Lettre d'un «salaud de patron» à Philippe Martinez

Julien Leclercq | Chef d'entreprise. Il est l'auteur de "Journal d'un salaud de patron" (Ed. Fayard). Lettre d'un «salaud de patron» à Philippe Martinez

Cher Philippe Martinez,

Je me permettrais presque de vous tutoyer tant ces derniers jours j'ai l'impression de vivre avec vous. Je me couche en entendant votre nom, me lève en le lisant, déjeune en vous regardant…

Impossible d'allumer ma télé, ma radio ou d'ouvrir un journal sans apercevoir votre drapeau rouge flotter fièrement à côté de pneus brûlés ou de pancartes anti-patrons, votre moustache désormais célèbre jamais bien loin non plus. Il faut dire que les mois qui viennent de passer ont été riches pour vous !

Vous avez retrouvé toute cette hargne et cette violence qui sont votre marque de fabrique pour vilipender les chefs d'entreprise, que vos ouailles ont tour à tour proposé de «virer» ou de «pendre», pour reprendre les termes d'images largement partagées sur la toile. Tout ça autour d'une loi Travail qui au final ne changera grand-chose pour personne, et n'est - soyons francs - qu'une mesurette sans intérêt (que l'on soit pour ou contre).

Il est loin le temps où vous deviez faire face au scandale de travaux exorbitants réalisés dans l'appartement de fonction de votre ex-secrétaire général (viré, soit dit en passant, le 7 janvier 2015, jour de Charlie Hebdo, bien vu!), ou celui où vous faisiez fermer des magasins contre l'avis unanime des salariés et des dirigeants qui y travaillaient. On oublie même le CDD renouvelé 184 fois à l'une de vos employées, affaire pourtant bien plus récente.

Oui, bien loin tout ça! Désormais vous bloquez des raffineries, des centrales, et même des journaux, le tout dans un climat délétère ultra violent, sur fond de policiers tabassés.

Jamais le gouvernement n'aurait dû attendre aussi tard dans le quinquennat pour s'attaquer à l'épineux sujet du Code du travail, et il est évident qu'il peut revoir sa copie niveau approche pédagogique.

Un peu facile, j'en conviens. Mais sincère. Je pousse la sincérité jusqu'à admettre que je vous rejoins sur certains points, principalement celui que cette loi a été amenée n'importe comment.

Jamais le gouvernement n'aurait dû attendre aussi tard dans le quinquennat pour s'attaquer à l'épineux sujet du Code du travail, et il est évident qu'il peut revoir sa copie niveau approche pédagogique.

La liste des points discutables est d'ailleurs bien trop longue pour être exposée de manière exhaustive ici. J'y inclurais en tout cas le fait qu'un syndicat qui représente à peine 3% des salariés puisse occuper et bloquer une zone Seveso en plein état d'urgence et en toute quiétude.

Cher M. Martinez, on me dit souvent d'un optimisme frôlant dangereusement la naïveté.

Malgré tout, optimiste je ne le suis pas assez pour espérer vous convaincre que vous faîtes fausse route.

Et pourtant… Combien j'aimerais vous démontrer que les positions caricaturales qui sont souvent les vôtres sont d'un autre temps.

Le patronat n'est plus celui que vous racontez, les entrepreneurs sont si loin de ce portrait détestable que vous montrez aux jeunes pour leur faire peur.

Le salariat non plus, d'ailleurs, les collaborateurs des entreprises me paraissant bien intelligents que ce que vous laissez entendre généralement (mais si, ils sont capables de discuter des accords d'entreprise, ce sont des adultes responsables!).

Au quotidien, tous ensemble, nous tentons de joindre les deux bouts, de gagner un peu en visibilité, de répondre à l'attente de quête de sens qui ne cesse de gagner la société, de trouver des astuces pour développer le bonheur au travail malgré une perte évidente de pouvoir d'achat pour tous, d'inventer des pistes de développement...

Cette réalité, c'est celle des PME. Celle de 99,9 % des entreprises françaises, ces petites boites qui ont la clé de la relance de l'emploi, puisqu'elles ont créé 80 % des jobs ces vingt dernières années.

J'aimerais vous rappeler, aussi, une énorme évidence que vous semblez nier : précariser les entreprises revient à précariser tous ceux qui y travaillent, salariés y compris.

Je ne cherche pas à vous faire pleurer sur mon sort de chef d'entreprise. J'ai choisi de l'être, et, malgré toutes les aberrations de mon quotidien, j'en suis heureux. Je cherche à vous montrer que le dialogue social n'est plus celui que vous croyez connaître. Et qu'il mérite un autre traitement que celui que vous lui réservez depuis plusieurs jours. J'aimerais vous rappeler, aussi, une énorme évidence que vous semblez nier: précariser les entreprises revient à précariser tous ceux qui y travaillent, salariés y compris.

Croyez-moi, j'ai repris une agence au bord du dépôt de bilan il y a six ans: tout le monde est beaucoup plus heureux dans une entreprise en bonne santé. J'aimerais enfin que vous ayez conscience du mal que vous faites quand vous laissez entendre à notre jeunesse que la France c'est le Bangladesh et que nos entreprises ne veulent pas d'eux.

Cher M. Martinez, vous ne serez évidemment pas d'accord avec tout ce que je viens de vous écrire et vous enfermerez dans ce déni d'un monde qui change, restant désespérément fidèle à un mode de pensée totalement archaïque et dépassé.

Et puis, soyons honnêtes l'un envers l'autre, tout ce qui se passe vous donne tellement d'importance que vous n'avez pas tellement envie ni intérêt que les choses s'arrangent. Il se trouve que je suis un «communicant», pour employer une expression à la mode, alors je vais vous donner un conseil.

Si vous ne devez retenir qu'une seule chose de ce courrier, j'aimerais que ce soit celle-ci: nous sommes en 2016, M. Martinez. Et en 2016, époque formidable, il existe une multitude d'autres moyens pour faire entendre sa voix que celui que vous avez choisi: emmerder le monde, absolument tout le monde.

M. Martinez, personne ne sortira ni gagnant ni grandi du climat social catastrophique dans lequel vous plongez le pays. Personne, même pas vous.



Publiée le 08 juin 2016 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
Eco-Opinions
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.

Posture[ 06/07/16 - Nicolas BAR ]
Bonjour,

Jolie lettre, emplie de convictions. Vous semblez porter à Mr Martinez une conviction qui n'est pas la sienne. Analysons plutot ses interets avant de parler de sens actions...si naiveté il y a dans votre lettre, c'est bien de penser que Mr Martinez a des convictions...il fait uniquement son métier, en remplissant ses objectifs a savoir être élu et réelu...il fait donc ce que sa base lui demande...pas ce que la majorité demande.

En 2016, l'ère n'est plus aux convictions, mais au réalisme, sauf peut être pour les patrons

Cordialement
SYNDICATS ET MÉDIAS...[ 15/06/16 - Alain VERTADIER ]

La très grande majorité des chefs de PME se démènent pour faire avancer leurs entreprises dans un climat social le plus apaisé possible parce que tout le monde y trouve son intérêt et la très grande majorité des salariés le savent très bien.

Parallèlement à ceci quelques "petits" syndicats agressifs et violents ,en mal de reconnaissance, relayés de façon spectaculaire par des médias en recherche permanente de visibilité et d'images spectaculaires veulent nous faire croire que les patrons sont tous des salauds!

Heureusement la grande majorité silencieuse continue d'avancer, de construire et de partager.



HAUT