Spectaculaire retournement de Soitec qui affiche son premier bénéfice depuis dix ans...

Une action en Bourse qui s'envole depuis le 1er janvier de 77 %, depuis un an de...420 % : la société iséroise Soitec est en plein retournement. Et il est spectaculaire ! Après une diversification ratée dans le solaire, l'entreprise se recentre sur ses fondamentaux historiques, et ça marche. Objectif désormais : la croissance..

Spectaculaire retournement de Soitec qui affiche son premier bénéfice depuis dix ans...Paul Boudre, Pdg de Soitec (Photo Soitec)

« Il s'agit désormais de capturer la croissance », s'est félicité jeudi Paul Boudre, Pdg de la société Soitec, basée à Bernin près de Grenoble, en présentant les résultats de son exercice 2016-2017.

Il arborait un large sourie. Il avait de quoi.

« Notre confiance repose sur la pertinence de nos matériaux semi-conducteurs innovants, capables de répondre aux besoins des marchés de l'électronique grand public en termes de performance, de faible consommation d'énergie, de fiabilité et d'optimisation des coûts. Que ce soit pour des applications automobiles ou industrielles, pour l'Internet des Objets ou des objets connectés mobiles, pour les smartphones ou les centres de données, nos substrats et process innovants permettent aux systèmes électroniques d'apporter de la valeur dans la vie de tous les jours », explique-t-il.

 Après une désastreuse diversification dans le solaire entamée en 2005 qui n'a pris fin qu'en 2015 , le Pdg de Soitec, aux commandes depuis septembre 2015, après en avoir été le directeur général, a recentré l'entreprise sur ses fondamentaux historiques, ce qui avait fait le succès de l'entreprise : la fabrication de silicium sur isolant (SOI), très peu gourmand en énergie et donc très recherché, et pas seulement par les fabricants de smartphones.

Le chiffre d'affaires est en hausse de 5 %, à 246 millions d'euros, tandis que la marge brute fait un bond significatif, passant de 27 % l'an dernier, à 32 %.

Et surtout, pour la première fois depuis dix ans (!), l'entreprise iséroise enregistre un bénéfice net ( de 8 ,4 millions d'euros), alors qu'elle perdait encore 72,2 millions d'euros il y a un an.

Ce qui amène la société de Bourse Oddo à relever son objectif de cours à 65 euros, contre 52 euros vendredi 16 juin.

Une hausse du cours de l'action de 420 % sur un an

Cela fait quelques mois que le marché retrouve confiance dans cette valeur : l'action Soitec est en hausse de 77 % depuis le début de l'année et de 420 % depuis un an. Une croissance qui pourrait donc perdurer quelque peu.

Le chiffre d'affaires de l'exercice en cours 2017-2018 est attendu en croissance d'environ 25 % à taux de change constants. La marge d'EBITDA de l'activité Électronique est, elle, attendue à un niveau de 20 % minimum.

De surcroît, c'est une entreprise fortement désendettée qui bénéficie de ces nouvelles perspectives, grâce à deux augmentations de capital réussies en mai dernier, qui ont rapporté

152 millions d’euros. Son bilan est assaini et son endettement net est revenu à des niveaux nettement plus supportables : 12 millions d’euros contre 170 un an plus tôt...

 Ce qui signifie que le groupe a de nouveau les moyens d’investir, en mettant sur le marché de nouveaux produits.

 Parmi ceux-ci, les «  wafers » : des galettes de silicium utilisées pour graver des puces électroniques pour lesquelles la demande est forte.

 L’entreprise dispose de deux sites de production, à Bernin en Isère, près de Grenoble.

 Le premier, qui produit des disques de 200 mm fonctionne à plein régime : 850 000 plaques par an. Pour augmenter sa production, Soitec a signé un partenariat avec le Chinois Shanghai Simgui Technology Co., Ltd. (Simgui), avec une nouvelle usine en Chine.

 Sa deuxième usine de Bernin, qui produit des disques de 300 mm, est, certes, encore sous-exploitée.

 Réouverture de l'usine de Singapour ?

 Mais de nouveaux produits – le FD-SOI, le RF-300 mm ou la photonique – devraient compenser le déclin de la technologie historique. Soitec va y investir 40 millions d’euros pour faire passer d’ici à deux ans ses capacités en FD-SOI, de 100 000 à 400 000 plaques.

 Vu ce retour à meilleure fortune, Paul Boudre, le Pdg, prévoit aussi de rouvrir son usine à Singapour, en sommeil depuis 2013. Un investissement, là encore de 40 millions de dollars qui consisterait à ouvrir une ligne pilote de 80 000 wafers en FD-SOI.

 Vu l'alignement actuel des planètes pour Soitec, on comprend dès lors mieux cette envolée boursière. L'entreprise qui compte 900 salariés est à nouveau en ordre de bataille...

Publiée le 19 juin 2017 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT