Gérard Collomb se félicite du soutien de Manuel Valls au projet ferroviaire Lyon-Turin

Gérard Collomb, maire de Lyon.Gérard Collomb se félicite du soutien de Manuel Valls au projet ferroviaire Lyon-Turin

Gérard Collomb " se félicite du soutien de Manuel Valls au projet de ligne ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin. Celui-ci a qualifié aujourd’hui à Chambéry ce projet d’« indispensable". Le Lyon-Turin est une pièce essentielle du système ferroviaire régional, national et international.

«C'est pour nous un chantier stratégique, une formidable opportunité pour notre développement économique et la compétitivité des entreprises de notre région, en particulier pour celles du secteur de la logistique.

C’est dans cette perspective que j’ai souhaité que Lyon accueille le Sommet franco-italien de 2012 et que, fin 2013, j'ai participé aux cotés de très nombreux collègues parlementaires à la mobilisation des décideurs politiques et des représentants du monde économique en faveur du Lyon-Turin.

Sur les 347 membres que compte le Sénat, 333 ont ainsi exprimé avec moi, le 18 novembre 2013, leur adhésion au projet Lyon Turin. C’est je crois un beau succès !

Le lancement en 2015 d'un nouveau chantier en Savoie, à Saint Martin la Porte, et la poursuite du chantier italien de La Maddalena, ainsi que les prochaines échéances du Lyon- Turin, vont dans le bon sens, celui de l'intérêt de notre territoire.

"Il en va de la pérennité du développement économique de notre territoire"

La situation actuelle de saturation que connait Lyon et la région lyonnaise avec plus de 1 100 trains qui traversent chaque jour notre agglomération, nous impose de porter nos efforts sur les grands projets ferroviaires. Il en va de la pérennité du développement économique de notre territoire et de la qualité de vie des Lyonnais.

Chacun a bien conscience des difficultés budgétaires de notre pays, mais la France, qui se distingue dans le monde pour la qualité de ses infrastructures, ne peut pas renoncer à investir.

En 2012 à Lyon et en 2013 à Rome, des engagements ont été pris par les plus hautes autorités françaises et italiennes, et je m’en félicite.

De son côté l'Europe s'est dotée en 2013 d'un budget transports trois fois plus important que par le passé, soit 26 milliards d'euros.

Elle vient de lancer un premier appel à projets de 11,9 milliards. Celui-ci comprend notamment le financement de 40 % de la section transfrontalière, dont le nouveau tunnel ferroviaire Lyon-Turin.

Cela représente 10 ans de travaux pour un coût total de 8,5 milliards. L’idée est d’aboutir à la répartition suivant : 3,4 milliards pour l’Europe, 2,2 milliards pour la France et 2,9 milliards pour l’Italie.

La France et l'Italie doivent répondre conjointement et dans les délais - c'est-à-dire d'ici le 26 février 2015, à cet appel. C’est une opportunité financière extraordinaire que nous donne l’Europe : il faut la saisir ! La déclaration de Manuel Valls va dans le sens d’une France qui avance et qui investit dans des infrastructures porteuses d’avenir, c’est une bonne nouvelle. »

Publiée le 17 oct. 2014 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
Eco-Opinions
Italie
Implantation, grands projets
Train, TGV, transport et infra structures ferroviaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT