" Notre aéroport est victime du diktat parisien : mobilisons-nous ! "

Emmanuel Imberton | Président de la CCI de Lyon" Notre aéroport est victime du diktat parisien : mobilisons-nous ! "Emmanuel Imberton

Emmanuel Imberton, président de la CCI de Lyon, en appelle à la mobilisation des chefs d’entreprise pour obtenir du Gouvernement plus d’ouvertures de lignes au départ de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry :


" La privatisation des Aéroports de Lyon qui est actuellement discutée au Parlement ne peut pas être abordée indépendamment de la question de l’ouverture des droits de trafic à Lyon.

Et nous ne pouvons pas nous satisfaire de la réponse apportée par Emmanuel Macron lors du débat parlementaire rappelant que l’ouverture des lignes aériennes reste du ressort de la DGAC.


Savez-vous que la région Rhône-Alpes est la 10e région en Europe, et que notre aéroport régional Lyon-Saint Exupéry n’est que le 47e aéroport européen?


Savez-vous que le Gouvernement refuse l’ouverture de lignes au départ de Lyon-Saint Exupéry, pour préserver l’énorme suprématie d’Air France et des aéroports parisiens ?


Savez-vous que le développement de nos entreprises à l’export est bridé, que l’attractivité de notre région est pénalisée ?

"95 marchés non desservis en direct depuis Lyon"

Ça n’est pas acceptable !


Pour faciliter l’import/export de nos entreprises, développer le tourisme et les salons professionnels, bref accroître l’attractivité de notre région et de nos produits, nous demandons que le Gouvernement débloque les autorisations pour plus de liaisons aériennes, et notamment une ligne quotidienne Lyon-Dubaï.


Il ne s’agit pas uniquement de la desserte de Dubaï mais de toutes les liaisons accessibles via ce hub puissant, efficace et compétitif vers le Moyen Orient, l’Asie, l’Océan Indien et l’Australie, soit 95 marchés qui ne sont pas desservis par Air France en direct depuis Lyon. "

Le texte de la pétition
Publiée le 26 févr. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
Eco-Opinions

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT