Dernières infos

Présentation de sa gamme entièrement renouvelée : pour Renault Trucks, le changement c'est le 11 juin

Dominique Largeron

Le challenge est d'importance pour le constructeur de poids-lourd dont le siège est basé à Lyon. Profitant de l'obligation pour les fabricants de poids-lourds d'offrir dès le 1er janvier 2014, les nouvelles normes Euro VI, nettement plus contraignantes, Renault Trucks a décidé de renouveler, non pas une partie, mais l'intégralité de sa gamme : de nouveaux moteurs d'abord aux futures normes, mais aussi un nouveau design inspiré des motos des années...cinquante. Un investissement de 2 milliards d'euros.

Présentation de sa gamme entièrement renouvelée : pour Renault Trucks, le changement c'est le 11 juin

Avant même le grand show qui doit se dérouler le 11 juin à Lyon, Renault Trucks commence à soulever le capot. Le constructeur de poids-lourd qui appartient au groupe Volvo mais dont le siège est basé à Lyon, doit présenter ce jour là à la presse et à ses clients l'intégralité de sa gamme intégralement repensée.

Le constructeur de poids-lourd compte sur cette nouvelle gamme et l'augmentation du nombre de points de vente dans un certain nombre de pays où il compte se développer, pour se relancer après une année 2012 médiocre avec des ventes en recul de 6 %.

97 % de particules en moins

Pour les fabricants de poids-lourds, le 1er janvier 2014 marquera l'arrivée des nouvelles normes Euro VI, nettement plus contraignantes. Renault Trucks s'est appuyé sur cette obligation pour renouveler sa gamme. Un renouvellement qui passe bien évidemment par un nouveau moteur. L'actuel, aux normes Euro V a été retravaillé et a vu 50 % de ses pièces renouvelées, assure le contructeur.

Par rapport à l'Euro 0, en 1990, le gain annoncé, selon Renault Trucks est appréciable : - 98 % pour les rejets de Nox (oxydes d'azote), - 95 % pour les rejets d'hydrocarbures et – 97 % pour les particules. On ne connaît pas encore le gain de consommation et donc de CO2.

On trouve dans ce nouveau moteur toute la panoplie technologique visant à diminuer la pollution : un système de réinjection des gaz d'échappement dans le moteur, un catalyseur à oxydation, un autre à réduction (pour les Nox), ainsi, bien sûr, qu'un filtre à particules. Le constructeur précise que si les nouveaux moteurs sont moins polluants, il sont aussi moins bruyants. Dans quelles proportions ? On ne le sait pas encore.

Même s'il ne s'agit pas de véhicules destinés à des particuliers, mais à des professionnels, le design de Renault Trucks a été profondément repensé. On retrouve dans le nouveau dessin la patte du responsable design de la marque : Hervé Bertrand. Il s'est entre autres inspiré, explique-t-il, de l'univers de la moto des années cinquante lorsque les chassis et les moteurs s'affichaient de manière bien visible.

Les pare-brises inclinés de 12 degrés

Le design n'est pas seulement destiné à être regardé et à donner une identité au constructeur, mais aussi, grâce à un aérodynamisme qui se veut plus performant, il vise à permettre là encore des économies de carburants, grâce à un meilleur taux de pénétration dans l'air. Pour améliorer le coefficient de pénétration, les pare-brises de la gamme seront inclinés de 12 degrés.

Evidemment les dirigeants de Renault Trucks, en changeant l'intégralité de la gamme plutôt que de procéder par touches successives comme précédemment, savent qu'ils ont pris un risque. Et si les clients transporteurs n'adhéraient pas ?

Pour s'assurer de leur adhésion à cette nouvelle gamme, là encore, le constructeur de poids-lourds a fait les choses en grand. Non seulement, Renault Trucks a réalisé les tests qualité les plus rigoureux de son histoire puisque  depuis 2008, trois cents nouveaux véhicules ont parcouru dix millions de kilomètres en tests qualité. De surcroît, cinq millions d’heures de tests sur bancs ont été réalisées, par des températures allant de -40° à + 60°.

Testés chez les clients internationaux

En outre, pendant plusieurs années, cinquante clients internationaux ont testé les nouveaux véhicules à l'aspect banalisé. Et ce, précise la direction de Renault Trucks, dès la rédaction du cahier des charges jusqu'aux tests des véhicules en conditions réelles d’exploitation. Ces clients-pilotes auront, eux, effectué au total deux millions de kilomètres sur routes.

Cette nouvelle gamme qui a nécessité sept années de développement, a représenté, explique-t-on chez Renault Trucks un investissement global de 2 millions d'euros. Il a demandé l'implication de près de 5 000 salariés.

Il a fallu adapter les usines du groupes à cette nouvelle gamme. Ainsi, une nouvelle ligne de très grosse presse a été mise en place à Lyon pour fabriquer les pièces des nouvelles cabines. Idem à Blainville-sur-Orne où une nouvelle ligne de caisses en blanc et une nouvelle ligne de garnissage cabines ont vu le jour. Enfin, à Bourg-en-Bresse, dans l'Ain, une ligne de développement, utilisée pour les nouveaux véhicules, est opérationnelle depuis trois ans.

A partir du 11 juin, ce sera aux transporteurs et donc aux clients de Renault Trucks de juger. Sur pièce, ou plutôt sur pièces car il en faut 6 500 en moyenne pour fabriquer un poids lourd...

Publiée le 07 mai 2013 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour


HAUT