Dernières infos

Projet Gerland : pour Jean-Michel Aulas, « une concurrence déloyale face au Parc Olympique »

Propos recueillis par Dominique Largeron

 On avait cru que l'affaire était plus ou moins réglée entre Jean-Michel Aulas, Olivier Ginon et Gérard Collomb dans la gué-guerre Parc OL/Stade de Gerland. Pas vraiment... Devant les membres du club France Unie, présidé par l’ancien député du Rhône Marc Fraysse, vendredi, Jean-Michel Aulas n’a pas caché son inquiétude face aux projets concernant le stade de Gerland, reconverti en stade de rugby, sous la houlette du Pdg de GL Events. Le président de l'OL a également tiré un premier bilan de l'ouverture du Parc Olympique, ne cachant pas malgré tout « la fragilité du modèle ». Morceaux choisis.

 

Projet Gerland : pour Jean-Michel Aulas, « une concurrence déloyale face au Parc Olympique »Jean-Michel Aulas

« Un équilibre fragile »

« Le parc OL devrait générer 70 millions d'euros de recettes additionnelles...si rien ne vient perturber cet équilibre fragile.

Si j'ai réagi sur le projet de Gerland, ce n'est pas parce que je ne veux pas que le LOU s'installe à Gerland. C'est un bon choix.

Ma volonté et mon souci, c'est que l'on donne au LOU ce qui m'avait été refusé et qui m'a amené à emprunter 250 millions d'euros avec Jérôme Seydoux et à investir moi-même 200 millions d'euros dans un stade privé.

Or, qu'entends-je ? Qu'on va développer un modèle économique proche du mien, avec un fonctionnement semi-privé, à travers un bail emphytéotique : c'est quelque chose qui s'apparente à de la concurrence déloyale.

Lorsque l'OL occupait le stade de Gerland, nous payions 1,1 million d'euros par an. Et nous n'avions pas du tout accès à ce qui était autour, la piscine, etc. Or ce qui n'était pas possible hier le sera peut-être demain puisque le sujet doit être évoqué le 4 juillet au conseil municipal de la Ville de Lyon...

« Crash tests : nous avons même envisagé la 2éme division »

« L'avenir économique de l'OL dépend-t-il de ses résultats sportifs ? On vient de se qualifier pour la Coupe d'Europe. Or, il faut savoir, ce que peu de clubs ont réussi, que nous avons été qualifiés vingt années de suite dans la grande et la petite compétition européenne entre clubs.

Il faut également savoir que dans nos discussions avec les banques pour obtenir un prêt bancaire de 250 millions d'euros, nous avons effectué des crash tests avec toutes les hypothèses possibles, y compris une éventuelle descente en deuxième division : et même là, le modèle passait ! Mais s'il passe, il ne faut pas oublier qu'il reste malgré tout fragile ! »

« Un exercice équilibré »

« Les objectifs fixés lors de la construction du Parc OL ont été atteints ; et ce, dans le cadre d'un budget prévisionnel déjà extrêmement ambitieux. Le parc OL fait pratiquement le plein tout le temps. Nous affichons 100 % de croissance. Nous avions fait 100 millions d'euros l'année dernière. Nous allons réaliser cette année 200 millions d'euros de chiffre d'affaires. L'exercice sera équilibré. Nous nous retrouvons désormais parmi les dix premiers clubs d'Europe... 

« Hôtel, brasserie, musée : nous continuons d'investir dans le Parc OL »

« Quatre-vingt pour cent du programme prévu est bouclé. Une maison médicale ouvrira. Nous allons déposer le permis de construire. Non loin, on trouvera des immeubles de bureaux, ainsi qu'un hôtel trois étoiles de 150 chambres. Là, le permis de construire est déjà obtenu. L'hôtel devrait ouvrir en 2018.

A Meyzieu, nous avons créé deux Academy qui ont, elles trouvé leur naming : « le Groupama Training Center ». Nous serons dans nos murs fin août/début septembre.

La brasserie est déjà ouverte du fait de l'Euro2016, mais c'est le 1er septembre seulement que le Groupe Bocuse s'y installera. Ce sera une Brasserie ouverte 365 jours par an, midi et soir.

Enfin, nous avons programmé l'ouverture d'un musée du sport qui va permettre de retracer l'histoire du sport à Lyon, en général et pas seulement celle du football. »

« 104 séminaires et 9 113 visiteurs »

Le Parc OL attire : depuis son ouverture, un total de 104 séminaires s'y sont déroulés. Les visites du Parc ont, elles, déjà drainé 9 113 visiteurs, des Lyonnais et des touristes.

Nous voulons faire en sorte que le Parc Olympique qui est aussi un grand business center, soit un lieu de séminaire permanent, 365 jours sur 365.

« Le naming du Stade Vélodrome de Marseille nous gêne »

« Pour le naming du Parc OL, nous avons deux négociations en cours : l'une avec un groupe français et une autre avec un groupe asiatique. Mon objectif est d'aboutir rapidement.

Mais il est vrai que le récent naming du Stade Véolodrome à Marseille (NDLR : Orange Vélodrome) nous met des bâtons dans les roues. C'est un naming quelque peu bradé qui nous gêne.

Concernant ce naming du Parc OL, je suis dans le même état d'esprit qu'avant de construire le Grand Stade. Je sais que nous allons le réussir. Et je peux vous annoncer déjà que le nom que nous allons annoncer va surprendre tout le monde ! »

« Le licenciement de Laurent Blanc, indécent »

" Le licenciement de Laurent Blanc au PSG à 22 millions d'euros, alors qu'il avait été confirmé dans son poste d'entraîneur en février dernier est indécent.

Ce n'est pas 22 millions d'euros d'ailleurs que va payer le PSG, mais 30 millions avec les charges ; mais plus encore, 50 millions d'euros avec les indemnités des collaborateurs de Laurent Blanc qui partent aussi. Or 50 millions, c'est le chiffre d'affaires moyen des clubs de D1 ! "

« Une pelouse différente des autres »

« On a beaucoup parlé de pelouse ces derniers jours. Jamais de la pelouse du Parc Olympique. Pourquoi ? Parce qu'elle est différente de celle des autres stades. Elle a été prévue pour pouvoir à la fois pratiquer le football et le rugby. C'est une pelouse très spécifique qui est dotée non seulement d'un système de chauffage en souterrain, mais aussi d'un système de luminothérapie, ce qui permet au gazon de pousser très vite... »





Publiée le 25 juin 2016 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT