Après la reforme des retraites, Mario Monti fait adopter celle du travail, juste avant le Sommet de l’UE. Et la France ?

Daniel Moinier

Mario Monti a su libérer les verrous qui bloquaient l'économie, ce qui pour lui était un véritable défi dans une Italie ou de puissants lobbys bloquaient et annihilaient tout changement. Il est heureusement aidé, par l’ancien Commissaire antitrust Antonio Catricala qui conduit lui-même les réformes.

Daniel Moinier, gérant et consultant en recrutement depuis près de 40 ansDaniel Moinier, gérant et consultant en recrutement depuis près de 40 ans

Le plan "Sauver l'ltalie" de Mario Monti

Faire sauter les corporatismes

En premier lieu, Mario Monti a fait sauter les corporatistes des taxis, avocats, notaires, stations-service, pharmacies. Réforme qui avait était abandonnée par Pierluigi Bersani, alors Ministre de l’Industrie. La prouesse, c’est qu’il a réussi à imposer un décret de libéralisation par mois.

S'attaquer à la fraude fiscale

Puis le Président, s’est attaqué à la fraude fiscale en organisant de véritables opérations coups de poing, dans les commerces, hôtels, restaurants huppés, pour marquer l’opinion. Mario Monti impose un nouveau style de gouvernance avec l’objectif de supprimer les médiations sans fin ou les demi-mesures. Et il arrive par un certain charisme, une persuasion sans faille à bousculer les partis, les faire participer et adopter ses mesures.

Repousser l'âge de la retraite

Dans le plan « Sauver l’Italie », la reforme des retraites y prend une place prépondérante. Pour la croissance et diminuer les charges de l’état, l’âge de départ est repoussé pour atteindre 66 ans en 2018, (en France, 62 ans en 2018 ? Ramené à 2017 sous Fillon). De plus, le calcul du montant de la pension se fera sur l’ensemble de la durée de la carrière et non plus sur les derniers salaires. Et les pensions ne seront plus automatiquement indexées sur l’inflation.

Augmenter les recettes par la TVA

L’autre mesure, pour augmenter les recettes, c’est une TVA augmentée de 2 points pour septembre 2012. D’autre part la taxe foncière sera restaurée, un impôt supplémentaire sur le revenu des plus riches (plus de 70000€/an) en passant la dernière tranche de 43 à 46% (En France tranche à 75%) et une taxe sur les signes de richesse.

Et relancer la croissance

A l’inverse, pour relancer l’emploi et la croissance, il offre des cadeaux fiscaux aux patrons investissant. Pour compléter, il va établir des coupes sombres dans le budget des régions et établissements publics de l’ordre de 5 Mds. Il va trouver aussi 2,5Mds supplémentaires en déduisant des fonds alloués à la santé et à la solidarité.

La toute dernière réforme entérinée fin juin 2012, celle qui fût la plus difficile à mettre en place et faire accepter, est celle du marché du travail. Adoptée avec une majorité écrasante, seulement 74 députés on voté contre, le Gouvernement avait déjà réussi le tour de force de faire passer quatre votes de confiance sur chacun des articles et le feu vert du Sénat.

Cette réforme inspirée de la flexi-sécurité à la danoise, facilite les licenciements économiques, à travers la réforme de l’article 18 du statut des travailleurs. Elle vise aussi, à réduire la précarité et à favoriser à travers l’apprentissage, l’embauche des jeunes. Elle a surtout été mise en place pour combattre le manque de flexibilité des travailleurs trop protégés, une faible productivité et une croissance atone. Les compromis ont pourtant empêché le Gouvernement d’aller encore plus avant, notamment sur les licenciements.

Et la France elle, que fait-elle ?

Notre Président prône à qui veut l’entendre, à toute l’Europe : Croissance, croissance. Que fait-il pour relancer celle de la France ? Il attend peut-être que les 35Mds mis en place dans l’économie, par l’ancien Président portent leurs fruits. Ce n’est pas les embauches pour la fonction publique, pôle emplois, la police qui vont booster notre chère France mais plutôt les dépenses.

Un trou de plus de 30 Mds

Alors que Mario Monti a lancé un plan d’économie de 30Mds avec des solutions de croissance, la France se trouve elle devant un « trou » de plus de 30 Mds à trouver avant fin 2013. La seule relance pérenne pourrait venir de la hausse du PIB (– 23%), c'est-à-dire de l’augmentation des heures travaillées dans une même proportion. Mais la ligne démagogique suivie ne pourra pas aller dans ce sens, sauf si c’était le cas, elle ferait l’effet d’un véritable coup de tonnerre. Chiche !

La France a pourtant besoin de cela pour compenser un retard ; Travail/Durée de vie qui date depuis 1975, pour se trouver en équilibre. D’autres l’ont fait pourquoi pas nous ?

 Livres-daniel-moinier.com

Publiée le 04 juil. 2012 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 09 juil. 2012
Figure dans les rubriques
Eco-Opinions


HAUT