Dernières infos

Un investissement de 40 millions d'euros : Laurent Wauquiez prend la tête du peloton pour débloquer la construction des véloroutes

Dominique LargeronUn investissement de 40 millions d'euros : Laurent Wauquiez  prend la tête du peloton pour débloquer la construction des véloroutesCarte des véloroutes d'Auvergne-Rhône-Alpes : 400 km financés par la Région

On parle beaucoup de la ViaRhôna, cette voie verte pour cyclistes destinée à relier le lac Léman à la Méditerranée tout en passant pour une bonne part, par la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Mais il n'y a pas qu'elle : un véritable maillage est en train de se mettre en place dans l'ensemble de la région, comme l'illustre la carte ci-dessus : avec un axe Loire-Rhône rejoignant la ViaRhôna, mais aussi dans les deux Savoies, en Isère, dans la Drôme, etc.

Cela pourrait n'être qu'anecdotique et n'intéresser que les passionnés de la petite reine. Il s'agit en fait d'un dossier économique lourd, avec des retombées attendues se chiffrant en dizaines de millions d'euros.

Le tourisme cyclotouristique constitue une vraie lame de fond et à l'échelon européen, des axes sont en train de s'ébaucher comme ce fut le cas il y a longtemps pour les autoroutes.

La région située sur un axe vert européen important est sûre de pouvoir accueillir des centaines de milliers de touristes supplémentaires sur leurs bicyclettes : on estime déjà que la ViaRhôna bien que non terminée, accueille déjà près de cent milles cyclistes.

Il faut savoir que la France dispose d’une image très forte auprès des clientèles européennes adeptes du vélo.

 Elle reçoit déjà le tiers des touristes itinérants à vélo en Europe : elle s'affiche déjà comme la deuxième destination mondiale et la première destination programmée par les tours opérateurs spécialisés.

 Auvergne-Rhône-Alpes peut donc tirer profit de son image auprès des clientèles du nord de l’Europe (Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Suisse) et de sa proximité avec ces marchés pour prendre une solide part de ce marché touristique en train de s'ébaucher.

 Les retombées locales a en attendre ne sont pas minces car ces cyclistes dotés en général d'un bon pouvoir d'achat (ils dépensent plus que les autres), il faut les héberger, les nourrir, leur fournir des infrastructures pour leur destrier à deux roues, etc.

 Des véloroutes qui avancent trop lentement

 Or problème : s'appuyant essentiellement sur les collectivités locales les projets de véloroutes avancent très-trop-lentement.

 Le cas le plus patent est celui de la traversée de la vallée de la chimie de la ViaRhôna à Lyon qui traîne depuis des années.

Même si on comprend bien, vu la nature du site et la proximité d'usine classées Seveso,que ce n'est pas simple, personne n'a encore tranché ce dossier indispensable pour assurer une continuité nécessaire partie prenante d'un grand axe européen.

Pour relancer ce dossier, il fallait un chef de file. Par la voix de Laurent Wauquiez, la région vient de décider (un peu tardivement, il est vrai) à prendre ses responsabilités et à jouer le rôle nécessaire de chef d'orchestre.

40 millions d'euros et 400 kilomètres sur la table

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes s’engage ainsi sur la période 2017-2020, à réaliser un minimum de 200 km de véloroutes et voies vertes nouvelles sur les six itinéraires structurants d’intérêt régional ; mais aussi 200 km supplémentaires au titre des boucles locales et réseaux secondaires.

 La Région met l'argent en face de cette nouvelle ambition : elle mobilise 40 millions d'euros contractualisés au titre des Contrats de Plan, des Pactes, des Contrats de plan interrégionaux, ainsi que les programmes européens, (FEDER Loire-Allier et Rhône-Saône, notamment).

 Elle assurera donc la maîtrise d'œuvre des chaînons manquants.

 Autre engagement : celui d'accompagner par des subventions les collectivités pour les inciter à développer des équipements et des aménagements autour des itinéraires pour répondre aux besoins principaux : accès à l’eau, toilettes, aires de repos, parkings ; et ce, via un soutien à hauteur de 30 % des investissements projetés.

 Une subvention pouvant aller jusqu'à 180 000 euros

 Une aide régionale destinée aussi à financer entrepreneurs privés désireux de construire des hébergements touristiques le long des itinéraires : jusqu’à 180 000 euros pour les hébergements collectifs ou gîtes de groupe, sur la base d’un appel à manifestation d’intérêt.

 Enfin pour attirer un peu plus la lumière des projecteurs, Laurent Wauquiez souhaite réaliser un tronçon innovant de véloroute s’appuyant sur les nouvelles technologies en matière d’énergie et de numérique.

 On pourrait ainsi voir émerger un enrobé innovant sous la forme d'un béton solaire..., mais aussi des recharges électriques vertes, pour les vélos électriques de plus en plus nombreux ; ainsi que d'autres solutions innovantes d’accès au wifi, de réalité augmentée ; voire pour d'autres usages numériques à inventer...

 Reste désormais à la Région à pédaler vite pour concrétiser tous ces projets et rattraper le retard pris...

Publiée le 02 juil. 2017 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT