Produits & Services
Retraite Madelin AXA - solution retraite des TNS et IndépendantsEt vous, qu'avez-vous mis en œuvre pour votre retraite ?Assurance prévoyance du TNS, aide et conseil aux dirigeants Entrepreneurs : intéressez-vous dès à présent à votre prévoyance !Broderie sur vêtements de travail, tenue de cuisinier, métiers des CHR  Broderie sur vêtements de travail pour cafés, hôtels, restaurants : une spécialité Créativ’BroderieCoffret gourmand confitures de luxe Bruneton > cadeau d'affaire gourmandCadeaux d'affaires gourmand : jouez la carte de l'originalité avec des confitures 100% artisanalesConfiture de luxe BRUNETON, confitures artisanales de luxe pour tous les chefsMaison Bruneton : des confitures de luxe à la table des meilleurs chefs de Lyon et du mondeDirecteur marketing à temps partagé, service de communication externaliséGérez votre image de marque et votre marketing digital à temps partagé avec GBSNavette transport VIP hôtels, personnalités, clients, entreprisesNavette VIP pour les hôtels de Lyon - le service des Transports LausseurCoffret recettes mets et vins pour entreprises, coffret gourmand recettesCoffrets recettes CiboVino : un cadeau gourmand original où le chef cuisinier, c’est vous !Développpement commercial pour TPE, externalisation de la prospectionGBS : le nouveau nom du développement commercial des TPE et des indépendantsMeubles en bois professionnels sur mesure, comptoirs, bars, ateliers de cuisineVotre meuble sur mesure dans le bois de votre choix !Coffret apéritif pour entreprises, le coffret apéro des salariésCoffret cadeau gourmand : CiboVino vous le sert à l’apéroTransport de collaborateurs, fiable, ponctuel - taxi pour entreprisesTransports Lausseur, la navette privilégiée des entreprises pour les déplacements des clients et des partenairesTaxi groupe 9 personnes, minibus pour entreprises, hôtels, agences LyonEntreprises, hôtels, agences : reposez-vous sur la rigueur et la fiabilité des Transports Lausseur, taxi groupe 9 personnesSaisie et qualification de fichiers prospects - faire saisir ses donnéesConstitution et qualification de fichiers prospects - faites saisir vos contactsTranscription données médicales, données personnelles, saisie de données de santéService de saisie de données adapté aux mutuelles, CHU, laboratoires et tous organismes de santéSaisie de données, catalogues, études - transcription d'informationPour gagner en productivité, confiez la saisie de données à Easy Info ServicesBroderie sur tablier de charcutier, boucher ou boulanger - faire broder ses tabliersCharcutiers, bouchers, cuisiniers, cavistes : faites broder vos tabliers !Rénover sa toiture - conseils et rénovations de toits et charpentesBati&Bois rénove vos toitures et vos charpentesRevues de presse et constitutions de dossier de presse, prestation ExpertInfoRevues de presse et constitution de dossiers de presseFinancer le développement des PME, aide, accompagnement, conseilFinancez le développement de votre entreprise avec ADEC Conseil

Qui a gagné ? La ligue des pays du sud ou l'Europe du Nord ?

Cette question récurrente se retrouve à la une de toute la presse. Et pourtant quelle question étrange, voire stupide !

Rupture, sécession ou fracture entre les pays de l'europe du nord et du sud ?Rupture, sécession ou fracture entre les pays de l'europe du nord et du sud ?

Ce ne devrait pas être ni un pays ni un chef d’Etat ou de gouvernement, le grand vainqueur, mais tout simplement l’Europe et ses citoyens. Cela prouve bien que l’on reste encore marqué par des questions d’ego-nationalismes, dignes d’une cour d’école, mais indignes de « Grands ». « J’ai plus gagné que toi. Na ! Non, c’est pas vrai, c’est moi qui ait plus gagné ! Re-na ».

Les pays du sud se sont-ils ligués contre les « grands » ?

Avec Hollande, allié objectif de Monti et Rajoy ? L’Allemagne gagne-t-elle toujours à la fin ? Et la France, dans tout cela ? Que vaut « son » pacte de croissance ?

Merkel a-t-elle cédé ?

Pas tant que cela, car elle obtient la ratification du pacte budgétaire (et de la rigueur et du contrôle qui vont avec) ; elle obtient les project bonds ; et parvient à repousser encore les eurobonds, ces obligations européennes qui rachèteraient de la dette (Angela Merkel ayant déclaré à Paris, le 27 juin, « aussi longtemps que je vivrais, il n’y aura pas de mutualisation de la dette »).

A moyen terme, il y aura bien contrôle supranational des budgets nationaux, et des banques. On avance donc, sans, bien évidemment, le dire, vers une intégration approfondie, vers un fédéralisme budgétaire en tout cas. C’est bien LA décision la plus importante de ce Conseil européen, et la plus sensible politiquement ! Par exemple, l’Allemagne (le Parlement, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe) va-t-elle accepter que la supervision européenne contrôle ses caisses d’Epargne ?

Une sacrée épée de Damoclès plane sur l’Allemagne, car dès le 29 juin, jour de vote par le Parlement allemand du MES et du Pacte budgétaire, des parlementaires connus, de droite comme de gauche, ont saisi la Cour constitutionnelle de Karlsruhe sur la conformité du Pacte budgétaire et du MES avec la démocratie, et le transfert de compétences budgétaires et politiques vers Bruxelles que ces textes engendrent…

Si la Cour rejetait ces deux textes pour non-conformité avec la Loi fondamentale de 1949, ce serait un coup terrible pour l’Allemagne et l’Europe toute entière, un séisme pire qu’en 2005. Et au pire moment où l’Europe est en panne. Il nous faut attendre 2 à 3 semaines pour connaître le verdict de la Cour.

Monti et Rajoy, réussissent à faire assouplir les prêts

et à ne pas être placés sous le contrôle de la Troïka (BCE, Commission, FMI), tout en étant aidés pour leurs banques. Traitement de faveur par rapport aux Grecs. A court terme, ils ont gagné. Dans leurs revendications, l’Espagne et l’Italie ont été soutenus par la France contre l’Allemagne. La France continue à provoquer l’Allemagne…

Depuis le 29 juin, les taux d’intérêt pour ces pays, se sont resserrés. Les taux d’intérêt espagnol sont passés de 6,1% à 5,8%. C’est bien, mais il n’y a pas de quoi pavoiser quand même...

L’Espagne fait beaucoup d’efforts et continue à prendre des mesures drastiques : le gouvernement vient de voter 27 milliards de réduction des dépenses ( !) afin de faire passer le déficit public de 8,9% à 5,3% fin 2013 ! Avec des coupes sombres sur la santé, le remboursement des soins. Même si cela risque d’être encore insuffisant. A titre comparatif, la France va décider un plan d’économies de 6 à 10 milliards seulement… en 2012. Mais 33 milliards dès 2013. Et ainsi de suite…

Mutualisation de la dette et Eurobonds

On n’a pas parlé de mutualisation des dettes, avec ou sans eurobonds. Il ne faut pas fâcher l’Allemagne, qui campe sur sa position. On peut comprendre que l’Allemagne ne veut pas payer pour tout le monde, mais c’est dommage, car si on mettait toutes nos dettes en commun, on créerait un marché obligataire pan-européen avec un taux d’intérêt commun, qui baisserait forcément car les spéculateurs ne pourraient plus jouer un pays contre un autre.

En outre, le marché des obligations serait plus fluide, liquide, car ouvert à tous les Etats, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, où les marchés préfèrent prêter en priorité et au meilleur taux, aux pays les plus crédibles (Allemagne, Etats-Unis).

François Hollande a satisfait son électorat « noniste », de 2005 : il a obtenu une petite rallonge pour la croissance, mais a verrouillé le saut qualitatif fédéral en ne franchissant pas les étapes politiques pourtant absolument nécessaires pour s’en sortir réellement. Il a donc cédé au souverainisme, voire au nationalisme, de gauche.

Et en même temps, il a du accepté, devant la réalité de la situation, la rigueur pour des années, compromettant d’ores et déjà sa réélection. Mais on sait déjà que les gouvernements ne peuvent plus être réélus, tellement ils déçoivent.

Et les marchés ? Eux, ils ont compris que les dirigeants européens voulaient, enfin, un peu plus d’Europe. Ils ont salué cela, avec les bourses en pleine euphorie, dès le lendemain. On verra jusqu’à quand… Les Etats ont réagi plus rapidement que les précédents sommets. C’est déjà ça ! Mais ces mesures, si elles vont dans le bon sens, restent trop timorées. Et l’été 2012 sera de toutes façons un été à haut risque…

Le dernier conseil européen en 5 volets
Publiée le 09 juil. 2012 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 09 juil. 2012
Figure dans les rubriques
Eco-Opinions


HAUT