Produits & Services
Retraite Madelin AXA - solution retraite des TNS et IndépendantsEt vous, qu'avez-vous mis en œuvre pour votre retraite ?Assurance prévoyance du TNS, aide et conseil aux dirigeants Entrepreneurs : intéressez-vous dès à présent à votre prévoyance !Broderie sur vêtements de travail, tenue de cuisinier, métiers des CHR  Broderie sur vêtements de travail pour cafés, hôtels, restaurants : une spécialité Créativ’BroderieCoffret gourmand confitures de luxe Bruneton > cadeau d'affaire gourmandCadeaux d'affaires gourmand : jouez la carte de l'originalité avec des confitures 100% artisanalesConfiture de luxe BRUNETON, confitures artisanales de luxe pour tous les chefsMaison Bruneton : des confitures de luxe à la table des meilleurs chefs de Lyon et du mondeDirecteur marketing à temps partagé, service de communication externaliséGérez votre image de marque et votre marketing digital à temps partagé avec GBSNavette transport VIP hôtels, personnalités, clients, entreprisesNavette VIP pour les hôtels de Lyon - le service des Transports LausseurCoffret recettes mets et vins pour entreprises, coffret gourmand recettesCoffrets recettes CiboVino : un cadeau gourmand original où le chef cuisinier, c’est vous !Développpement commercial pour TPE, externalisation de la prospectionGBS : le nouveau nom du développement commercial des TPE et des indépendantsMeubles en bois professionnels sur mesure, comptoirs, bars, ateliers de cuisineVotre meuble sur mesure dans le bois de votre choix !Coffret apéritif pour entreprises, le coffret apéro des salariésCoffret cadeau gourmand : CiboVino vous le sert à l’apéroTransport de collaborateurs, fiable, ponctuel - taxi pour entreprisesTransports Lausseur, la navette privilégiée des entreprises pour les déplacements des clients et des partenairesTaxi groupe 9 personnes, minibus pour entreprises, hôtels, agences LyonEntreprises, hôtels, agences : reposez-vous sur la rigueur et la fiabilité des Transports Lausseur, taxi groupe 9 personnesSaisie et qualification de fichiers prospects - faire saisir ses donnéesConstitution et qualification de fichiers prospects - faites saisir vos contactsTranscription données médicales, données personnelles, saisie de données de santéService de saisie de données adapté aux mutuelles, CHU, laboratoires et tous organismes de santéSaisie de données, catalogues, études - transcription d'informationPour gagner en productivité, confiez la saisie de données à Easy Info ServicesBroderie sur tablier de charcutier, boucher ou boulanger - faire broder ses tabliersCharcutiers, bouchers, cuisiniers, cavistes : faites broder vos tabliers !Rénover sa toiture - conseils et rénovations de toits et charpentesBati&Bois rénove vos toitures et vos charpentesRevues de presse et constitutions de dossier de presse, prestation ExpertInfoRevues de presse et constitution de dossiers de presseFinancer le développement des PME, aide, accompagnement, conseilFinancez le développement de votre entreprise avec ADEC Conseil

Le Brexit serait-il arrivé avec une Europe en pleine expansion ?

Daniel MOINIER | www.livres-daniel-moinier.com

Le 24 juin 2016 dernier, 51,9% des britanniques se sont prononcés en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, même si en Irlande et en Ecosse le vote pour le maintient l’avait largement emporté. François Hollande a annoncé aussitôt en conférence de presse : « Le vote des Britanniques met gravement l’Europe à l’épreuve mais respectons leur choix. Un sursaut est nécessaire, l’Europe pour aller de l’avant ne peut plus faire comme avant…La France sera à l’initiative pour que l’Europe se concentre sur l’essentiel ». De son côté, Angela Merkel a affirmé que « le Brexit est un coup porté à l’Europe et au processus d’unification ».

Le Brexit serait-il arrivé avec une Europe en pleine expansion ?

Alors pourquoi en est-on arrivé là ?

Il faut remonter à 2013, lorsque David Cameron a décidé d’organiser un référendum pour ou contre le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne sans penser aux dégâts qu’une pareille décision provoquerait dans son pays ?

Pourquoi ?

C’est un problème de leadership, avec un parti conservateur très divisé, qui a poussé le 1er Ministre Britannique a lancé ce coup de poker. Il était très menacé par le Ukip, la formation populiste qui a fait de la sortie de l’UE la prérogative de son programme. En même tant, il était très contrarié par un nombre de plus en plus important de députés eurosceptiques au sein même de son parti. En lançant ce référendum, il a voulu neutraliser tout ses détracteurs en préjugeant à tort de l’opinion des électeurs.

Même si cette promesse lui a permis de gagner les élections de 2015, elle n’a pas empêché ensuite un déchaînement hystérique portant sur les immigrés, accusés de faire baisser les salaires et d’encombrer les hôpitaux. Elle a aussi suscité le fait de savoir, s’il était patriotique de quitter ou non l’UE. Tous les « contres » lançaient infatigablement le refrain « Take back control » soit reprenons le contrôle de notre pays. Ils annonçaient aussi la menace d’un déferlement turcs, des lois votées à 60% par la commission européenne et la faillite de l’eurozone.

David Cameron avait pourtant fait le maximum en promettant aux banques de renégocier les termes de l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’UE avant de convoquer un référendum sur le sujet avant fin 2017.

La crise grecque et le fait que la Grèce était tout près de quitter la zone euro ont joué un rôle dans la décision de David Cameron de convoquer le référendum britannique plus tôt que prévu, le 21 juin 2016.

Il avait pourtant eu le soutien de la Ministre de l’intérieur Theresa May qui avait penché pour le out puis qui ensuite a annoncé qu’elle soutiendrait le maintien du pays au sein de l’UE, accompagné du Ministre au Commerce Sjid Javid. C’est cette même Ministre de l’intérieur, seule candidate à sa succession (de D.C.) qui vient de le remplacer au poste de 1er Ministre.

Grexit, Brexit, on parle de Frexit et bien d’autres, une sorte de démantèlement de l’Europe. Qu’arrive t-il à cette Union Européenne qui a vu le jour 09 mai 1950 ?

Si vous regardez le tableau ci-dessous, vous voyez que la part de l’UE dans le PIB mondial n’a pas arrêté de diminuer 30,35% en 2005, 23,64% en 2014. Les pays dit émergents pointant de plus en plus leur nez.

Part de l'UE dans le PIB mondial

Pays

 % PIB mondial

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

 Union européenne

30,35

29,88

30,65

30,19

28,19

25,85

25,08

23,21

23,12

23,64

 États-Unis

29,06

28,16

27,19

23,71

24,28

23,13

21,57

21,89

22,43

22,37

 Chine

5,02

5,46

5,87

7,1

8,57

9,32

10,43

11,48

12,33

13,30

 Japon

9,15

8,01

7,03

8,1

8,72

8,72

8,39

8,32

6,54

5,90

 Brésil

1,94

2,21

2,40

2,66

2,70

3,31

3,54

3,14

2,99

3,01

 Inde

1,73

1,78

1,99

1,98

2,25

2,74

2,64

2,57

2,79

2,65

 Russie

1,72

2,04

2,36

2,65

2,12

2,35

2,66

2,81

2,50

2,39

La zone euro est restée la lanterne rouge de la marche des affaires mondiales, subissant une nouvelle baisse du PIB d’environ 0,5 %. Certes, c’est un peu moins pire qu’en 2012 (- 0,6 %), mais l’Union économique et monétaire (UEM) reste la seule zone au monde à régresser. Pourtant, elle a pu bénéficier de soutiens massifs, avec notamment la double baisse du taux refi (taux de refinancement) de la BCE (désormais à 0,25 %) et la remontée importante de l’économie allemande, qui, bien loin de l’atonie de ses voisins, a su croître d’environ 1 %. 

La dette européenne ne cesse d’augmenter depuis de très longues années. La crise de 2008 l’a encore fortement boostée. Ce sont surtout les pays du Sud qui sont les mauvais élèves de la classe dont la France. Les conséquences économiques : C’est un effondrement de la demande intérieure dû à la baisse des salaires, des dépenses publiques et par la hausse du chômage et des impôts.

Cette dette à fin 2015, s’élève à 12.439 Mds d’euros pour l’UE des 28 membres, soit 86% du PIB et à 9.454 Mds pour la zone euro et ses 19 membres, soit 91,6% du PIB.

Les analyses essaient de trouver des raisons à cette atonie : Les pays de la zone euro ont tenté de réduire les déficits trop vite en 2011-2013, avec souvent de lourdes augmentations d’impôts, notamment la France, ce qui a conduit à casser la reprise et à la montée du chômage avec en parallèle, la hausse des déficits et de l’endettement public qui étaient pourtant prévus à la baisse..

La deuxième évoquée : Une mauvaise coordination des états avec des sociétés en concurrence les unes envers les autres due à des égoïsmes nationaux qui ont empêché d’adapter leurs situations et leurs politiques. Les marchés financiers en ont profité pour spéculer sur la dette des pays du Sud, alors que d’autres plus au Nord ont bénéficié de conditions très avantageuses, notamment la France et l’Allemagne.

Et si les causes étaient autres ?

Peu de spécialistes en parlent et pourtant les causes sont beaucoup plus lointaines et profondes. Elles ne datent pas de la crise de 2008. Il suffit de regarder les courbes de durée de vie et de durée de travail de tous ces pays, pour se rendre compte que les politiques menées ont été complètement à l’envers de ce qu’il aurait fallu faire. Sous les pressions politiques, syndicales, électoralistes tous les gouvernements ont lâché du lest, sans s’occuper des conséquences très négatives engendrées sur l’économie de leur pays, mais aussi des baisses irrémédiables des niveaux de vie. Si l’on regarde le niveau de déficit, de dette de chaque pays, on s’aperçoit qu’il existe de très grandes différences. Ceux qui ont résisté, gardé des horaires (sur l’année et la durée de vie) plus importants ou augmenté ceux-ci, ont presque tous de meilleurs résultats. C’est presque pour tous, proportionnel. Ce qui l’est également c’est le PIB, il est en correspondance directe avec les heures travaillées-payées d’un pays.

Cela fait plus de quarante années que cela s’est dégradé. A chaque baisse de rentrées, il est mis en place des prélèvements, taxes, impôts... Tous les gouvernements ont toujours été très ingénieux pour trouver de nouvelles taxes ou impôts supplémentaires. Comme par exemple les deux plus importantes en France : La TIPP (Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers) et la CSG. En 2015, elles ont rapporté 117 Milliards d’euros, soit 31% des recettes de l’état.

Le tableau ci-dessous est très représentatif de la baisse du nombre d’heures travaillées depuis 1950, ainsi que la différentiation entre heures à temps complet et heures incluant le temps partiel. Deux taux sur lesquels les politiques jouent beaucoup pour annoncer que la France travaille plus que l’Allemagne, ou inversement que c’est elle qui travaille le moins, suivant que l’on représente la gauche ou la droite. Cherchez « l’erreur » !

PAYS

1950

2015

2015

2015

2015

2015

2015

 

Durée annuelle

Durée annuelle

Durée annuelle

PIB/hab

Taux d'emploi

Temps partiel

Salarisation

 

(heures)

Temps plein (heures)

avec temps partiel (heures)

En euros

(%)

(%)

(%)

Allemagne

2370

1847

1580

44.211

67,6

28

88

Espagne

2050

1805

1643

32.309

72

16

82

France

2230

1661

1536

38.093

63

19

91

Italie

2170

1781

1636

32.496

58

18,5

74

Pays-Bas

2300

1523

1379

45.812

72

50,4

87

Royaume-Uni

2100

1900

1637

41.425

72

26,8

90

Suède

2020

1685

1525

44.972

74

26,2

89

Ci-dessous un dernier tableau, du taux de croissance et de la productivité de 1995 et 2007 en Europe, taux qui ont encore évolué à la baisse depuis.

La France se trouve encore dans les tout premiers pays mondiaux pour la productivité horaire. Par contre pour la productivité globale, nous n’avons pas arrêté de décrocher. Nous sommes passés à la 25ème place et même à la 29ème pour certains autres instituts.

Ce n’est pas la peine de travailler à fond pendant une heure, encore faudrait-il travailler au moins au temps que les autres et même plus.

Les chiffres ci-dessus ont été relevés sur une année. Si l’on fait la comparaison par rapport à la durée de vie, nous nous retrouvons complètement « dans les choux ». Résultante de tous nos déficits et dettes.

Vous voyez que tous les pays d’Europe ont suivi le même chemin vers le bas, à des degrés différents.

Si les pays d’Europe n’était pas partie vers une distribution dite sociale, sans avoir des rentrées suffisantes issues du travail, nous aurions une Europe prospère, influente, avec des européens confiants en l’avenir.

Dans ces conditions plus enviables, il y a de fortes chance que l’envie de Brexit n’aurait même pas effleuré une grande partie des Britanniques. Pas plus que les circonstances qui ont bouleversé l’économie Grecque, même si l’environnement de politique intérieure était quelque peu différent.

D’autre part, il n’y aurait certainement pas eu cette forte aversion contre l’Europe et toutes ses institutions.

Daniel MOINIER | www.livres-daniel-moinier.com

Publiée le 22 juil. 2016 par FOULSHAM Eric. Mis à jour le 22 juil. 2016
Voir aussi ...
BREXIT : refondation ou dislocation de l'Union Européenne [Conférence]

Bourse Finance Institut en partenariat avec IDRAC Executive Education de Lyon propose le Mercredi 28 septembre 2016 à l'I-WAY de Lyon 9ème, l'intervention de 3 experts financiers de renoms pour mesurer l'impact du Brexit sur la sphère financière européenne pouvant conduire à une refondation ou à une dislocation de l'Union Européenne. Les inscriptions à la conférence sont d'ores et déjà ouvertes.

lire la suite...
Figure dans les rubriques
Eco-Opinions
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.

<a href="http://c5sale.com/">buy cialis</a> also called Tadalafil pill usually used for men’s erectile problems treatment. [ 14/09/16 ]

buy cialis also called Tadalafil pill usually used for men’s erectile problems treatment.


HAUT