Dernières infos

Tech'innove, l'entreprise qui cherche à semer l'innovation dans les PME

Dominique Largeron

Beaucoup de consultants se sont mis sur le marché de l'innovation de l'entreprise. Se développant depuis vingt ans, la société lyonnaise Tech'innove est  en revanche la seule PME à avoir émergé sur ce marché, surfant sur l'appétence des PME/PMI, ses clients. Un savoir-faire qui lui a permis une croissance de près de 20 % l'année dernière.

Tech'innove, l'entreprise qui cherche à semer  l'innovation dans les PMEMarc Jeune, Pdg de Tech'innove

On connaît le théorème des trois « i » qui font les entreprises performantes : innovation, international, investissements.

 C'est souvent le premier « i », celui de l'innovation qui déclenche les deux autres. Comment aller à l'international quand on ne se distingue pas de ses concurrents ? Comment attirer vers soi banquiers et les investisseurs s'il ne perçoivent aucune dynamique ?

 Pour booster l'innovation, des organismes tels que l'Ardi (Agence régionale du développement et de l'innovation) procure un certain nombre d'outils. Mais il existe aussi une petite PME de vingt personnes, basée à Lyon, Tech'innove, dont c'est également, discrètement, le métier.

 Bizarrement, d'ailleurs, elles est quasiment seule sur ce créneau, du moins à accompagner avec cette taille les entreprises, en l'occurrence les PME/PMI de a à z.

 Les PME/PMI cœur de cible

 « Ces PME/PMI, ce sont notre cœur de cible : nous voulons rendre l'innovation accessible à toutes les entreprises », lance Marc Jeune, le créateur et patron de Tech'innove qui fait ce métier depuis vingt ans, avec apparemment un succès qui ne se dément pas.

 Son chiffre d'affaires a crû de 20 % l'année dernière à 1 million d'euros. L'entreprise embauche.

 « Nous, nous nous penchons sur la seule innovation qui doit rapporter de l'argent à l'entreprise. Nous ne faisons pas de grandes réalisations, nous ne montons pas d'usines à gaz : notre seul credo est de proposer des choses qui se vendent », précise le boss de Tech'innove.

 L'entreprise lyonnaise qui est surtout présente dans l'industrie a toujours la même approche.

 Sa première intervention consiste à interroger avec sa grille d'analyse le chef d'entreprise. « Un questionnement très ciblé », précise Marc Jeune.

 « Nous balayons tout »

 « Nous balayons tout : de la technique à la finance, en passant par le commerce, l'export ou le marketing. L'innovation n'est pas seulement une affaire de technologie, elle peut passer par beaucoup de vecteurs. »

 « Cela nous suffit souvent pour nous faire une idée des pistes à mettre en œuvre », assure Marc Jeune.

 Le fait d'avoir un regard totalement vierge sur l'entreprise facilite les choses. « Il faut souvent se bagarrer pour faire ouvrir les yeux au chef d'entreprise pour qu'il comprenne par exemple que le chemin qu'il a suivi et que la technologie qu'il est en train de développer est invendable, même si elle est superbe, et lui faire comprendre que c'est la raison pour laquelle sa société est en train de caler... »

Trois types d'entrepreneurs face à l'innovation

 Avec l'expérience, Marc Jeune a constaté qu'il se trouvait face à trois type d'entreprises, trois types de patrons : « celui qui stagne et se pose des questions ; celui qui est en difficulté et celui qui va bien, mais se dit : « il faut que je garde mon avance »... 

Après la rencontre avec le chef d'entreprise et la préconisation des pistes envisageables présentées dans la foulée, le patron de PME reçoit une synthèse par écrit, sous forme de rapport, ainsi qu'une liste des actions à mener.

 « A minima, nous préconisons quatre pistes d'innovations possibles », décrit le patron de Tech'innove.

 Soit le client ainsi briefé se fait accompagner dans la mise en œuvre effective des pistes décrites et leur réalisation par les équipes de Tech'innove, le cas le plus courant ; soit, il peut faire appel à d'autres consultants.

 Mais quels types d'innovations préconise donc Tech'innove ? Il s'agit pour 50 % d'entre elle d'une diversification de marché, sous la forme, souvent de recherche d'une nouvelle typologie de clientèle.

 Vient ensuite la différenciation commerciale pour 25 % des préconisations ; enfin, 22 % des propositions portent sur le développement de nouveaux produits.

 "L'innovation n'est pas simplement une affaire de technologie"

 On se rend bien compte là-et on a trop souvent tendance à l'oublier- que l'innovation n'est pas simplement une affaire de technologie !

 Trois pour cent seulement des préconisations concernent l'organisation de l'entreprise elle-même, « preuve que les PME françaises fonctionnement plutôt bien », se félicite Marc Jeune.

 « Nous n'avons jamais connu d''échec », assure ce dernier qui actuellement, suite à un appel d'offres, est en train d'une certaine manière d'industrialiser son savoir-faire en réalisant pas moins de trente « diagnostics innovation » dans le Roannais, à la demande de la CCI. Une bonne synergie public/privé...

Publiée le 21 avril 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour
Innovation, R&D
Coaching, consulting

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT