau concept : sous les bureaux, la plage...

« Une communauté joyeuse, sorte de campus à la californienne aussi studieux que (ré)créatif.... » C'est ainsi que le groupe Mama Shelter créateur à Lyon et dans de nombreux métropoles d'hôtels totalement atypiques, imagine les espaces de co-working.

 Le groupe créé par Serge Trigano, l'ancien boss du Club Med, et ses deux fils, Benjamin et Jérémie, a en effet décidé de se diversifier dans ces espaces de co-working si tendance qu'ils sont en train de redessiner le paysage de l'immobilier de bureaux !

 Mama Shelter vise comme hôtes «  les néo-patrons, les start-up prometteuses, les auto-entrepreneurs confirmés ou les freelances qui se lancent, tous en quête de souplesse et de liberté... »

 Objectif : qu'ils fassent de Mama Works, le nom de la nouvelle entité, «  leur point de ralliement. »

 Comme l'hôtel Mama Shelter situé près de la place Jean Macé à Lyon, ce sera là encore un lieu atypique : «  Chez Mama Works, pas de bail classique mais des abonnements flexibles au possible. Qu'on démarre dans la vie, sans trop de moyens, ou qu'on ait déjà un CV bien rempli, Mama s'adaptera à tous les profils... » La location d'un poste de travail débutera à 400 euros par mois.

 Ouverture fin juin/début juillet

 Plusieurs formules seront proposées. «  Mama Mobile » : on choisit à la journée, son coin de loft à soi ; « Mama Desk », on dispose d'un bureau dédié, en open-space, où vous travaillez selon l'humeur et les urgences, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit ; et pour ceux qui rêvent d'un siège social sans les lourdeurs afférentes, il y aura l'option « Mama Office », un bureau privé et personnalisable à occuper en groupe de deux à dix personnes.

 Le premier « Mama Works », ouvrira fin juin, mais plus probablement début juillet, ses portes à Lyon, face à son hôtel Mama Shelter, rue Domer, dans le 7ème arrondissement de Lyon.

 L’ensemble du dispositif Mama Shelter + Mama Works sera dirigé à Lyon par Jean-Christophe Castillon, qui a en charge, par ailleurs, les établissements de Bordeaux et de Marseille.

Ainsi, le « Mama Works de Lyon » sera peut-être le premier...d'une longue série...

 Les « Mama Works » seront présents là où sont situés les Mama Shelter

 L'idée de l'enseigne lancée en 2008 par Serge Trigano est de développer ses « Mama Works » dans les autres agglomérations dans lesquelles les hôtels Mama Shelter sont présents.

 Depuis l’entrée au capital du groupe AccorHotels, en 2014, à hauteur de 35 %, l’enseigne ne cesse d'ouvrir de nouveaux établissements. Après, Marseille, Lyon, Bordeaux, Los Angeles et Rio de Janeiro, les prochaines ouvertures sont programmées à Prague en septembre prochain, à Toulouse et Bangkok, l’année prochaine ; puis à Lille, Paris, Luxembourg, Lisbonne, Dubaï… en 2019.

 Description faite par le groupe de son premier « Mama Works » : « Il s'inscrit dans cette droite ligne, avec des moquettes à motifs, des lumières flatteuses et des chaises stylées à tous les étages, le tout conforme, en terme de qualité et de services, aux meilleurs standards internationaux. Le lieu parfait pour s'isoler, créer, penser, se repenser, certes, mais aussi pour ouvrir le champ des possibles... » 

 On y trouvera aussi des douches pour se délasser, une salle de sport pour décompresser, une boutique de déco « pour s'inventer un espace à soi » ; mais encore un grand bar central pour multiplier le fameux « effet cafétéria », un théâtre, ainsi qu'une « salle de défouloir ». Bref, un concept quelque peu soixante-huitard, mais qui se veut adapté à l'air du temps.

 Chez les Trigano qui ont réussi le lancement de leur chaîne hôtelière Mama Shelter, on estime pouvoir recommencer l'aventure avec des espaces de coworking. Pas de raison d'abandonner une formule qui marche...

Publiée le 18 mai 2017 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT