Dernières infos

Vainqueur du Forum5i, La start-up grenobloise Hap2U donne du relief aux écrans tactiles

Dominique Largeron

Hap2U créée par Cedrick Chappaz a été couronnée start-up la plus prometteuse lors du Forum 5i qui vient de se dérouler à Grenoble : l'innovation qu'il a développée est susceptible de révolutionner le commerce en ligne, car elle offre la sensation de toucher à distance une matière, quelle qu'elle soit !

Vainqueur du Forum5i, La start-up grenobloise Hap2U donne du relief aux écrans tactiles Cedrick Chappaz, le créateur de Hap2U

Ce fut la start-up star du Forum 5i qui s'est déroulé à Grenoble le 28 mai et qui traditionnellement se conclut par un concours d'entreprises innovantes.

Ce dernier, intitulé “5i Jean-Michel Lamure” a été remis par un jury international à Cedrick Chappaz, Pdg de la start-up grenobloise Hap2U, face à vingt-cinq autres start-up venues de France et de Rhône-Alpes, mais aussi d'Allemagne, d'Italie et de Suisse.

La jury a choisi de distinguer une innovation qui pourrait faire du bruit : la technologie développée par Hap2U pourrait rien moins que révolutionner notre relation aux écrans tactiles...

« Une véritable révolution d'usage »

« Hap2U est une technologie qui permet de donner une notion de relief à nos interfaces tactiles », a expliqué en recevant son prix, Cédrick Chappaz. Il est convaincu qu’il participe à « une véritable révolution d’usage ».

C'est donc son concept disruptif, basé sur cinq ans de recherche et défendu par toute une batterie de brevets qui l'a emporté : Hap2U.

Ancien de ST-Microelectronics, ingénieur physicien, Cedrick Chappaz, 41 ans, a mis cinq ans pour développer cette technologie qui permet de donner le sens du toucher aux écrans tactiles. Il permet de ressentir la texture d'une surface virtuelle, qu'il s'agisse de tissu ou de toute autre matière.

Sans rentrer dans des détails,techniques, cette technologie  s’appuie sur l’effet « lame d’air » provoquée par des ultra-sons qui à des fréquences précises modulent la friction ressentie par l’utilisateur lorsqu’il déplace son doigt sur un écran tactile. 

Le réalisme du ressenti est tel qu'avec cette technologie, il est possible de différencier des textures et des formes pour tous les objets de notre quotidien. 

Une innovation susceptible de révolutionner le commerce en ligne, car il deviendrait possible de toucher une matière à distance, en commandant son vêtement sur Internet.

Aucun équivalent en Europe

Pour ce faire, Cédrick Chappaz s'est appuyé sur la recherche publique avec l'Université de Lille, mais aussi le Léti, mais aussi privée, en l'occurrence l'Orange Lab, le Laboratoire de recherche de l'opérateur téléphonique, à Grenoble.

Hap2U n'a aucun équivalent en Europe. Son seul concurrent est Américain. "Il a démarré un an seulement avant nous. C'est la raison pour laquelle il nous faut désormais mettre les bouchées doubles", assure Cédrick Chappaz.

C'est pourquoi, il entend lever rapidement un million d'euros, d'ici la fin de l'année.

De l'automobile au e.commerce

Une course de vitesse qui s'explique : le marché qui pourrait découler de cette innovation est déjà estimé à un milliard d'euros. "Avec le développement des objets connectés, il devrait croître très vite", assure le créateur de  Hap2U.

Pour Cédrick Chappaz, les applications de cette technologie sont multiples. « A commencer par l'automobile où elle permettrait au conducteur de ne plus avoir à regarder son écran tactile car il serait uniquement guidé par le toucher, ce qui lui permettrait, gage de sécurité, de ne plus quitter la route des yeux. »

Une autre application intéresse les e.commerçants : « 40 % des Internautes expliquent qu'ils ne réalisent pas d'achat car il ne peuvent toucher les produits avec leur écran. »

Il est vrai que le marché est vaste : il concerne en fait tous les écrans tactiles et ils sont nombreux sur la planète.

Pour l'heure Hap2U qui compte quatre personnes est hébergé au sein de la plateforme CIME Nanotec du pôle de recherche Minatec de Grenoble. Mais si la croissance escomptée est au rendez-vous, il devra sans doute trouver un havre plus vaste.




Publiée le 12 juin 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT