Capital Initiative, le Samu pour PME en difficulté prend racine en Rhône-Alpes

Dominique Largeron

Regardée avec beaucoup d'intérêt par le gouvernement, l'expérience alsacienne de Samu privé pour PME, né en 1998 à Colmar, est en train de se développer dans toute la France. La première antenne rhônalpine vient d'être portée sur les fonts baptismaux dans le Nord-Isère. Elle est hébergée au sein de la CCI de Vienne/La Tour du Pin. Des antennes à Valence, Montélimar, puis enfin Lyon devraient suivre. Capital Initiative se donne pour but de sauver des PME ou des TPE-encore viables-mais en difficulté.

Capital Initiative, le Samu pour PME en difficulté prend racine en Rhône-Alpes

«Les Business angels ne pèsent que 3 %, le capital-risque, 1 %. Pour 96 % des entreprises françaises qui sont de petites entreprises, voire de très petites entreprises, il n'existe pas de solution financière !» C'est ce constat dressé par René Hans patron d'une PME alsacienne, qui a amené ce dernier, à créer en 1998 Capital Initiative. Une Sarl regroupant des chefs d'entreprises bénévoles qui s'est donné pour tâche de voler au secours des PME en difficulté et dont la devise est « Agir plutôt que de gémir... ».

René Hans poursuit : « Souvent, il suffit d'une petite somme pour remettre sur rail une entreprise. » Mais Capital Initiative est souvent allé plus loin pour remettre à flot une PME : en rachetant par exemple les bâtiments, ou des équipements, au nom de la sarl, mais pour le compte de l'entreprise.

Outre le rôle de bons samaritains des PME, les chefs d'entreprise qui financent « Capital Initiative » y trouvent aussi ...fiscalement leur compte. Ils peuvent déduire en respectant un certain plafond, 75 % des sommes investies dans les PME.

Le concept qui a reçu l'appui du gouvernement et l'onction actuelle d'Hervé Novelli, le secrétaire d'Etat aux PME, est en train de se développer dans toute la France. Des antennes existent désormais dans huit villes.

Jean-Paul Boy, un des créateurs de Capital Initiative Alsace, installé pour sa retraite près de Vienne en Isère, a profité de son arrivée en Rhône-Alpes pour porter la bonne parole. Il a lancé avec des partenaires locaux, chefs d'entreprises ou anciens chefs d'entreprise, un expert-comptable et un consultant, la première antenne rhônalpine de Capital Initiative. Celle-ci est hébergée au sein de la CCI de Vienne/La Tour du Pin. Elle est dotée d'un petit capital de démarrage de 5 000 euros. De quoi lui mettre le pied à l'étrier. Un premier dossier d'entreprise en difficulté est déjà dans ses mains.

Capital Initiative n'est pas une association, mais une entreprise privée sous statut de Sarl. Elle traite les dossiers qui arrivent à elle par le bouche à oreilles. « Nous ne pouvons nous occuper malheureusement des cas désespérés », précise Jean-Paul Boy. Et d'ajouter : « Nous traitons la moitié des cas qui nous sont soumis, avec un taux de réussite de l'ordre de 70 à 80 %, ce qui représente beaucoup d'entreprises et beaucoup d'emplois que nous pouvons sauver, PME ou TPE (Très Petites Entreprises). »

Dotée de deux permanents, la maison-mère alsacienne a traité 44 dossiers en 2009, investissant 140 000 euros pour afficher un résultat net de 10 000 euros. « Nous sommes une entreprise privée qui doit être bien gérée », précise René Hans.

Capital initiative ne travaille pas toute seule dans son coin. Elle œuvre en collaboration avec les réseaux bancaires «contre lesquels nous ne sommes pas hostiles : nous constituons le complément d'une relation avec les banques. Nous tentons, avec elle, de trouver des solutions, mais aussi avec tous les partenaires, Banque de France et autres », insiste René Hans

Assurément, le concept séduit. Les prochaines antennes rhônalpines de Capital Initiative pourraient bien ouvrir prochainement à Valence et à Montélimar, puis à Lyon, si un noyau se met en place. Les premiers contacts viennent juste de débuter

Restera un sérieux problème à résoudre pour l'avenir de Capital Initiative si la suppression de la déduction de 75 % disparaît avec l'ISF, comme il en est question l'année prochaine avec la suppression annoncée d'un pan de la loi TEPA. Des discussions sont en cours avec le ministère pour que ce soit Oséo qui prenne le relais. La structure d'accompagnement des PME abonderait de une à trois fois le capital de chaque antenne sous la forme de crédits. Une solution, mais qui reste encore à concrétiser...

Photo (DR) : Les créateurs de Capital Initiative Nord-Isère, lors de la réunion de lancement à la CCI Nord-Isère à Vienne. Ses membres fondateurs sont d'anciens chefs d'entreprise, un expert-comptable, un consultant.

Publiée le 08 nov. 2010 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 08 nov. 2010
Figure dans les rubriques
News
L'article du jour
Actus Banque, assurances, financement entreprises


HAUT