Emprunter de 10 à 80 K€ quand on est une PME ?

Audrey Barros, présidente de l'association Finançons-Nous rappelle le concept du financement collaboratif et invite Michel Rousset, gérant des franchises Rhône-Alpes de Maison & Services, à témoigner du levier que représente un prêt entre 10 et 80 K€ de Finançons-Nous. Explications en images.

Finançons-nous, le Cercle de financement collaboratif par les entrepreneurs, pour les entrepreneurs explique son offre de financement collaboratif et fait témoigner ses premiers "entrepreneurs emprunteurs".

Audrey Barros, Finançons-nous : "les entreprises qui viennent nous voir sont celles qui ne trouvent pas sur le marché la possibilité de financer leur stock, leur emploi et tout l'immatériel d'une façon général. L'immatériel n'est pas le métier du banquier. Il est très difficile pour une PME de lever des fonds entre 10 et 80 k€. L'objectif de finançons-nous est de leur apporter une solution de financement qui n'est pas comblé aujourd'hui sur le marché".

"Nous sommes sous forme de coopérative parce ce qu'elle appartient à la collectivité. L'idée est d'être plusieurs dans un système qui n'est pas guidé par l'intérêt financier. Nous sommes dans une démarche d'économie sociale et solidaire dans laquelle chacun est acteur. On propose aux épargnants d'épargner dans la coopérative. Cet argent est reversé aux entreprises de la région Auvergne Rhône-Alpes. Ainsi, on rend cette épargne créatrice de richesses et d'emploi. "

Michel Rousset, Maison & Services : "Nous sommes aujourd'hui attentif à tout ce qui peut accompagner notre croissance externe. Il faut nécessairement financer cet apport de client. Nous étions à la recherche d'un financement rapide pour pouvoir rassurer le vendeur. Mais, faire venir une nouvelle masse salariale dans son entreprise, même si c'est pour le meilleur, appelle une demande à laquelle le banquier reste sourd. Le comité de sélection de Finançons-nous vous accorde une attention tout autre."

AB : "Ce que nous apportons nous, c'est une attention particulière au projet et à son contexte, à l'histoire de l'entreprise, à la personne en son dirigeant et à son développement sur le territoire. Ce que les banques ne prennent malheureusement plus en compte"

MR :"Quant on s'adresse au banquier pour lui demander 100 K€, sa première question porte sur la part d'investissement personnel. Quand on lui répond qu'il est de 30 K€, il est tout de suite plus enclin à vous aider ! C'est cela, l'effet de levier Finançons-nous."

Retrouvez :

Publiée le 25 avril 2016 par FOULSHAM Eric. Mis à jour le 09 mai 2016


HAUT