« YouFactory » : la première usine partagée de l'agglomération lyonnaise vient de voir le jour

Dominique Largeron

S'inspirant du FabLab de Barcelone ou de l'Usine 10 à Paris, Isabelle Laurent vient d'ouvrir une usine partagée au sein du Pôle Pixel à Villeurbanne, à destination unique des professionnels, TPE ou PME industrielles, architectes, designers, etc. Le premier concept de ce type à Lyon.

« YouFactory » : la première usine partagée de l'agglomération lyonnaise vient de voir le jour

Vous avez sans doute entendu parler des Fab Lab (contraction de l'anglais fabrication laboratory, « laboratoire de fabrication »), un concept né au MIT américain qui est un lieu ouvert au public où toutes sortes d'outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, sont mis à sa disposition du public pour la conception et la réalisation d'objets.

 Les quelques Fab Lab qui ont vu le jour dans l'agglomération lyonnaise sont surtout destinés à l'éducation populaire et dans des buts de formation du grand public.

 « YouFactory », le dernier Fab Lab en date qui a ouvert ses portes le 24 février dernier au sein du Pôle Pixel, un hôtel accueillant près de cent entreprises à Villeurbanne, est d'un tout autre type.

 « Cet outil, j'en ai rêvé »

 « Cet outil, j'en ai rêvé. Un jour j'ai eu besoin d'une plieuse pour un projet de sculpture. Je n'ai jamais pu en avoir l'accès. Cela fait un an et demi qu'on le prépare : il s'agit d'un lieu d'abord et avant tout destiné aux professionnels », explique Isabelle Laurent, une plasticienne de 53 ans qui a lancé le concept avec son fils Jean Nelson, 26 ans, et deux autres investisseurs soit un capital de 90 000 euros.

 Le temps de gestation, assez long, de « YouFactory » s'explique : « Notre concept est totalement novateur. Il a fallu tout inventer. Par exemple, il a fallu près de six mois pour trouver une compagnie qui veuille bien nous assurer.. ! »

 Lauréate de la Fondation EY (Ernst&Young)

 Heureusement YouFactory a été lauréate 2013 de la Fondation EY (Ersnt&Young) qui l'a accompagnée sur le plan juridique, très complexe.

 L'ensemble qui se déploie sur 400 m2 au sein du Pôle Pixel a nécessité un investissement de 270 000 euros dont 150 000 pour les seules machines, au nombre de quinze : des imprimantes 3D, un scanner 3D, mais aussi des machines pour l'usinage, le fraisage, la découpe laser, des machines de thermoformage, de moulage pour effectuer des petites séries, etc.

 Le public ? « Nous nous adressons aux professionnels que l'on accompagne dans la réalisation de leurs projets, quel qu'il soit. Ainsi, par exemple, un pâtissier nous a contacté : il veut fabriquer des moules en petite série pour ses œufs de Pâques... », décrit Isabelle Laurent.

 L'usine collaborative ou partagée qui salarie trois personnes et travaille avec un pool de formateurs spécialisés s'adresse aux TPE et PME industrielles désireuses par exemple de fabriquer des prototypes ou des petites séries, mais aussi aux architectes, designers, créateurs de tout poil.

Le professionnel désireux de fabriquer un ou plusieurs objets est accompagné par un ou plusieurs professionnels sur les machines dans la réalisation de son projet.

 Les tarifs se veulent attractifs et non rédhibitoires : la location en coworking d'un établi avec un espace dédié revient à 50 euros HT la journée d'atelier par exemple ; ou 60 euros l'heure pour la location de machines de fabrication numérique, par exemple.

 « Nous prévoyons des cartes de 10 heures avec un tarif dégressif » explique la fondatrice de « YouFactory » pour qui ce premier atelier ne constitue en fait qu'un test.

 Un atelier test

 « Il va nous servir à valider le modèle et à tester nos besoins, identifier les usages et bien préparer notre développement », précise Isabelle Laurent qui prévoit arriver à l'équilibre d'ici un an et demi environ.

 Mais son projet va bien au-delà. « En fait je pense développer à terme un outil beaucoup plus important sur 2 000/3 000 m2 qui intégrerait aussi la tôlerie, la robotique, le textile : nous savons par exemple que dans ce dernier domaine il existe une vraie demande. »

 FabLab, phénomène de mode ou vrai besoin ? On le saura très vite.

Publiée le 25 févr. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT