Canevaflor végétalise les façades à l'international

Dominique Largeron

La société lyonnaise spécialisée dans les murs et façades végétalisés vient de procéder à une augmentation de capital de 1,2 million d'euros. Pour pouvoir répondre à une très forte demande émanant de l'international. Elle sera présente à l'Expo universelle de Shanghai en 2010 et est en passe de remporter d'importants contrats au Brésil et au Qatar.

Canevaflor végétalise les façades à l'international

Trois brevets verrouillent le concept. Installée rue Michelet dans le 8ème arrondissement de Lyon, la société Canevaflor surfe sur la vague verte actuelle. Son Pdg, Pascal Péleszezak, a mis au point au cours des années 2000 sur un concept qui repose, contrairement au système de végétalisation utilisé par exemple au musée des arts premiers du quai Branly à Paris, sur un substrat très proche de la terre, doté d'un fort pouvoir de rétention en eau et enserré dans une armature métallique.

 

« Contrairement aux systèmes de végétalisation qui reposent sur des structures en tissu, de l'engrais et beaucoup d'eau, le nôtre offre une grande protection thermique et permet de rafraîchir les rues des villes, les premières en lice dans le réchauffement climatique. Plus que de simples décorateurs de façade, nouss participons à l'élaboration de bâtiments Haute Qualité Environnementale (HQE) », assure-t-il.

L'aspect décoratif est complété par un rôle de dépollution : le mur végétalisé développe des bactéries spécialisées dans la dégradation des polluants atmosphériques, transformant le mur en biofiltre.

 

Autre raison du succès actuellement rencontré par sa société : « Nous sommes une petite équipe de quatorze personnes qui devrait passer rapidement à vingt : nous sommes en fait un cabinet d'études. Nous nous appuyons sur place sur des partenaires locaux, serruriers, pépiniéristes, ce qui est très apprécié. »

 

Aucun doute, Canevaflor va devoir augmenter le nombre de ses partenaires à l'étranger. La société devrait remporter un important contrat portant sur 15 000 m2 à Sao Paolo au Brésil (8 à 10 millions d'euros de budget). De son côté, près de 20 000 m2 signés Canevaflor pourraient voir le jour dans la capitale du Qatar.

Enfin, la société lyonnaise va bénéficier d'une superbe vitrine lors de l'Exposition Universelle de Shanghai 2010 qui devrait drainer 10 millions de visiteurs. C'est Canevaflor qui végétalisera le pavillon rhônalpin. La société a d'ailleurs déjà végétalisé 2 000 m2 de façades du Groupe l'Oréal dans cette même métropole chinoise.

 

Même si Canevaflor gagne de l'argent -elle a réalisé l'année dernière un résultat net de 140 000 euros pour un chiffre d'affaires de 1,5 million d'euros- ces importants projets à l'international nécessitent de l'argent frais.

Pour ce faire, elle vient de procéder à une importante augmentation de capital de 1,2 million d'euros souscrite par Avenir Entreprises, via son fonds AE Mezzanine, Apicil Proximité et Calixte Investissement, chacun à hauteur de 400 000 euros. « Notre premier vrai tour de table », se félicite Pascal Péleszezak qui pour protéger son savoir-faire et ses techniques est en train de déposer ses brevets sur les cinq continents.

Pour l'heure, même si de nombreuses entreprises se sont installées sur ce créneau, il n'a guère de concurrents sur son concept et entend que cette situation privilégiée dure le plus longtemps possible...

 

Publiée le 01 juil. 2009 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 01 juil. 2009
Figure dans les rubriques
L'article du jour
News


HAUT