Dernières infos

Patrice Moreau, le petit torréfacteur lyonnais qui veut concurrencer le grand George Clooney

Dominique Largeron

Il a mis au point une machine capable de produire des capsules façon Nespresso, avec tout type de café et de moutures, offrant un nouveau mode de vente aux petits torréfacteurs locaux. De surcroît, bio-sourcées, les capsules qu'il propose sont 100 % recyclables.

Patrice Moreau, le petit torréfacteur lyonnais qui veut concurrencer le grand George ClooneyLe torréfacteur lyonnais Patrice Moreau avec à la main une capsule bio-sourcée.

Il ne faut pas être grand clerc pour deviner que le « what else » de la pub Nespresso vaut son pesant de dollars.

 Il s'agit de broutilles pour le géant de l'agroalimentaire Nestlé à l'origine de la capsule remplie de café puisque si Nespresso représente 10 % de son chiffre d'affaires, il constitue la majorité de ses bénéfices. C'est bien simple : neuf milliards de capsules Nespresso ont été vendues en 2014.

 Le kilo de café à 70 euros

 Cette magnifique machine à cash qui porte le kilo de café sous cette forme à 70 euros (!) connaît cependant quelques concurrents, depuis qu'en 2012, le brevet est tombé dans le domaine public.

 Cela signifie que l'on peut mettre autre chose que des capsules Nestlé dans les machines à café Nespresso, ce qui a permis à bon nombre de challengers de tenter de courir derrière Nestlé.

 Mais ceux-ci ne font que remplacer la marque, pas le concept.

 Patrice Moreau, un petit torréfacteur lyonnais installé à Saint-Bonnet-de-Mure (5 salariés et 650 000 euros de chiffre d'affaires, cafés « Los Primos ») a décidé, lui, d'aller plus loin.

 Il veut aider les petits torréfacteurs locaux à lutter contre la multinationale en redonnant de la de la proximité aux capsules se présentant sous la forme Nespresso, mais aussi en les inscrivant dans le développement durable.

 Beaucoup d'ONG s'offusquent du succès de la capsule Nespresso dont seule une petite part est en fait recyclée. Or, l'opercule est en aluminium, un métal qui ne se dégrade pas dans la nature.

 La coque est composé d'amidon, l'opercule, de papier kraft

 Patrice Moreau a donc fait appel à une société du sud-ouest de la France spécialisée dans les matières bio-sourcées, tirées d'amidons de maïs ou de riz pour s'approvisionner en capsules dont la coque est constituée d'amidon, bien qu'ayant l'apparence du plastique ; et l'opercule, du papier kraft. Une capsule entièrement bio-dégradable.

Mais plutôt que de proposer aux particuliers d'utiliser ses capsules dans des machines signées Nestlé, il propose des machines qu'il a fait construire lui-même et qui sont défendues par un brevet, aptes à mettre automatiquement dans les capsules tout type de café et de moutures que le client peut souhaiter.

 Une nouvelle possibilité offerte aux petits torréfacteurs possédant un magasin-ils sont six cents en France, leur nombre augmente chaque année-qui outre le café en grain ou moulu de leur choix, en sachets, pourront désormais proposer ce même café sous forme de capsules.

 Et ce pour un prix minime : il faut savoir que remplie de 5,2 grammes de café, l'étalon Nespresso, une telle capsule affiche un prix de revient de...0,8 centime d'euros.

 « Elle peut être rentabilisée en moins d'un an »

 Certes, la machine, complexe, mais guère plus grosse qu'une machine à café de bar est chère : 20 000 euros. Mais Patrice Moreau l'assure : «  à raison de 100 000 capsules, elle peut être rentabilisée en moins d'un an ». A noter qu'elle est entièrement fabriquée en France.

 Cette machine qui est vendue sous la marque «Easy cup » a obtenu l'année dernière le prix Artinov, lors de la Biennale internationale de l'Artisanat qui s'est déroulée au Palais des congrès de Lyon.

 Patrice Moreau a déjà cinq pré-commandes et compte en vendre-fourchette basse- une quinzaine cette année ; puis une centaine au cours des trois années à venir. En France du moins.

 Car son concept intéresse aussi à l'international. Il compte l'écouler également sur le site Internet qu'il a créé, mais aussi à travers d'autres sites de vente en ligne.

 Son avantage : contrairement à Nespresso dont les brevets sont tombés dans le domaine public, son brevet à lui, déposé à l'INPI, en France et en Europe, est valide encore pour de nombreuses années...

Publiée le 17 janv. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.

capsules "Easy Cup"[ 20/01/15 - Jean Claude Nicollet NICOLLET ]
Bonjour .

j'aimerais savoir si vous avez des points de vente de vos capsules sur Neuville sur Saone ou sur Villefranche sur Saone

Merci


HAUT